Les blocages sont terminés :

Campagne sucrière : un début houleux mais des chiffres satisfaisants


Publié / Actualisé
Le début de la campagne sucrière a été houleux, avec des blocages d'usines, des retards de lancement et des désaccords sur le protocole d'échantillonnage de la canne. Après plus d'un mois de campagne, du côté des planteurs comme des usiniers, tout semble finalement être rentrer dans l'ordre et les chiffres sont plutôt satisfaisants (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le début de la campagne sucrière a été houleux, avec des blocages d'usines, des retards de lancement et des désaccords sur le protocole d'échantillonnage de la canne. Après plus d'un mois de campagne, du côté des planteurs comme des usiniers, tout semble finalement être rentrer dans l'ordre et les chiffres sont plutôt satisfaisants (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Depuis le début de la semaine, aucun problème n'a été signalé dans l'île" affirme la FDSEA. Toutes les plateformes sont approvisionnées sans encombre, à part du côté de Saint-Joseph où les agriculteurs ont connu quelques difficultés en raison de la pluie.

"En dehors de ça, les problèmes rencontrés ont été réglés lors du comité technique organisé vendredi dernier" continue le syndicat agricole. En effet, après de nombreuses discussions, il a été convenu que l'échantillonnage serait réalisé sur 30 centimètres à l'arrière du camion. "Les agents du CTICS (centre technique interprofessionnel de la canne et du sucre - ndlr) ont tous été formés pour réaliser ces mesures, ainsi qu'au protocole en cas de désaccord avec les planteurs" souligne la FDSEA.

L'usinier Téréos confirme par ailleurs que désormais, la campagne se déroule dans le calme. Après le comité technique de vendredi, il précise u'aucune modification du protocole n'a été effectuée. " Des points techniques ont été précisés, notamment sur le point d’entrée de la sonde à 30 cm" souligne Téréos

- Des chiffres proches de 2019 -

Malgré un début de campagne au ralenti, les chiffres restent relativement bons : au samedi 1er août, les usines du Gol et de Bois-Rouge avaient réceptionné 246.402 tonnes de cannes, contre 280.607 à la même période en 2019. Un chiffre en légère baisse, "mais qui aurait pu être pire au vue des turbulences de ces dernières semaines" comment la FDSEA.

Téréos prévoit d'ici la fin de la campagne un total de 1.790.000 tonnes de cannes récoltées, soit un chiffre légèrement supérieur à celui de 2019. La richesse en sucre est elle aussi légèrement en hausse, avec une moyenne de 12,90%, contre 12,32% l'an dernier.

Certains planteurs restent toutefois insatisfaits du protocole signé pour cette année. Pour la Confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion (CGPER), ces désaccords proviennent surtout "des syndicats minoritaires, notamment concernant le procédé d'échantillonnage".

"Il y a beaucoup de problèmes à régler concernant la culture de la canne, mais l'échantillonnage, cela reste un problème vraiment mineur" affirme Jean-Michel Moutama, président de la CGPER. Absent du comité technique de vendredi, il explique avoir "refusé de participer à une réunion organisée sous la pression, alors qu'une rencontre mensuelle est déjà prévue".

Usiniers comme planteurs se sont en tout cas remis au travail comme à l'habituel, en espérant que la campagne 2020 sera plus fructeuse que celles des années précédentes.

Lire aussi : Campagne sucrière : un accord trouvé entre planteurs et industriels

Lire aussi : Campagne sucrière : il va falloir attendre encore un peu

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !