Une éducatrice toujours hospitalisée (actualisé) :

Agression à Saint-Leu : la femme admise dans un service psychiatrique


Publié / Actualisé
Les gendarmes de la communauté de brigades de Saint-Leu sont intervenus au GUT (groupe unité territoriale) de Saint-Leu en début d'après-midi à la suite de l'agression de plusieurs personnels travaillant au sein de cet établissement social par une mère de famille. Plusieurs personnes ont été blessées mais aucun pronostic vital n'est engagé. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Les gendarmes de la communauté de brigades de Saint-Leu sont intervenus au GUT (groupe unité territoriale) de Saint-Leu en début d'après-midi à la suite de l'agression de plusieurs personnels travaillant au sein de cet établissement social par une mère de famille. Plusieurs personnes ont été blessées mais aucun pronostic vital n'est engagé. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le parquet de Saint-Pierre annonçait ce mardi 21 juillet qu'une agression armée a eu lieu à la Maison départementale de Saint-Leu, aussi appelée GUT (groupe unité territoriale). Une femme de 34 ans est entrée dans le bâtiment et a agressé plusieurs personnels.

"La mise en cause a été placée en garde à vue du chef de violences aggravées par deux circonstances suivies d’incapacité n’excédant pas huit jours. La brigade des recherches de Saint-Paul est dorénavant en charge de la procédure pénale" informe le parquet. L'agression a fait plusieurs blessés, aucun pronostic vital n'est engagé.

"Les investigations en cours s’attachent à entendre victimes et témoins, à déterminer précisément les blessures infligées aux victimes ainsi que l’arme utilisée par la mise en cause (l’usage d’un couteau n’est pas certifié en l’état de l’enquête)" précise encore le parquet de Saint-Pierre. L'arme en question pourrait en effet être un couteau, mais celui-ci reste à confirmer.

"Fragile psychologiquement, la mise en cause a été jugée médicalement compatible au placement en garde à vue. Une expertise psychiatrique sera néanmoins nécessaire."

- Placement en établissement psychiatrique -

Après enquête, les autorités indiquent que "la mise en cause s’est présentée devant l’établissement social à 14 heures armée d’une pierre, d’un tube d’aspirateur et d’un couteau. Elle a brisé une vitre à l’aide de la pierre, a porté des coups de tube et a menacé une éducatrice avec le couteau. Plusieurs personnes intervenus pour désarmer la mise en cause ont subi des blessures des armes portées par cette dernière".

L’éducatrice, la plus durement touchée est toujours hospitalisée. "Si quatre personnes portent des blessures physiques, les nombreux agents présents ont fait part de leur fort retentissement aux enquêteurs" précise par ailleurs le communiqué

"Compte tenu de son état de grande confusion, la garde à vue de la mise en cause a été levée dans la nuit" expliquent les autorité. Cette dernière a été admise dans un service psychiatrique. Une procédure de soins sans consentement sur décision du représentant de l’Etat est en cours. Elle n’a pu être entendue sur les faits reprochés.

- La Maison départementale de Saint-Leu fermée ce mercredi -

Le Département a réagi dans la soirée, et déplore cet "acte de violence par le moyen d'une arme blanche [qui] est le fait d'une administrée ayant fait l'objet d'un signalement dans le cadre d'une procédure de protection de l'enfance en danger". La femme était donc connue des agents.

"Une éducatrice et un responsable de service travaillant dans les équipes de la Maison départementale ont été blessés. Leurs jours ne sont pas en danger" rassure à son tour le Conseil départemental. "L'agresseur a été maîtrisé par les forces de la gendarmerie qui sont intervenues avec diligence."

Suite à cette agression, les services d'aide sociale à l'enfance de la Maison départementale de Saint-Leu sont fermés ce mercredi 22 juillet et une cellule d'écoute psychologique a été mise en place pour les agents.

"Face à cet acte d’une grande gravité, le Département met en oeuvre toutes les mesures qui s'imposent sur le plan judiciaire et pour assurer la protection de ses agents qui remplissent tous les jours les missions du service public départemental avec courage et dévouement, notamment dans les territoires d'action sociale" conclue la collectivité.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !