[LIVE - PHOTOS - VIDÉOS] "La Nouvelle Route du Littoral sera finie en 2024, dans le meilleur des cas" annonce Dominique Fournel :

Les transporteurs en colère vont passer la nuit devant la Région


Publié / Actualisé
Ils ont prévenu ce lundi : les transporteurs sortent "l'artillerie lourde". Après avoir attendu une réponse de la Région qui n'est jamais venue, l'intersyndicale a décidé de "partir en guerre" en allant faire le pied de grue devant la collectivité. Une centaine de camions s'est réunie à Champ Fleuri avant de partir en convoi vers la Région. Un autre convoi rejoint les transporteurs, au départ de Saint-Pierre. Objectif : montrer leur colère et réclamer une véritable reprise du chantier de la digue, quasiment à l'arrêt. L'intersyndicale réclame la signature de l'ordre de service nécessaire à la poursuite des commandes, et des réponses claires sur la résiliation ou non du marché de la digue. Plus tard dans la journée, au cours d'une conférence organisée à la Région en l'absence des transporteurs, le vice-président Dominique Fournel a annoncé une réunion qui se tiendra la semaine prochaine entre la Région, le groupement et le préfet. Les transporteurs vont passer la nuit devant la Région. Suivez notre live (Photos rb/www.ipreunion.com)
Ils ont prévenu ce lundi : les transporteurs sortent "l'artillerie lourde". Après avoir attendu une réponse de la Région qui n'est jamais venue, l'intersyndicale a décidé de "partir en guerre" en allant faire le pied de grue devant la collectivité. Une centaine de camions s'est réunie à Champ Fleuri avant de partir en convoi vers la Région. Un autre convoi rejoint les transporteurs, au départ de Saint-Pierre. Objectif : montrer leur colère et réclamer une véritable reprise du chantier de la digue, quasiment à l'arrêt. L'intersyndicale réclame la signature de l'ordre de service nécessaire à la poursuite des commandes, et des réponses claires sur la résiliation ou non du marché de la digue. Plus tard dans la journée, au cours d'une conférence organisée à la Région en l'absence des transporteurs, le vice-président Dominique Fournel a annoncé une réunion qui se tiendra la semaine prochaine entre la Région, le groupement et le préfet. Les transporteurs vont passer la nuit devant la Région. Suivez notre live (Photos rb/www.ipreunion.com)

Suivez les lives de nos journalistes sur place, devant la Région :

Les transporteurs vont dormir devant la Pyramide inversée

Les transporteurs se sont mobioisés toute la journée

  • IPR

    Ce live est à présent terminé. Merci d'avoir suivi cette actualité toute la journée avec nous.

    A demain matin pour vivre avec nous une nouvelle journée de blocage

    Belle soirée tout le monde

  • IPR

    Jean Gaël Rivière (FNTR) redit la détermination des transpoeteurs. "Nous resterons le temps qu'il faudrait, y compris le week-end" dit-il

  • IPR

    Les transporteurs vont passer la nuit sur place

    Ils l'avaient annoncé dès ce matin : ils ne bougeront pas tant qu'ils n'auront pas eu de réponse concrète de la part du président de Région.

    De réponse, il n'y a pas eu jusqu'à présent, les transporteurs sont donc restés sur place et se préparent à dorir devant la Pyramide inversée

    L'ambiance est bon enfant. Lee barbecues sont en cours, la musique est lancée à fond

  • IPR

    La Région regrette "l’instrumentalisation des transporteurs"

    La Région Réunion a engagé le Chantier de la Nouvelle Route du Littoral, essentiel pour la sécurité des Réunionnais. Elle entend le mener à son terme dans un calendrier le plus resserré possible, sur la base d’un juste prix et dans un cadre légal.

    Depuis janvier 2020, la Région est en discussion avec le Groupement sur la base d’un relevé de décisions visant à poursuivre les travaux du MT5-2 (Digue Grande Chaloupe / La Possession de 2,7 km).

    A ce stade, les échanges sur les questions juridiques et financières n’ont pas encore abouti. Une réunion est prévue dans le courant de la semaine prochaine entre l’Etat, le Groupement et la Région. Cette réunion doit arrêter les conditions définitives de poursuite de ce dernier tronçon de digue. En effet à ce jour, les demandes formulées par le Groupement sont inacceptables juridiquement, car non conformes au Code de la Commande publique. Il est inconcevable pour la Région Réunion de s’engager dans une voie illégale.

    Pour un marché de 298 millions d’euros, signé en 2014 pour l’exécution de cette digue, le Groupement fait désormais valoir une demande comprise entre +150 et +300 millions d’euros, soit une augmentation de 50 à 100 %.

    Aucun protocole ne sera signé par la Région Réunion sur des bases illégales. Le montant du marché ne peut en effet être augmenté de plus de 15%.

    Pour rappel, la responsabilité de l’acheminement des matériaux est à la charge du Groupement qui seul est en relations contractuelles avec des transporteurs.

    La Région regrette l’instrumentalisation des transporteurs qui n’est sans doute pas étrangère au positionnement du Groupement.

    Dans un souci de maintenir le dialogue, la Région reste ouverte à la discussion autant avec le Groupement, qu’avec les transporteurs.

    Plus que jamais, la Région Réunion affiche sa détermination à terminer ce chantier essentiel à l’activité, à la sécurité des usagers et au développement du territoire.

  • IPR

    Jean-Gaël Rivière de la FNTR "révolté, en colère"

    "Il y a des clauses dont la Région ne parlent pas, c'est qu'il faut 23 millions de chiffre d'affaires par an pour adhérer au marché ! Aucune petite entreprise ne peut répondre à ça ! On avait 200.000 tonnes à transporter, il fait quoi ? Il relance le marché, il re-décale encore et encore. Nous on a rien du tout ! Il y avait du travail sur les petits chantiers, on ne nous les donne pas !"

    Concernant les 6 mois annoncés en cas de nouveau marché, Jean-Gaël Rivière n'y croit pas "ça prend 1 an, 1 an et demi ça !"

    En attendant les transporteurs restent devant la Région, "peut-être que le mouvement va se durcir".

  • IPR

    La réponse des transporteurs, "c'est du foutage de gueule"

  • IPR

    Les transporteurs réagissent bruyamment aux annonces de la Région

  • IPR

    Une livraison de la NRL pour 2024, "dans le meilleur des cas"

    "Le président n'a jamais trahi les transporteurs" assure le vice-président Dominique Fournel. "Nous ne sommes pas en guerre."

    Il assure vouloir terminer la route, "il ne s'agit pas d'une demi-route, quelle expression..." La livraion de la partie en raccordement est prévue pour fin 2021.

    La fin de la deuxième partie, faute d'accord, n'interviendra pas avant 3 ou 4 ans minimum. Le tout est de pouvoir circuler sur la première partie du chantier. "On aurait une route parfaitement circulable pendant 7 km, quel Réunionnais pourrait admettre qu'on ne s'en serve pas ?"

    Dominique Fournel annonce une livraison de la NRL pour 2024 "dans le meilleur des cas". La livraison de la partie raccordée serait faite fin 2021.

    Le vice-président ne sait pas si des aides pourraient dans ce cas être données aux transporteurs en attendant l'attribution du nouveau marché et pour combler l'arrêt du chantier.

  • IPR

    Le marché de raccordement, lui, "est encore en cours, c'est en consultation" indique Dominique Fournel.

    Coût de ce marché supplémentaire : 19 millions d'euros.

  • IPR

    "La résiliation du marché est toujours une option"

    Elle serait à "tort" pour l'entreprise "qui n'a pas respecté ses engagements" indique Dominique Fournel.

    Il faudra ensuite relancer un nouveau marché, "ce qui prend environ 6 mois, 6 mois pendant lesquels il ne se passerait rien, il faut le dire". Préparer les marchés, les signer etc, prendrait au minimum ces 6 mois.

    Que dire aux transporteurs dans ce cas ? "Ils disent 'on nous a promis de nous donner du travail', je voudrais signaler que depuis 2014 on a donné du travail, puisqu'ils ont transporté 11,5 millions de tonnes de matériaux, ce qui représente une masse financière de 100 millions d'euros". Ce qui représente "445.000 rotations de camions, les poids lourds ne sont pas restés à l'arrêt, il ne faut pas qu'ils l'oublient".

     

  • IPR

    Dominique Fournel fait le point

    Dominique Fournel, vice-président en charge des grands chantiers à la Région, explique la situation au cours d'une conférence de presse. Il indique notamment que cette situation de blocage est due aux tensions entre Région et groupement. "Si on accède aux demandes du groupement, cela représente un montant entre 450 et 500 millions d'euros, soit presque le doublement du marché initial. C'est une question de légalité", déclare-t-il.

    "Je comprends les transporteurs, le président de Région a toujours voulu les aider. Nous avons toujours été là pour écouter les transporteurs."

    Deux commandes de roches ont été faites, rappelle le vice-président, "elles ont été honorées, mais en effet désormais elles sont achevées".

    Dominique Fournel rappelle la rencontre qui a été proposée aux transporteurs aujourd'hui, qui ont refusé de parler au vice-président, et la seule personne à qui ils souhaitent parler est le président de Région Didier Robert, actuellement en vacances.

    "Le groupement a une attitude inadmissible, leurs prétentions sont exorbitantes" déclare Dominique Fournel. Pour essayer de désamorcer le conflit et avancer sur le marché, une réunion était prévue le 10 juillet entre la Région, le groupement et le préfet, elle a finalement été annulée. Dominique Fournel annonce aujourd'hui qu'elle aura lieu la semaine prochaine, probablement mercredi.

  • IPR

    La Région fait une conférence de presse, suivez notre live :

  • IPR

    Une partie des dirigeants des transporteurs sont en train de faire cesser le travail dans l’ensemble des sites qui concerne la NRL

    Ils reviendront ensuite devant la Région. Le sit-in devant la pyramide inversée continue de se dérouler dans le calme.

  • IPR

    Des transporteurs veulent bloquer le chantier

    Une partie des transporteurs en petite délégation est partie sur le début du chantier, sur la route digue côté Grande chaloupe.

    Ils demandent l’arrêt des travaux, puisque malgré le quasi arrêt du chantier, quelques manoeuves sont encore en cours (sans nouvelles commandes de roches).

    Selon les bruits de couloir, le groupement ne serait pas opposé à cet arrêt.

  • IPR

    Les transporteurs veulent à tout prix rencontrer Didier Robert, qui est en vacances

    On a proposé aux transporteurs une rencontre avec le vice-président chargé des grands chantiers Dominique Fournel. Mais les transporteurs veulent le président de Région Didier Robert et personne d'autre.

    Le président de la collectivité est cependant en congé, selon les gens sur place. Il se dirait qu'il est resté à La Réunion pour ses vacances, il pourrait donc “faire l’effort de venir au vu de la gravité de la situation“ dit-on. En tout cas sa venue semble être le seul moyen de débloquer une situation qui semble bien mal engagée. Les transporteurs affirment qu'ils resteront sur place tant qu'ils n'ont pas rencontré le président de Région.

    Pour l’heure ils sont très organisés : chapiteaux, barbecues, boissons.... “On attendra le temps qu’il faudra“ souligne Didier Hoareau.

  • IPR

    Petite montée de tension devant la Région

    On vient d’annoncer aux transporteurx qu’il seraient reçus mais pas par le président de la collectivité Didier Robert, qui est absent pour le moment. Selon Didier Hoareau, le président de Région serait en vacances.

    Joël Mongin s'agace : "si c’est pas lui on ne rentre pas, c’est le président ou rien, il faut arrêter de nous rouler dans la farine !"

  • IPR

    Le convoi de Saint-Pierre arrive à la Région, suivez notre live :

  • IPR

    Les transporteurs peut-être reçus en fin de matinée

    Selon nos informations, les transporteurs devraient être reçus avant la fin de matinée à la Région.

    On ne sait pas encore par qui, les transporteurs espèrent être reçus par Didier Robert en personne.

    Ils attendent l’arrivée du convoi de Saint-Pierre pour constituer une délégation. Le convoi se trouve sur le pont Vinh-San à Saint-Denis.

  • IPR

    Le convoi parti de Saint-Pierre ce matin se trouve désormais au niveau de Cambaie

    Ces transporteurs du sud rejoignent ceux qui se trouvent devant la Région, au Moufia.

  • IPR

    Le convoi de Saint-Pierre est parti, pas d'opération escargot

    Un internaute nous prévient : coups de klaxons sur la quatre voies au niveau de l'Etang-Salé.

    Pas de réelle opération escargot, les poids lourds circulent à une vitesse de 40-50 km/h sur une seule voie de circuulation.

  • IPR

    Selon Joël Mongin, "on a pas besoin des carrières, les roches massives disponibles sont suffisantes pour continuer la partie digue"

    Les transporteurs ne comprennent donc pas pourquoi le chantier est à l'arrêt alors que les matériaux semblent disponibles pour terminer cette rouge. "Il ne reste que 2,5 km à faire" rappelle Joël Mongin.

  • IPR

    Quelques images de notre photographe sur place :

  • IPR

    Les camions occupent entièrement l'espace devant la Région, suivez notre live :

  • IPR

    Les forces de l'ordre ont enlevé le cordon de sécurité

    Les transporteurs avancent leurs camions jusqu'à l'entrée de l'université, puisque le cordon de sécurité des forces de l'ordre a été enlevé. Depuis ce matin il était impossible pour les transporteurs d'avancer dans la voie qui longe la pyramide inversée.

    Toute la voie devant la Région est désormais occupée.

  • IPR

    Les transporteurs laissent passer les agents qui viennent travailler à la Région. Le blocage se transforme donc plutôt en sit-in. Les camions affluent le long des routes, à l'arrêt.

    L'intersyndicale dit ne pas savoir encore si une rencontre sera possible avec la Région aujourd'hui.

  • IPR

    Blocage des routes malgré tout

    Les différents axes du Moufia commencent à être bien bouchés.

    Dans la rue du Béarn, une longue file de camions est stationnée. Les transporteurs ne peuvent pas entrer à la Région et sont donc contraints de laisser leurs véhicules à l'extérieur, ce qui commence à occasionner des embouteillages alors que le jour est levé.

  • IPR

    La police empêche tout passage

    Les responsables syndicaux sont agacés de voir un filet de police les empêcher de passer. "On a un convoi de police qui nous empêche de rentrer à la Région donc on va être obligés de rester sur la route, alors qu'on ne voulait pas bloquer la route" se désole Didier Hoareau, du syndicat OTI.

    Jean-Gaël Rivière de la FNTR menace de faire "une chaîne humaine" pour empêcher toute personne d'accéder à la pyramide inversée.

    Les camions continuent d'arriver devant la collectivité.

     

  • IPR

    Les transporteurs arrivent devant la Région, suivez notre live sur Facebook :

  • IPR

    Départ à Champ Fleuri

    Les camions de Champ Fleuri ont pris le départ en direction de la pyramide inversée.

    Une centaine de camions est sur place.

  • IPR

    Un convoi se prépare à Saint-Pierre

    Un rassemblement d’une cinquantaine de camions a également lieu à Saint-Pierre, plus précisément à Pierrefonds.

    Ils attendent de tous se rassembler pour pouvoir monter ensuite sur Saint-Denis mais ne savent pas encore s’il montent en convoi sous la forme d'une opération escargot.

    A Champ Fleuri les poids lourds commencent aussi à se mettre en route et former un convoi.

  • IPR

    La police installée devant la Région

    La police est au courant et un important dispositif est placé devant la Région. Deux fourgons de la CDI (compagnie départementale d'intervention) sont sur place. Ils se trouvent devant la pyramide inversée et filtrent l'arrivée des voitures.

    En l'état les poids lourds ne pourront pas stationner devant la collectivité.

    Tout est calme pour le moment.

  • IPR

    Bonjour, nous ouvrons ce live pour suivre avec vous la manifestation des transporteurs organisée devant la Région.

    L'intersyndicale a appelé dès ce lundi à une mobilisation forte et les poids lourds vont se réunir près de la collectivité ce matin.

    Restez connectés

A propos

"On va sortir l'artillerie lourde" ont dit les transporteurs ce lundi 20 juillet. Résultat, dès ce mardi, ils ont décidé de monter à la pyramide inversée pour bloquer l'entrée de la collectivité. Après avoir attendu une réponse de la Région qui n'est jamais venue, l'intersyndicale a décidé de "partir en guerre".

Les camions de l'intersyndicale se sont donnés rendez-vous tôt ce matin. Le dispositif de police, au courant de la manifestation, s'est cependant déjà installé devant la Région et ne devrait pas laisser passer les poids lourds qui en l'état, ne pourront pas rester devant la collectivité.

Nul doute que la mobilisation fera de toute façon du bruit. Les menaces de blocage et d'action forte pesaient depuis un moment, ce mardi les transporteurs ont décidé de passer le cap.

- Pas d'ordre de service -

Au coeur du mécontentement, l'ordre de service qui n'est toujours pas signé. Depuis des mois, les transporteurs tirent la sonnette d'alarme.

En janvier 2020, la Région et le groupement avaient trouvé un terrain d'entente pour assurer la continuité du chantier de la Nouvelle route du Littoral. La signature d'un protocole d'accord a permis alors la reprise du travail sur la partie digue qui reste encore à construire.

Pour autant ce protocole n'était qu'une transition et il est arrivé à son terme à la fin du mois de juin. La décision écrite finale n'est donc toujours pas signée alors qu'elle devrait déjà l'être. Difficile dans ces conditions de passer de nouvelles commandes, maintenant qu'une solution a été trouvée pour les roches. Depuis la dernière commande de roches passée avant le confinement, le chantier est à nouveau mis sur pause.

- Pas de nouvelle sur la résiliation (ou non) du marché de la digue -

Si un accord n'est pas trouvé entre la Région et le groupement attributaire du marché de la Nouvelle Route du Littoral très rapidement, le marché de la partie digue sera résilié et un nouvel appel d'offres sera lancé. C'est ce que les transporteurs ont appris, le 29 juin précisément, au cours d'une réunion avec Didier Robert.

Une réunion à ce sujet devait avoir lieu vendredi 10 juillet 2020 entre le groupement, la préfecture et la Région. Elle a finalement été reportée. Depuis les transporteurs disent n'avoir aucune nouvelle de la part de la collectivité concerant ces discussions.

   

9 Commentaire(s)

Volcan974, Posté
Que dit Kunta Kinté?
RIPOSTE974, Posté
Certains jouent aux échecs,... d'autres les collectionnent

Mieux vaut se taire et passer pour un con que de l'ouvrir et ne laisser aucun doute sur le sujet.
TMA974, Posté
Merci qui ?
Didier et Robert
Seychellois, Posté
Didix en vacances, encore! Après la défaite sur sin dni , la défaite à la cinor, la défaite à la Casud, la défaite à la CIVIS, en voila la défaite de la demie route. Mange di zeuf ek do ri sek transporteurs, lu lu repose !
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Il est certain qu'il faut un nouvel axe de circulation ;
Mais celui qui a été choisi n'est certainement pas l'idéal !
Maintenant, il faut trouver un moyen pour finir cet axe , sans dénaturer le paysage réunionnais ....
Diego, Posté
Si, comme le demandent ces transporteurs, le chantier de la digue recommence, alors il y aura l ouverture des carrières sur l île et donc un impact négatif enorme sur des dizaines de milliers de réunionnais.... L intérêt de la population doit passer devant : fin du marché digue, négociation de compensation de fin de marché anticipée pour ces transporteurs, et lancement d un projet pylÃ'nes pour terminer la NRL.
CHABAN, Posté
Merci à Imaz

Je prends le parie que le globe-trotter internationalement connu est aux abonnés absents !

Imaz avez-vous son emploi du temps ?
Zézé85, Posté
Régler vos problèmes avec votre mentor menteur et vous êtes bien placé pour le savoir car vous êtes ces complices mais le boug té plus futé qur zot assume zot magouille maintenant ou fait comme bon nombre de zot concitoyens qui pointe à pÃ'le emploi du à la crise du covid, alors arrêtez de crié la bouche pleine car moi je ne suis pas solidaire de zot mouvement qui bloque la circulation aréte ek ça Ã'té, la RÉUNION l'ai pas à zot, arétez avec le système du moyen âge, réflechichez à une autre méthode de discussion SVP Merci
Valentin, depuis son mobile, Posté
Ces personnes ne sont qu'une poignée de transporteur (voyou) qui profite que notre île soit facilement bloquable pour demander tout et n'importe quoi sous la menace ! C'est insupportable, je ne l'ai soutien absolument pas !