[LIVE-PHOTOS- VIDEO] NRL : le conseil régional parle de "manipulation" et de "mensonges" :

La Région : "l'arrêt du chantier est de l'entière responsabilité du groupement"


Publié / Actualisé
Sixième jour de mobilisation pour les transporteurs ce lundi 27 juillet 2020. Leurs camions sont toujours stationnés devant la Pyramide inversée, le siège dionysien de la Région Réunion. Ils réclament toujours une "réponse claire du conseil régional" concernant la reprise ou non des travaux sur la partie digue du chantier de la NRL. "Nous resterons là tant que Didier Robert ne nous aura pas reçus". "Nous nous sentons trahis par le président de Région" affirme Didier Hoarau, président de l'organisation des transporteurs indépendants (OTI). Le président de Région continue d'affirmer qu'il ne recevra personne "sous la pression" et réclame "la levée du blocage". La collectivité a d'ailleurs saisi la justice pour obtenir le départ des camions. Le jugement sera rendu ce mardi. Une réunion sur la poursuite ou non du chantier de la NRL aura lieu ce jeudi entre l'Etat, la Région et le groupement. Les transporteurs ne sont pas conviés. La Région publie un communiqué ce lundi 27 juillet 2020, dans lequel elle accuse le groupement d'être seule responsable de l'arrêt du chantier. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Sixième jour de mobilisation pour les transporteurs ce lundi 27 juillet 2020. Leurs camions sont toujours stationnés devant la Pyramide inversée, le siège dionysien de la Région Réunion. Ils réclament toujours une "réponse claire du conseil régional" concernant la reprise ou non des travaux sur la partie digue du chantier de la NRL. "Nous resterons là tant que Didier Robert ne nous aura pas reçus". "Nous nous sentons trahis par le président de Région" affirme Didier Hoarau, président de l'organisation des transporteurs indépendants (OTI). Le président de Région continue d'affirmer qu'il ne recevra personne "sous la pression" et réclame "la levée du blocage". La collectivité a d'ailleurs saisi la justice pour obtenir le départ des camions. Le jugement sera rendu ce mardi. Une réunion sur la poursuite ou non du chantier de la NRL aura lieu ce jeudi entre l'Etat, la Région et le groupement. Les transporteurs ne sont pas conviés. La Région publie un communiqué ce lundi 27 juillet 2020, dans lequel elle accuse le groupement d'être seule responsable de l'arrêt du chantier. (Photo rb/www.ipreunion.com)
  • IPR

    Ce live est à maintenant terminé

    Merci d'avoir suivi cette actualité avec nous

    Bonne fin d'après-midi

  • IPR

    "L’arrêt du chantier est de l’entière responsabilité du Groupement Colas et Vinci Construction"

    La Région conclut en rejetant l'entière responsabilité de l'arrêt du chantier sur le Groupement, puis en promettant faire de son possible pour terminer la Nouvelle route du littoral dans des temps et un buget restreints :

    "La Région considère officiellement que l’arrêt du chantier est de l’entière responsabilité du Groupement Colas et Vinci Construction. La Collectivité précise néanmoins, qu’elle reste a disposition du Groupement, pour définir les modalités d’un avenant conforme aux règles de la commande publique qui s’appliquent bien à ce marché. La Région mettra tout en œuvre pour l’achèvement complet de la Nouvelle route du littoral dans un calendrier et un budget resserrés."

  • IPR

    39 millions d'euros de plus que le marché initial 

    "A ce stade, le Groupement maintient par le biais de son communiqué, sa position de réaliser 500 mètres de digue (inférieure) pour un montant de 69 millions d’euros, alors que le marché initial avait été signé sur une base prévoyant 30 millions d’euros pour cette partie", détaille la Région dans son communiqué. 

    Des nouveaux tarifs qui signifirait "une sortie du cadre du Code des marchés publics" en plus du doublement du marché initialement signé, selon la Région.

    "La médiation qui a été confiée à un Conseiller d’État par le Président du Tribunal Administratif de La Réunion et organisée par les avocats des parties, depuis plusieurs mois maintenant, débouche systématiquement sur un échec en raison de l’impossibilité de trouver une base juridique légale sérieuse aux propositions du Groupement formulées jusqu’à présent."

    "A l’inverse, la solution proposée par la Région (une augmentation de 45 millions d’euros à une "solution andain" pour financer la réalisation complète de cette digue, est une proposition qui permet de retrouver la notion de juste prix, et qui est conforme au Code des marchés publics. Cette solution a jusqu’à maintenant, été catégoriquement refusée par le Groupement", affirme la Région d'un ton acusateur. 

  • IPR

    Une médiation mais pas un accord 

    "Cette décision de résiliation a été suspendue à la demande de l’État qui a accepté de procéder à une médiation sous l’égide du Secrétariat d’État aux Transports. Cette médiation a abouti au relevé de décision du 22 janvier 2020 signé entre l’Etat, la Région et le Groupement", rappelle la Région évoquant le protocole transitoire signé en janvier dernier.

    "Il apparaît évident pour tous, que ce relevé de décision ne constitue en aucun cas, un accord formel mais une volonté des parties de rechercher un accord selon des lignes directrices permettant la reprise des travaux. Il est tout aussi évident que ces travaux ne peuvent reprendre que dans un cadre juridique sécurisé."

  • IPR

    Les raisons de la colère

    Pour le sixième jour consécutif, les transporteurs campent devant la Région pour obtenir des réponses concernant la reprise – ou non – du chantier de la partie digue de la NRL.
    La décision a été prise lundi 20 juillet, suite à une conférence de presse annonçant qu'ils comptaient bien "sortir l'artillerie lourde". Le lendemain, une centaine de camions ont pris le départ depuis Champ Fleuri pour se poster devant la Région, tandis qu'une cinquantaine de poids-lourds prenaient la route depuis Saint-Pierre.

    Les transporteurs ont passé la journée devant la Pyramide inversée pour réclamer une rencontrer avec Didier Robert, qui est actuellement en congé. C'est donc Dominique Fournel, premier vice-président de la Région, qui a proposé de rencontrer les transporteurs, qui ont refus. Il a donc tenu une conférence de presse pour donner des détails sur la suite des événements concernant la NRL.

    Résultat : ce dernier a annoncé que la NRL sera livrée, dans le meilleur des cas, en 2024. Il a aussi indiqué que cette situation de blocage était due aux tensions entre Région et groupement. "Si on accède aux demandes du groupement, cela représente un montant entre 450 et 500 millions d'euros, soit presque le doublement du marché initial. C'est une question de légalité", a-t-il déclaré.

  • IPR

    Deux courriers du Groupement à l'origine de la résiliation du marché digue, selon la Région

    "La Collectivité régionale tient à apporter des précisions et corriger plusieurs faits qui s’apparentent à des contre vérités et à des mensonges", se défend la Région ce lundi.

    "En date du 18 octobre 2019, la Région Réunion a été amenée à procéder à la résiliation pour faute du marché MT 5.2, (chantier de la digue entre la Grande-Chaloupe et La Possession, d’une longueur de 2,7 kilomètres). Cette décision intervient a la suite de deux courriers du Groupement datés des 28 août 2019 et 23 septembre 2019."

    "Par ces courriers le Groupement Colas / Vinci Construction avait informé le maître d’ouvrage de son refus d’exécuter ses obligations contractuelles et de sa décision de démobiliser les moyens qui étaient affectés à ce chantier.
" Une affirmation donc en opposition à celle du Groupement qui se dédouanait de toute responsablité, vendredi. 

  • IPR

    La Région fustige "la manipulation et les mensonges du Groupement"

    La Région Réunion publie, ce lundi 27 juillet 2020, un communiqué accusateur à l’encontre du Groupement, qu’elle estime entièrement responsable de l’arrêt du chantier de la NRL.

    "Dans son communiqué daté du 24 juillet 2020, le Groupement Colas / Vinci Construction présente à la population et aux différents acteurs économiques de ce chantier, une situation qui ne correspond pas à la réalité", explique la Région.

    Cela en réponse donc au communiqué du groupement publié vendredi dernier. "Pour mémoire, le projet de construction des digues de la Nouvelle Route du Littoral rencontre, depuis son démarrage, des difficultés d’approvisionnement en matériaux nécessaires à sa réalisation. L’ouverture de l’ensemble des carrières nécessaires au projet (Lataniers, Bellevue et Bois Blanc - Ravine du Trou…) s’est heurtée à l’accroissement des contraintes administratives et sociétales. Les motifs de ces décisions ne sont imputables ni au Groupement ni au carrier", se défendait alors le Groupement.

  • IPR

    "Trahis par le président de Région"

    "Nous nous sentons trahis par le président de Région" a déclaré Didier Hoarau ce lundi matin. "Nous avons laissé passer les élections (municipales - ndlr), le président du conseil régionl nous avait assuré que le travail allait reprendre. Les promesses n'ont pas été tenues" ajoute le transporteurs. Regardez :

  • IPR

    Installés dans la durée

    Depuis mardi dernier donc les jours passent et se ressemblent devant la Région. Estimant "avoir été assez roulés dans la farine", les transporteurs et leurs poids-lourds se sont installés devant la Pyramide inversée.

    Tentes, barbecues, toilettes, sono, les profesionnels de la route se sont visiblement organisés pour rester longtemps. Et c'est en groupe, qu'ils suivent les dernières informations les concernant. Regardez

  • IPR

    Bonjour La Réunion !

    Prêt.e.s pour une nouvelle journée de suivi du blocage de la Région par les transporteurs ? Oui ? Alors c'est parti !

A propos

Pour le sixième jour consécutif, les transporteurs campent devant la Région pour obtenir des réponses concernant la reprise – ou non – du chantier de la partie digue de la NRL.
La décision a été prise lundi 20 juillet, suite à une conférence de presse annonçant qu'ils comptaient bien "sortir l'artillerie lourde". Le lendemain, une centaine de camions ont pris le départ depuis Champ Fleuri pour se poster devant la Région, tandis qu'une cinquantaine de poids-lourds prenaient la route depuis Saint-Pierre.

Les transporteurs ont passé la journée devant la Pyramide inversée pour réclamer une rencontrer avec Didier Robert, qui est actuellement en congé. C'est donc Dominique Fournel, premier vice-président de la Région, qui a proposé de rencontrer les transporteurs, qui ont refus. Il a donc tenu une conférence de presse pour donner des détails sur la suite des événements concernant la NRL.

Résultat : ce dernier a annoncé que la NRL sera livrée, dans le meilleur des cas, en 2024. Il a aussi indiqué que cette situation de blocage était due aux tensions entre Région et groupement. "Si on accède aux demandes du groupement, cela représente un montant entre 450 et 500 millions d'euros, soit presque le doublement du marché initial. C'est une question de légalité", a-t-il déclaré.

- Pas de dialogue, des communiqués de presse publiés -

Des annonces qui sont loin d'avoir satisfait les transporteurs, qui ont donc décidé de passer la nuit devant la Région. Le lendemain, exigeant toujours de rencontrer Didier Robert, ils ont décidé de durcir le mouvement en empêchant les employés de la Région d'accéder au bâtiment. Les personnes ayant rendez-vous sur place ont aussi été priées de partir.

Les employés avaient par ailleurs été prévenu dès la veille au soir, par e-mail, que la Région serait fermée. Certains ont tout de même tenté de rentrer dans le bâtiment, mais ont été refoulés à l'entrée. Un huissier a donc été dépêché sur place pour constater "l'entrave à la liberté de circuler". Le président de Région est ensuite sorti de son silence via un communiqué, indiquant qu'il ne "cédera pas au chantage".

Loin de débloquer la situation, ce communiqué a attisé la colère des transporteurs, qui ont de nouveau passé la nuit devant la Région, puis une troisième journée à manifester. Didier Robert a, de son côté, de nouveau publié un communiqué de presse informant la population que "les paiements au profit des divers bénéficiaires des aides régionales (…), ainsi que la validation et délivrance des bons de continuité, connaissent actuellement d’importants ralentissements et retards".

- Sixième jour de mobilisation après un week-end calme -

Ne démordant pas, une troisième nuit a été passée devant la Pyramide inversée. Au quatrième jour de mobilisation, ce vendredi, les transporteurs ont lancé une opération escargot surprise, au départ de la Région et qui s'est étendue jusqu'à La Possession. La circulation n'a cependant été que peu impactée, les transporteurs ayant indiqué à plusieurs reprises ne pas vouloir handicaper la population.

En fin de journée, le groupement est finalement sorti de son silence après les accusations de la Région, en se défendant de toute pression exercée sur la Région ou instrumentalisation des transporteurs

Après un week-end passé dans le calme, les transporteurs n'ont pas bougé du Moufia ce lundi. Ils réclament encore et toujours un entretien avec Didier Robert. Ce dernier, ayant indiqué de les recevoir sous la pression, a décidé de les assigner en justice ce mardi.

 

   

4 Commentaire(s)

Roulés!, Posté
Oté Robert, tu l'as roule a nou, Ton zoli kozement l'a roule a nous dans la boue !
Babouk loswoir, Posté
Primo, Time is Money. Secundo, il y a 2 signatures sur un contrat (public ici).
Tertio, tant que les ouvrages ne sont réceptionnés, ils ne sont pas la propriété du MOP...
CHABAN, Posté
Pourquoi la région s'agite si c'est le groupement qui est totalement responsable ?
SOWETO, Posté
Bien fait pou zot gueule, zot la embrasse didix sur la bouche pendant la campagne,c'était l'amour fou maintenant zot y dechante. Vive didix.