Polémique sur les réseaux sociaux :

Miss écologie : des internautes dénoncent le sexisme du concours


Publié / Actualisé
Ce vendredi 17 juillet 2020, le lancement du concours Miss Ecologie a été annoncé dans la presse. Il vise les femmes "sensibles à la cause écologique", et sélectionne 80 femmes du monde entier pour promouvoir l'éco-tourisme et la protection de l'environnement. Problème : sur les réseaux, l'annonce agite beaucoup. Les critères de sélections sont pour beaucoup d'internautes considérés comme sexistes et dénoncent la récupération de la cause écologiste à des fins commerciales.
Ce vendredi 17 juillet 2020, le lancement du concours Miss Ecologie a été annoncé dans la presse. Il vise les femmes "sensibles à la cause écologique", et sélectionne 80 femmes du monde entier pour promouvoir l'éco-tourisme et la protection de l'environnement. Problème : sur les réseaux, l'annonce agite beaucoup. Les critères de sélections sont pour beaucoup d'internautes considérés comme sexistes et dénoncent la récupération de la cause écologiste à des fins commerciales.

"Etre célibataire sans enfant", "ne pas avoir procédé à de la chirurgie esthétique, "ne pas avoir participé à des séances photos ou captations audiovisuelles où vous apparaissez partiellement ou totalement dénudée"... Voici quelques unes des cases qu'il faut cocher pour pouvoir prétendre à la couronne. Des critères qui n'ont pas manqué de faire réagir.

Sans attendre, des militantes féministes ont donc décidé de prendre les choses en main. Sur Instagram, elles ont appelé à remplir le formulaire d'inscription, en complètant les informations demandées par de fausses informations. Elles fournissent notamment, dans la section "numéro de téléphone", un "numéro anti-relou". Pensé pour les femmes, ce numéro est donné lorsque celles-ci se trouvent confrontées à des avances non-sollicitées et répétées. Lorsqu'une personne envoie un SMS à ce numéro, elle reçoit un message de sensibilisation au consentement.

Les militantes proposent aussi de fournir des photos munies de pancartes. "Une cause aussi importante et sérieuse que l'écologie ne devrait pas servir de prétexte à renforcer des pratiques sexistes et datées" dénoncent-elles.

Un appel au boycott qui commence à circuler sur les réseaux sociaux.

 

Des personnalités publiques ont par ailleurs aussi réagi, notamment Geneviève Payet, présidente du réseau VIF. "Force est de constater que les stéréotypes sexistes ont la peau dure et n’évoluent pas (image de la femme offerte, complice, suggestive, épaules dénudées, bouche entre-ouverte, …), enfermant les êtres humains dans des catégories sociales sous contrôle, assurant un ancrage dans nos représentations, conditionnant de manière efficace les mentalités et les comportements des hommes et des femmes" dénonce-t-elle dans une tribune.

Sur Twitter, Jean-Pierre Marchau, secrétaire régional d'EELV, a aussi ironisé sur le concours. "Bientôt, encore plus fort, les concours de Miss NRL et de Mister "Transporteur d'andains"" a-t-il écrit.

   

2 Commentaire(s)

Missouk, Posté
Qu'on arrête tous ces concours à la c..., ça règlera le problème!
Marre, depuis son mobile, Posté
Et ça continue jusqu'à quand et jusqu'à où je commence vraiment à être fatigué d'entendre certaines femmes et malheureusement je suis pas le seul ils y'a un bon nombres de femmes qui sont dans mon cas c'est vraiment tristes pour les vrais victimes