Pollution dans le lagon mauricien (actualisé) :

Maurice : du fuel s'échappe toujours du MV Wakashio, La Réunion active une cellule de crise


Publié / Actualisé
Depuis le 26 juillet 2020, le bateau Wakashio est échoué au large du récif de la Pointe-d'Esny, à Maurice. Une fissure s'est créée dans la coque du vraquier ce mercredi, entraînant une fuite de fuel qui se répand dans le lagon. D'après le média mauricien l'Express, le gouvernement se veut cependant rassurant, et affirme qu'il "n'y a pas de risque de marée noire". Le Wakashio, en provenance de Chine, transporte à son bord 200 tonnes de diesel et 3 800 tonnes d'huile lourde. La préfecture de La Réunion a annoncé jeudi soir l'activation d'une cellule de crise pour suivre la suite des événements. Pour l'heure, "la pollution devrait rester localisée sur les côtes mauriciennes et ne toucherait pas la côte réunionnaise" a précisé la préfecture dans un communiqué publié ce jeudi soir. (Capture d'écran L'Express Maurice)
Depuis le 26 juillet 2020, le bateau Wakashio est échoué au large du récif de la Pointe-d'Esny, à Maurice. Une fissure s'est créée dans la coque du vraquier ce mercredi, entraînant une fuite de fuel qui se répand dans le lagon. D'après le média mauricien l'Express, le gouvernement se veut cependant rassurant, et affirme qu'il "n'y a pas de risque de marée noire". Le Wakashio, en provenance de Chine, transporte à son bord 200 tonnes de diesel et 3 800 tonnes d'huile lourde. La préfecture de La Réunion a annoncé jeudi soir l'activation d'une cellule de crise pour suivre la suite des événements. Pour l'heure, "la pollution devrait rester localisée sur les côtes mauriciennes et ne toucherait pas la côte réunionnaise" a précisé la préfecture dans un communiqué publié ce jeudi soir. (Capture d'écran L'Express Maurice)

La situation alarme la population et les associations de protection de l'environnement. Si le gouvernement se veut rassurer, l'ONG Eco-Sud a déclaré "recommander au public de ne pas s’aventurer dans le lagon de Pointe-d’Esny, car l’hydrocarbure est une substance toxique", rapporte le site Defimedia.

Des plongeurs ont été missionnés dans le lagon pour y installer des bouées, afin de limiter les dégats de l'huile qui se répend actuellement dans l'eau. Un navire nommé Andromeda devrait aussi arriver dans les jours à venir. "Il a un système de pompage qui lui permet de pomper l’huile à une distance de 200 mètres du vraquier" ont indiqué les autorités. Plusieurs remorqueurs sont attendus pour pouvoir dégager le navire, dont un Réunionnais qui est arrivé le 1er août.

Le vraquier a par ailleurs abimé le récif sur lequel il s'est échoué, et les pêcheurs locaux se plaindraient de "l'eau rendue trouble par les coraux cassés" explique L'Express mauricien. De nombreuses rumeurs circulent par ailleurs sur les réseaux sociaux, assurant que la navire est entrain de couler. Des informations réfutées par le gouvernement, assurant que "le navire est stable, contrairement à ce que pouvait faire croire ces photos apparues sur les réseaux sociaux et médias".

Le ministère de l'Environnement a indiqué dans un communiqué avoir sollicité de l'aide internationale pour gérer cette crise, tandis que les pêcheurs et habitants de la zone ont été priés de retirer leurs embarcations de l'eau.

- La préfecture de La Réunion active une cellule de crise

Suite au naufrage du MV Wakashio à l’île Maurice le 25 juillet, les autorités mauriciennes confirment aujourd’hui qu’une fissure sur la coque du bateau laisse échapper du fuel.

Jacques Billant, préfet de la zone Sud-Océan Indien a décidé d'activer une cellule de crise réunissant le bureau de l'action de l'état en mer de la zone maritime sud de l'océan indien, la direction de la mer de l’Océan Indien, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, les forces armées de la zone sud de l'océan Indien, la cellule diplomatique et l’état-major de zone de défense.

Cette cellule de crise est en lien permanent avec les autorités mauriciennes, notamment via l'ambassade de France à Maurice, afin d’analyser le soutien qui pourrait être apporté par les autorités françaises à l’île sœur dans la lutte contre cette pollution.

Ce soutien s’organise dans le cadre du plan de lutte sous-régional pour les pays de l’Océan indien occidental contre les pollutions du milieu marin par les hydrocarbures.

Les services de prévision marine de Météo France ont effectué à partir de MOTHY, logiciel dédié à la prévision de dérive d’hydrocarbure, une simulation de dérive de la nappe. Au regard des conditions météorologiques et de courant sur 3 jours, la pollution devrait rester localisée sur les côtes mauriciennes et ne toucherait pas la côte réunionnaise. Il n’y a donc pas de risque à ce stade pour La Réunion.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Imagine, Posté
Il faut que la Chine bouge et c'est très urgent inadmissible de saccagée les plage et les pêcheurs ils vont faire comment pour vivre j'espère que le gouvernement mauricien vont tout faire pour que la Chine prend ses responsabilités
Anonymous, Posté
Que fait la Chine pour venir au secours de son bateau ? Rien elle attend que les autres pays interviennent mais leur bateau est à la dérive avec le carburant et des huiles , la Chine doit envoyer des secours pour réparer et acheminer leur cargaison , c est une honte de polluer les mers . Ils vendent et n assurent pas leurs marchandises .
7AC, Posté
Près de 2 semaines que cette saloperie est là, et devient de plus en plus menaçante, qu'est-ce qu'ils attendent pour réagir d'urgence ?
Les fonds de la Chine pour donner du travail aux Mauriciens à nettoyer les plages ?
Il y a vraiment des questions à se poser !