Halte aux déchets :

Kolportaj, grand projet de lutte contre les dépôts sauvages


Publié / Actualisé
Le projet Kolportaj, né de l'initiative de plusieurs associations réunionnaises, vise à lutter contre la prolifération des déchets sauvages à La Réunion par la sensibilisation de la population et l'action collective. Déjà quatre actions de ramassage des déchets ont été réalisées sur plusieurs sites de l'île. D'autres actions sont à venir dans les prochains mois, notamment dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD). (Photos : Kolportaj)
Le projet Kolportaj, né de l'initiative de plusieurs associations réunionnaises, vise à lutter contre la prolifération des déchets sauvages à La Réunion par la sensibilisation de la population et l'action collective. Déjà quatre actions de ramassage des déchets ont été réalisées sur plusieurs sites de l'île. D'autres actions sont à venir dans les prochains mois, notamment dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD). (Photos : Kolportaj)

- Lancement de la phase 1 du projet Kolportaj -

Le projet Kolportaj est né de l’association de plusieurs organismes animés par la même envie de mettre fin aux makoteries sur l'île. Il a été impulsé par l’association GRANDDIR (Groupement régional des acteurs de l’éducation à l’environnement pour un développement durable de l’Ile de La Réunion).

Sa coordination a été confiée à l’ONG l’Homme et l’Environnement La Réunion. Les phases 1 et 2 de ce projet, pensé de manière pluriannuelle, sont financées par la DEAL.

L’objectif de la phase 1 du projet est d’associer des groupes intercommunaux et des relais locaux associatifs pour faire face aux problématiques concernant les déchets sauvages. Ses trois premières actions ont ainsi été menées en collaboration avec les intercommunalités de la Casud, du TCO et de la Cirest.

- Quatre premières actions concrètes -

A la fin du mois de juin et au mois de juillet, quatre actions de ramassage des déchets et de sensibilisation ont été organisées sous différentes formes pour conforter la mise en place des comités de territoires. L’objectif étant de sensibiliser tant les participants que la population par des actions annexes complémentaires : expression orale, tri et pesée des déchets et échanges sur les potentielles finalités artistiques de ces objets ramassés dans la nature.

• Au Tampon, une première action de collecte des déchets sauvages a été organisée le 26 juin avec la collaboration de participants citoyens, des associations Allons jouer mangue et la ligue d’improvisation théâtrale de La Réunion et de la Casud. Cette collecte, tout en permettant de nettoyer la nature des mégots, canettes, gisements de pneus et polystyrène, a débouché sur une prise de parole des participants autour de cette problématique.

• A Saint-Benoît, le 4 juillet, les déchets sauvages ramassés sur la zone littorale. Ainsi, quelques 216 kg de déchets sauvages provenant de l’océan ont été ramassés en l’espace de 3h. Ils ont été pesés et triés pour alerter la population sur la diversité des déchets qui se retrouvent dans l’écosystème marin. Après avoir effectué ce tri, l’Observatoire marin de La Réunion, partenaire de l’opération, estime que 87% de ces déchets sont recyclables.

• A La Possession, en collaboration avec la mairie, Papangue Prod et Cordaze, une action de ramassage a été organisée le 5 juillet. Elle a permis de réfléchir sur les actions à mener pour pallier le problème et sur le recyclage de ces déchets dans le domaine artistique, notamment par la création de sculptures.

• A Saint-Louis ce jeudi 30 juillet, la Mairie, l’ONG l’Homme et l’Environnement La Réunion et l’association Art et traditions culturelles malbares ont organisé un ramassage de déchets sauvages le long du Bras de Cilaos. Outre cette opération " coup de poing ", l’objectif est de co-construire une équipe de médiateurs socio-environnementaux qui pourrait intervenir au plus près des citoyens régulièrement.

- La deuxième phase du projet -

Dans la perspective 2020-2021, l’organisation d’une cinquantaine d’actions est prévue dans le cadre du projet Kolportaj 2 en collaboration avec les intercommunalités partenaires. Certaines seront effectuées en parallèle de la Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD) en septembre/octobre 2020 et auront pour objectif de renforcer le message transmis durant cet événement.

   

5 Commentaire(s)

LouisP, Posté
@Sandrine : Alors agissez et allez ramasser les carcasses auto, batteries et bidons d'huile et ah oui j'oubliais les pneus. Parce que pour ça pas besoin de balade photographiée sur la plage.. il suffit de faire 50 mètres autour de chez soi. Ah mais oui comme disent les band de koshon ça rentre pas dans les sacs
Sandrine, Posté
super initiative ! il faut arrêter de compter sur les maires, sur le gouvernement, sur je ne sais qui ! soyons responsables ! agissons !
Princesse Fraise de Bandcochon, Posté
Nous lisons sur le Web que le projet kolportaj est impulsé par l'association GRANDDIR (Groupement régional des acteurs de l'éducation à l'environnement pour un développement durable de l'Île de La Réunion). GRANDDIR existe depuis juin 2013 !!! Soit même pas 2 ans après la naissance de Bandcochon. De plus leurs partenaires étaient la DEAL la Région Réunion et le Conseil général... étonnement... en 7 ans... rien n'a bougé et là tout à coup avec les petits sacs de ramassage le problème va être réglé ! Magnifique !
https://www.bandcochon.re/site_media/uploads/affiches/jolissacsdisdonc.jpg
7AC, Posté
Quand je vois ces gens qui ramassent sur leurs heures de repos, moi ça me révolte de savoir qu'il y en a plein de ceux qui jettent, vivent des subsides sociaux.
Pourquoi en contrepartie de ces aides, ne serait-il pas exigé quelques heures de ramassage tous les mois ?
Jaco, Posté
encore des associations subventionnées...........ou sont les actions des maires?????????