[LIVE - PHOTOS/VIDEO] Nouvelle route du littoral :

Assignés en justice par la Région, les transporteurs fixés sur leur sort mercredi matin


Publié / Actualisé
Assignés en justice par la Région, les transporteurs seront fixés sur leur sort ce mercredi matin 29 juillet 2020. Le tribunal judiciaire dira à ce moment là si les professionnels du transport et leurs camions doivent quitter les abords de la Pyramide inversée comme le réclame Didier Robert. Les transporteurs ont annoncé qu'ils resteraient en place en attendant la décision du tribunal. Pour rappel, le président de Région refuse toujours de rencontrer les transporteurs pour discuter de l'avenir du chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL). Il a fait savoir dans plusieurs communiqués qu'il n'accepterait pas de rencontre tant que les transporteurs seraient postés devant la Région. Une réunion est par ailleurs prévue ce jeudi entre l'Etat, le conseil régional et le groupement. Aucun représentant des transporteurs n'a été convié à cette rencontre où il devrait être décidé de la poursuite ou non du chantier. Le président de Région a aussi affirmé, encore une fois par communiqué, que l'arrêt du chantier était uniquement imputable au groupement qu'il accuse de "mensonges" et de "manipulation". Suivez notre direct (Photo rb/www.ipreunion.com)
Assignés en justice par la Région, les transporteurs seront fixés sur leur sort ce mercredi matin 29 juillet 2020. Le tribunal judiciaire dira à ce moment là si les professionnels du transport et leurs camions doivent quitter les abords de la Pyramide inversée comme le réclame Didier Robert. Les transporteurs ont annoncé qu'ils resteraient en place en attendant la décision du tribunal. Pour rappel, le président de Région refuse toujours de rencontrer les transporteurs pour discuter de l'avenir du chantier de la Nouvelle route du littoral (NRL). Il a fait savoir dans plusieurs communiqués qu'il n'accepterait pas de rencontre tant que les transporteurs seraient postés devant la Région. Une réunion est par ailleurs prévue ce jeudi entre l'Etat, le conseil régional et le groupement. Aucun représentant des transporteurs n'a été convié à cette rencontre où il devrait être décidé de la poursuite ou non du chantier. Le président de Région a aussi affirmé, encore une fois par communiqué, que l'arrêt du chantier était uniquement imputable au groupement qu'il accuse de "mensonges" et de "manipulation". Suivez notre direct (Photo rb/www.ipreunion.com)
  • IPR

    La CFDT BTP au soutien des transporteurs 

  • IPR

    Maître Olivier Tamil, avocat des transporteurs : "nous sommes confiants"

     

  • IPR

    Didier Hoarau, transporteur : "nous n'avons jamais bloqué l'accès à la Région, nous n'avons jamais bloqué les routes"

     

  • IPR

    Fin de l'audience, le tribunal rendra sa décision demain matin

  • IPR

    "Il s'agit d'une instrumentalisation politique"

    "Les transporteurs sont en difficulté, ils ne sont pas millionaires. L'astreinte de 2.000 euros constituerait une ingérence dans leur doroit fondamental de se réunir pacifiquement", explique l'avocat des transporteurs.

    Me Olivier Tamil rappelle que ses clients, Joël Mongin, Didier Hoareau et Jean-Gaël Rivère ont été assignés à titre personnel, alors qu'ils n'ont pas, eux-mêmes, de camion sur place.

  • IPR

    Pas d'entrave et donc pas d'intervention de la police, selon l'avocat des transporteurs

    "Si les entraves constatées par l'huissier de la Région étaient avérées, vous ne pensez pas que les forces de l'ordre seraient intervenues ?", demande l'avocat des transporteurs au juge.

    "Il est vrai qu'un matin, dans un mouvement d'humeur ils ont bloqué l'entrée principale, mais il y a d'autres entrées. Dire que les transporteurs bloquent la Région est un mensonge. C'est le président qui a décidé de fermer la Région jusqu'à nouvel ordre.

  • IPR

    Un problème qui concerne toute La Réunion

    L'avocat des transportuers prend la parole.

    "Des promesses ont été faites. A chaque fois c'était un argument de campagne, et une fois la campagne terminée, la parole donnée n'est pas respectée", énumère Maître Olivier Tamil, souhaitant revenir sur "le fond de cette histoire". 

    "Ce n'est pas seimplement un problème de transporteurs. C'est un probème qui concerne toute La Réunion."

  • IPR

    La Région demande une astriente de 2.000 euros par heure de blocage

    À l'appui des constats d'huissier attestant de la présence de camions et de tentes devant l'hôtel de Région, Maître Doulouma évoque une entrave "à la liberté de travailler, au fonctionnement et à la continuité du service public". "Ni les agants ni les usagers ne peuvent accéder à l'hôtel de Région", insiste-t-elle.

    "On sollicite une astreinte de 2.000 euros par heure de blocage, pour assurer usagers et aux agents qu'ils puissent revenir à l'hôtel de Région dans un climat plaisible."

  • IPR

    Déloger les transporteurs, une urgence pour la Région 

    "Le mouvement s'est durci ces derniers jours et l'accès à l'hôtel de Région est impossible. L'urgence relève du fait que la Région Réunion ne peut pas avoir une activité normale", explique l'avocate de la collectivité régionale.

    "Il y a besoin d'accéder à la Région pour faire les ordres de paiements. Sans cela, les salaires ne peuvent pas être versés."

  • IPR

    "La partie adverse part du mauvais pied"

    "Il y a une confusion entre la compétence et l'interaction", rétorque Maître Aurore Doulouma, l'avocate de la Région, plaidant que l'atteinte à la voirie routière peut relever d'une compétence élargie du juge judiciaire.

  • IPR

    Début de l'audience : l'avocat des transporteurs plaide l'incompétence du tribunal judiciaire

    Selon Maitre Oivier Tamil, défenseur des transporteurs, c'est le tribunal adminstratif qui aurait dû être saisi par le conseil régional.

    L'audience est présidée par Bruno Karl

  • IPR

    Les transporteurs Didier Hoareau (OTI), Jean-Gaël Rivière (FNTR) et Joël Mongin présents

    Ni le président du conseil régional, ni son vice-président Dominique Fournel ne font eux acte de présence au tribunal.

  • IPR

    Bonjour à tous.

    Nous ouvrons ce live pour suivre l'assignation des transporteurs par le conseil régional devant le tribunal de grande instance.

A propos

Les transporteurs se sentent "trahis", martèlent-ils depuis mardi 21 juillet 2020. Postés devant le bâtiment dionysien de la Région, ils exigent depuis sept jours maintenant de rencontrer Didier Robert, qui reste sourd à leurs sollicitations.  "Nous avons laissé passer les élections (municipales - ndlr), le président du conseil régionl nous avait assuré que le travail allait reprendre. Les promesses n'ont pas été tenues" regrettent les transporteurs.

Dider Robert refuse dit ne vouloir "céder ni au chantage ni à la pression, ni à la désinformation opérés ces dernières semaines", et l'a fait savoir à travers plusieurs communiqués. Il a notamment accusé les transporteurs d'être instrumentalisés par le groupement. Lequel s'est défendu de toute pression auprès de la Région ou des transporteurs dans un communiqué, publié quatre jours après le début des protestations.

Le président de Région n'en a pas démordu. Dans un communiqué publié lundi après-midi , la Région dit qu'elle" dénonce la manipulation et les mensonges du Groupement" et ajoute qu'elle "considère officiellement que l’arrêt du chantier est de l’entière responsabilité du Groupement Colas et Vinci Construction".

- Une assignation au tribunal et une réunion prévue jeudi -

La raison de ces différents : la possible résiliation du marché de la digue, et le chantier de la NRL qui est aujourd'hui presque à l'arrêt. Si les transporteurs accusent la Région de les abandonner, du côté de la Pyramide inversée, c'est le groupement qui est responsable.

Dominique Fournel a en effet indiqué, lors d'une conférence de presse organisée mercredi dernier, que la Région a déjà mis 50 millions d'euros supplémentaires pour la NRL. A ce jour, le groupement en demande 150 à 200 millions en plus. Avec les dépenses déjà engagées avant, "si on accède aux demandes du groupement, cela représente un montant total de 450 à 500 millions d'euros, soit presque le double du marché initial" s'est insurgé le premier vice-président régional.

En cas de résiliation du marché, la Région devra par ailleurs aussi verser une compensation financière au groupement, en addition d'un prolongement de six mois minimums du chantier. Six mois où le chantier serait à l'arrêt, et donc l'activité des transporteurs aussi.

En attendant la réunion de ce jeudi entre les différents acteurs du chantier de la NRL, les transporteurs comptent bien continuer leur mobilisation.

Imaz Press sera de nouveau en live ce mardi pour suivre le déroulé des événements, restez avec nous

Retrouvez tous nos articles sur la mobilisation des transporteurs :

• La Région : "l'arrêt du chantier est de l'entière responsabilité du groupement"

Sixième jour mobilisation des transporteurs : "nous nous sentons trahis par le président de Région"

• Le groupement "réfute les allégations de pressions sur la Région et d'instrumentalisation des transporteurs"

• Le vacancier Didier Robert ou l'art du "c'est la faute de tous les autres, pas de la mienne"

• Jour 3 : les transporteurs sont toujours devant la Région

• "La Région ne cèdera pas au chantage" prévient Didier Robert, les transporteurs préparent leur réponse

• Les transporteurs en colère vont passer la nuit devant la Région

• Les transporteurs sont "en guerre" : "on va sortir l'artillerie lourde"

   

7 Commentaire(s)

Coutaye, Posté
Les aides se font dans toutes les antennes ( saint André- saint Paul savannah- Centre cadjee- saint philippe- CPOI à saint pierre); c'est un vrai faux problème lorsqu'il annonce que les routiers empêchent le bon fonctionnement de ces aides!
Miuahhhhhhhhhhhhhmouahhhhhhhhhhh il ne sait plus quoi faire et surtout si le groupement se retourne contre lui et les transporteurs.
Comment les usagers ont fait lors du COVID pour les aides? À distance, en Tele travail !!!!!!!!!! Arrête jouer cannette là region, les routiers vous a dépisté
Gianni, Posté
Les transporteurs ont un avocat vraiment pas très spécialisé dans la défense. Il semblerait que dans les lives Facebook on vayait le transporteur de la Guadeloupe qui se réjouissait de dire qu'il donne congés aux agents et il a prit de haut les personnes qui se sont présentées au portail dont un agent. Et si nous étudiants nous pouvons porter plainte sur l'interdiction de nous rendre à l'université pour étudier ?
Charly, Posté
Il était temps , moi , j'ai des démarches à faire et un billet une continuité à récupérer
Les Messieurs avec leur grosses machines ont enfin fait ou fait faire travailler leur "coco vide"
Tant mieux , ils seront les bienvenus sur la route à condition de rouler comme les autres usagers
Travail , noute toute la besoin , moinsss aussi nana famille pou nouri na pa qu"a zot
Si un zour , bon dié nana pitié , zot nana zenfant sava fé zétide dane pays la fré , moin va blok continuité , ma voir commen zot y voi lo zaffer
Compris lé gras ????
Alain, Posté
Pyraide inversée
Kézako?
La vérité si je mens !, Posté
Serait-il possible l'auteur de l'article d'écrire l'Hôtel de Région Pierre Lagourgue ?
Feu Pierre Lagourgue a été président de Région 1986 - 1992 et Sénateur de la REUNION , 1992 - 1998
Merci beaucoup à la rédaction de IMAZPESS
Lame rasoir, Posté
Le président fantôme toujours en vacances? Dommage COVID-19 obligé de rester ici, sinon il aurait été aux usa, aux seychelles, à Paris, à Madagascar.... population réunionnaise i sa mette à lui en vacances à vie en mars 2021!
Déjà BAREIGTS la fatigue a lu sin dni ......
Transporteurs ne vous laisser pas berner par ce mauvais dirigeant qui vous fuit et vous fait du chantage! Lu l'a fini traité ek CAROUPAYE, et d'autres transporteurs sa mêm un peu lé poursuivi d'autres pas....
Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ), Posté
Tout peut arriver avec la justice (supprimé pour insulte - Webmaster) péi ...<
Autrement dit : Qu'un magistrat soit syndiqué pose déjà un problème au regard de la neutralité dont il se doit de faire preuve..
Certes, on est toujours le con de quelqu'un