Les transporteurs de retour à la Région après une opération escargot (actualisé) :

Le groupement "réfute les allégations de pressions sur la Région et d'instrumentalisation des transporteurs"


Publié / Actualisé
La semaine se poursuit devant l'hôtel de Région pour les transporteurs. Ils ne comptent pas lâcher tant qu'ils n'obtiennent pas de rencontre avec Didier Robert. Le président de Région, lui, semble ne pas vouloir céder non plus. Dans un nouveau communiqué envoyé ce jeudi, il informe les usagers que la collectivité "fait tout" pour permettre une continuité des services malgré le blocage de la pyramide inversée. Les tensions entre tous ces acteurs, groupement inclus, semblent loin d'être terminées. Une opération escargot a été organisée par les transporteurs jusqu'à La Possession avant de retourner vers Saint-Denis. La Région a réitéré qu'elle n'accepterait aucun dialogue dans ces conditions. Le groupement pour sa part a également réagi aux attaques de la collectivité et "réfute les allégations de pression sur la Région". (Photo rb/www.ipreunion.com)
La semaine se poursuit devant l'hôtel de Région pour les transporteurs. Ils ne comptent pas lâcher tant qu'ils n'obtiennent pas de rencontre avec Didier Robert. Le président de Région, lui, semble ne pas vouloir céder non plus. Dans un nouveau communiqué envoyé ce jeudi, il informe les usagers que la collectivité "fait tout" pour permettre une continuité des services malgré le blocage de la pyramide inversée. Les tensions entre tous ces acteurs, groupement inclus, semblent loin d'être terminées. Une opération escargot a été organisée par les transporteurs jusqu'à La Possession avant de retourner vers Saint-Denis. La Région a réitéré qu'elle n'accepterait aucun dialogue dans ces conditions. Le groupement pour sa part a également réagi aux attaques de la collectivité et "réfute les allégations de pression sur la Région". (Photo rb/www.ipreunion.com)

Nos journalistes sont sur place pour suivre cette opération escargot, suivez-nous en direct :

Ce vendredi, en milieu d'après-midi, les transporteurs ont quitté la Région pour se diriger en convoi vers l'ouest. Une vingtaine de camion ont parcouru Saint-Denis et la Toute du littoral. Ils ont ensuite fait demi-tour à La Possession pour retourner vers le nord.

A savoir que dans la journée de vendredi, le président de Région Didier Robert a publié un nouveau communiqué.

"Au quatrième jour de la manifestation des transporteurs, la Région Réunion établit le constat selon lequel les services régionaux ne peuvent toujours pas fonctionner de façon optimale. La gestion des affaires courantes, en particulier l’attribution des aides régionales à leurs bénéficiaires s’en trouve lourdement impactées.

Les représentants de la FNTR ont ce jeudi 23 juillet officiellement sollicité par courrier, une rencontre avec le Président de la Région. Didier Robert précise qu’il ne recevra aucun transporteur sous la menace, l’intimidation, la pression et tant que l’Hôtel de Région n’aura pas retrouvé un fonctionnement normal. Le dialogue pourra être réouvert à la condition expresse que toute forme d’entrave soit levée immédiatement.

Le Président de Région regrette également les impacts de l’opération escargot organisée en fin d’après midi par les transporteurs. Les automobilistes et plus largement les Réunionnais ne doivent pas être les victimes de cette action inacceptable des transporteurs.

La procédure de référé engagée mardi dernier par la Région Réunion, sera examinée ce 28 juillet par le Tribunal de Grande instance de Saint Denis."

- Le groupement répond à la Région -

Le groupement par ailleurs s'exprime pour la première fois depuis le début de la mobilisation, et se défend de toute pression exercée sur la Région ou instrumentalisation des transporteurs.

"Le Groupement composé des sociétés GTOI, SBTPC et VINCI Construction Terrassement, attributaire du marché de construction d’une section de 2,7 km de digue de la Nouvelle Route du Littoral (marché MT5.2) réfute fermement les allégations de pressions exercées sur la Région Réunion et d’instrumentalisation des transporteurs.

Le Groupement rappelle les éléments suivants :

Le 18 octobre 2019, Monsieur le Préfet de La Réunion a réuni l’ensemble des acteurs du projet dans le cadre d’une table ronde qui a conclu à l’ouverture d’un espace de travail sous l’égide du Secrétariat d’État chargé des Transports.

Depuis le 21 octobre 2019, par décision de la Région Réunion, le Groupement n’est plus autorisé à poursuivre les travaux du marché MT 5.2. A l’issue de nombreux échanges qui se sont tenus en parallèle de la médiation judiciaire en cours, le Groupement s’est engagé à achever la réalisation de cet ouvrage dans les conditions du relevé de décisions du 22 janvier 2020 établi avec la Région Réunion, en présence de l’État.

Le relevé de décisions du 22 janvier 2020 permet :
- au Groupement de réaliser, sur la base de prix établis en transparence, 500 mètres de digue à partir d’andains, dans l’attente d’une solution d’approvisionnement pérenne ;
- la mise en place d’un Comité de suivi qui a pour mission de valider étape par étape les montants relatifs à la poursuite des travaux sur la même base de transparence ;
- de rechercher l’ensemble des solutions minimisant le coût de réalisation des ouvrages.

Les travaux reprendront dès la signature d’un accord formalisant les conclusions de ce relevé de décisions.

Pour mémoire, le projet de construction des digues de la Nouvelle Route du Littoral rencontre, depuis son démarrage, des difficultés d’approvisionnement en matériaux nécessaires à sa réalisation. L’ouverture de l’ensemble des carrières nécessaires au projet (Lataniers, Bellevue et Bois Blanc - Ravine du Trou...) s’est heurtée à l’accroissement des contraintes administratives et sociétales. Les ordonnances rendues par le Tribunal Administratif de Saint-Denis le 29 avril 2019, ont suspendu l’exploitation de la carrière de Bois Blanc - Ravine du Trou. Les motifs de ces décisions ne sont imputables ni au Groupement ni au carrier. Elles visent notamment l’annulation de la révision du Schéma Départemental des Carrières intervenue en 2018.

Le Groupement reste à la disposition de la Région Réunion et de l’État pour définir les modalités de la mise en œuvre du relevé de décisions."

- Contestation depuis mardi -

Jour 1

Ils ont commencé le mouvement par un convoi tôt mardi 21 juillet en direction de la pyramide inversée. Sur place, ils ont réclamé une rencontre avec Didier Robert, absent car en vacances. Tant que les transporteurs ne l'ont pas vu autour d'une table, ils refusent de bouger leurs poids lourds.

Dominique Fournel a essayé de prendre le relais, sans succès. Le vice-président chargé des grands chantiers de la Région a donc réalisé une conférence de presse pour donner sa version des choses. Le groupement est directement visé et selon la Région, c'est en raison des sommes réclamées par GTOI-SBTPC-Vinci que le chantier est à l'arrêt. Un conflit qui pourrait bien se terminer par une résiliation du marché de la digue. Si c'est le cas, les transporteurs se retrouveront sans travail pendant au moins 6 mois, le temps de trouver un nouvel attributaire. Dominique Fournel table sur une livraison de la NRL "au mieux" en 2024. Pas de quoi rassurer les transporteurs.

Lire aussi : Les transporteurs en colère vont passer la nuit devant la Région

Jour 2

Après une nuits passée sur place et un blocage devenu total à l'entrée de la pyramide inversée - aucun agent ne peut venir travailler, aucun particulier ne peut entrer déposer des documents - les transporteurs poursuivent leur mobilisation.

Entre temps Didier Robert a tenu à apporter une réponse, à distance, sous la forme d'un communiqué. Il avait déjà lancé une première offensive en faisant venir un huissier sur place, mandaté par la Région, pour constater le blocage. Il a aussi indiqué avoir saisi en référé les autorités judiciaires pour faire cesser cette situation inadmissible.

La Région ne cèdera pas "ni au chantage, ni à la pression, ni à la désinformation opérés ces dernières semaines". Didier Robert ajoutait également que les transporteurs étaient eux-mêmes "victimes d’instrumentalisation".

Lire aussi : "La Région ne cèdera pas au chantage" prévient Didier Robert, les transporteurs préparent leur réponse

Jour 3

Lees transporteurs ont passé une seconde nuit sur place de mercredi à jeudi pour remettre le couvert dès le lendemain. Le communiqué de la Région n'a pas vraiment calmé le jeu et ce jeudi l'intersyndicale a répondu fermement qu'il n'y avait "aucune manipulation politique".

Lire aussi : Jour 3 : les transporteurs sont toujours devant la Région

Les choses ne se sont pas arrangées ce jeudi puisqu'un nouveau communiqué de la Région - qui n'a d'ailleurs toujours pas été envoyé à Imaz Press - rappelle que la collectivité ne cèdera pas.

"La Région Réunion informe les usagers qu’en raison du blocage de l’Hôtel de Région par les transporteurs, les paiements au profit des divers bénéficiaires des aides régionales (étudiants, entreprises, associations culturelles…), ainsi que la validation et délivrance des bons de continuité, connaissent actuellement d’importants ralentissements et retards. La Collectivité met cependant tout en œuvre afin de permettre à ses agents d’assurer la continuité des services et ce malgré l’impossibilité d’accéder à leur outil de travail. Elle regrette que ce blocage brutal et massif de la part des transporteurs, fragilise davantage l’économie de l’île déjà malmenée par la crise de la Covid 19."

"On a vu le nouveau communiqué, c’est exactement ça : de la communication", réagit Didier Hoareau, président de l'OTI (Organisation des transporteurs indépendants). "Comment ils faisaient pendant le confinement ? Ce n’est pas une journée ou deux qui va empêcher quoi que ce soit. On essaye de retourner l'opinion publique du mauvais côté", constate-t-il.

Les transporteurs, plus remontés que jamais suite à ces communiqués envoyés à distance mais toujours sans déplacement du président de Région sur les lieux, ont donc passé à nouveau la nuit devant la Région et continuent le mouvement de blocage. Ils attendent toujours un échange direct avec Didier Robert, et non son vice président Dominique Fournel. "On ne veut plus avoir affaire à Dominique Fournel, il dit beaucoup de bêtises. Ce sera Didier Robert ou rien", conlut Didier Hoareau. 

Lire aussi : Le vacancier Didier Robert ou l'art du "c'est la faute de tous les autres pas de la mienne"

Lire aussi : Chantier de la NRL : approuvez-vous le mouvement des transporteurs ?

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

6 Commentaire(s)

Monsieur De., Posté
Le groupement est grand de chez costeau et n'a pas besoin d'une petite main locale pour lui tenir la sienne !
Zavoca marron, Posté
Croire est une chose...tandis que faire croire est peut-être un art...jusqu'à ce que...ð??...
Méridien barbaronne, Posté
La région 2021 lé mort pou lu. CAROUPAYE arrête dit ou bene camarade Â"  laisse à lu fé sa CARPY après va négocier Â"!
Transporteurs largue pas le morceau, i blague ek zot la region et i cassiette comme tangue - bravo IMAZ PRESS reunion, sans vous la vie lé fade
Volcan974, Posté
Qui dit vrai la region ou le groupement? Une certaine personne a de forte chance d être constipée maintenant
TMA974, Posté
La vie de journaliste, haletante, trépidante..Zot la suiv en VAE ? Bisous Maya
Caillou, Posté
Sans commentaire.