Après plus de 14 mois de suivi :

La tortue Tina a quitté les eaux iraniennes pour rejoindre le Sud des Emirats Arabes unis


Publié / Actualisé
" Cc Tina que nous croyions avoir perdue le 15 juillet, émet toujours ! Après plus de 14 mois de suivi vient de changer de site d'alimentation. Elle reste à l'entrée du Golfe Persique, mais a quitté les eaux iraniennes pour rejoindre celles un peu plus au Sud des Emirats Arabes unis (carte 1) " indique le directeur de Kelonia dans un communiqué que nous publions ci-contre. (photo Kélonia)
" Cc Tina que nous croyions avoir perdue le 15 juillet, émet toujours ! Après plus de 14 mois de suivi vient de changer de site d'alimentation. Elle reste à l'entrée du Golfe Persique, mais a quitté les eaux iraniennes pour rejoindre celles un peu plus au Sud des Emirats Arabes unis (carte 1) " indique le directeur de Kelonia dans un communiqué que nous publions ci-contre. (photo Kélonia)

(Tina se trouve au Sud des Emirats Arabes unis)

Il est intéressant de voir qu’elle reste sur des fonds entre 25 et 50 m de profondeur. Ce qui lui permet de se nourrir sur le fond de crustacés ou de mollusques benthiques.

Cc Tina  a choisi des eaux "un peu moins chaudes " 34°C au lieu de 35-36°C . Et c’est peut-être la raison de son déplacement. A ce niveau de température, 1 à 2 degrés c’est important car les caouannes n’aiment pas spécialement les eaux chaudes. Et 35-36°C c’est chaud même pour les espèces de tortues marines équatoriales et donc surtout pour les caouannes qui sont plutôt des tortues des eaux tempérées !

Il est probable que la population de Caouannes du Nord de l’océan Indien se soit adaptée au cours du temps (nous parlons de dizaines de millions d’années) à ces températures élevées. Elles n’ont pas la possibilité de rejoindre des eaux plus fraiches vers des latitudes plus élevées comme dans les autres océans (Océan indien Sud, Atlantique et Pacifique). Et les faibles profondeurs du Golfe Persique ne favorisent pas les remontées d’eaux profondes plus fraiches. Alors il a fallu s’adapter ou disparaître!

L’adaptation de certaines populations de tortues marines a des températures particulières a été récemment montré au Chili. Sur le site d’Arica Bay les scientifiques chiliens ont récemment montré que les tortues vertes d’un morphotype particulier (the" black green turtle" plus sombre que le morpholtype " Yellow green turtle") présentent une mutation au niveau du génome qui agit sur la tolérance à la température et sur la couleur de la carapace. Et ces tortues sont présentes sur des habitats bien plus frais que ceux habituellement occupés par les tortues vertes.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !