[LIVE] Un appareil de Corail hélicoptère Maurice évacue les hydrocarbures :

Maurice : le MV Wakashio a perdu 400 tonnes de fioul, La Réunion envoie du matériel


Publié / Actualisé
Ce samedi 8 août, le navire MV Wakashio continue de déverser des hydrocarbures au large de Maurice. Le fuel a atteint la plage ce vendredi, poussant le gouvernement à déclarer l'état d'urgence environnementale. La population est mobilisée pour tenter de limiter les dégâts créés par la marée noire. Un appareil de Corail hélicoptère Maurice est aussi engagé dans le dispositif anti-pollution. La Réunion va envoyer dès ce samedi du matériel par avion et par bateau. Suivez notre live (Photo D.R)
Ce samedi 8 août, le navire MV Wakashio continue de déverser des hydrocarbures au large de Maurice. Le fuel a atteint la plage ce vendredi, poussant le gouvernement à déclarer l'état d'urgence environnementale. La population est mobilisée pour tenter de limiter les dégâts créés par la marée noire. Un appareil de Corail hélicoptère Maurice est aussi engagé dans le dispositif anti-pollution. La Réunion va envoyer dès ce samedi du matériel par avion et par bateau. Suivez notre live (Photo D.R)

Depuis vendredi, un appareil de Corail hélicoptère Maurice évacue les hydrocarbures du navire, regardez :

 

  • IPR

    A la crise environnementale s'ajoute une crise politique

    Dans la matinée, au cours d'une conférence de presse, l'opposition a en effet appelé à la démission du ministre de l’Environnement, Kavy Ramano et de Sudheer Maudhoo, ministre de la Pêche et du transport maritime, rapporte l'Express

  • IPR

    21 tonnes et 80m3 de matériel sont partis de La Réunion vers Maurice ce samedi

  • IPR

    Emmanuel Macron s'exprime sur Twitter, assurant que "la France est là, au côté du peuple mauricien"

  • IPR

    Environ 400 tonnes de fioul se sont déversés depuis jeudi

    1.183 mètres cubes de carburants sont contenus dans le Wakashio. Un des résevoirs est fissuré, "les deux autres réservoirs sont encore intacts" précise Défimédia

  • IPR

    Les centres vétérinaires locaux proposent leurs services gratuitements afin de transporter et de soigner les animaux affectés par la marée noire :

  • IPR

    Le navire Champlain est en cours de chargement à la base navale du Port-des-Galets pour apporter du matériel à Maurice

  • IPR

    Sur place, la population continue à se mobiliser pour installer des bouées de protection :

  • IPR

    Vanessa Miranville, maire de La Possession, réagit à cette catastrophe :

    "Depuis 15 jours, le Wakashio est échoué au large de Maurice.

    Les actions urgentes et concrètes de prévention puis de lutte contre une pollution marine ont tardé, et aujourd’hui les côtes mauriciennes sont souillées. A cela s’ajoutera un coût de dépollution et une atteinte à l'environnement et au tourisme de l'île, déjà fragilisés.

    La Réunion, l'île sœur ne peut pas attendre 1 jour de plus avant d'envoyer les moyens disponibles pour aider nos voisins mauriciens à endiguer puis résorber la pollution d'hydrocarbures, et cela sans se demander égoïstement si nos propres côtes seront touchées. La coopération régionale de la Réunion envers Maurice ne peut plus attendre!

    Nous vous demandons, Monsieur Le Préfet, d'activer dès ce week-end l'envoi des équipements et matériels qui vont permettre de gérer cette crise au plus vite, de manière coordonnée et solidaire avec nos voisins Mauriciens avec qui nous partageons ce petit morceau d’Océan Indien ! Nous vous sollicitons et nous nous sentons légitimes pour le faire car les côtes Mauriciennes, Réunionnaises, ainsi que  l’Océan Indien n’appartiennent ni à Maurice, ni à La France mais à l'humanité toute entière et ainsi à chacun d'entre nous et de nos enfants.

    Nous sommes de tout cœur avec nos amis Mauriciens pour faire face à ce désastre qui les frappe.

    Comptant sur votre écoute,

    Respectueusement."


     

  • IPR

    Les opérations de nettoyage continue, suivez le live de L'Express :

  • IPR

    Un avion transportant du matériel de lutte contre la pollution va effectuer deux rotations entre La Réunion et Maurice, annonce la préfecture

    Le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer Champlain de la marine nationale appareillera aussi ce samedi pour rejoindre rapidement Maurice, transportant à son bord du matériel complémentaire. Nous publions le communiqué de la préfecture ci-dessous :

    "Suite au naufrage du MV Wakashio à l’île Maurice le 25 juillet, les autorités mauriciennes ont confirmé le 6 août qu’une fissure sur la coque du bateau laisse échapper du fuel.
     
    Dès le 6 août, Jacques Billant, préfet de la zone de défense Sud-océan indien et délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer, a décidé d'activer une cellule de crise réunissant le bureau de l'action de l'état en mer de la zone maritime sud de l'océan indien, la direction de la mer de l’Océan indien, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage, les forces armées dans la zone sud de l'océan Indien (FAZSOI), l’action de l’État en mer (AEM), la cellule diplomatique et l’état-major de zone de défense.
     
    Les autorités mauriciennes ont demandé le 6 août à la France une assistance matérielle et humaine pour lutter contre cet épisode de pollution marine.
     
    Le préfet de la zone de défense Sud-océan indien et délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer, assisté par le commandant de zone maritime du Sud de l’océan Indien et le directeur de la mer Sud océan Indien, a élaboré une proposition de déploiement de moyens et d’équipes en capacité d’accompagner les autorités mauriciennes dans la lutte contre la pollution. Le secrétariat général à la Mer a validé le 7 août au soir l’engagement de la France et le déploiement de ce dispositif. Les matériels acheminés depuis La Réunion correspondent à la demande précise des autorités mauriciennes
     
    Dès le samedi 08 août, un avion tactique de transport militaire (CASA CN-235), transportant du matériel du matériel de lutte contre la pollution effectuera ainsi deux rotations à destination de Maurice. Un officier de liaison de la Marine nationale et le correspondant de la lutte contre une pollution maritime par hydrocarbures (POLMAR) de La Réunion seront également présents à bord, afin d’apporter leur expertise technique et opérationnelle aux autorités mauriciennes. Cet avion tactique transportera du matériel POLMAR, dont notamment des barrages côtiers.
     
    Le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer Champlain de la marine nationale transportant du matériel complémentaire (dont plusieurs types de récupérateurs ainsi que des barrages absorbants et hauturiers) appareillera également ce samedi 8 août afin de rejoindre rapidement Maurice.
     
    Les autorités françaises restent attentives à l’évolution de la situation et soutiendront le gouvernement Mauricien s'il en fait la demande."

     

  • IPR

    Le Premier ministre mauricien demande l'aide de la France pour renflouer le bateau

  • IPR

    Engagé depuis le milieu de semaine dans la lutte contre la pollution marine dans le lagon de Maurice, un hélicoptère continue d'évacuer la cargaison d'hydrocarbures du Wakashio. Intégré dans le dispositif anti-pollution, ainsi que l'indiquait  Imaz Press ce vendredi 7 août 2020, l'appareil appartient à Corail Hélicoptère Maurice, filiale de l'entreprise Réunionnaise éponyme basée à l'Eperon (Saint-Gilles).

    Il effectue des rotations entre le navire échoué sur le corail et un bateau remorque ancré près du lieu du naufrage. C'est à bord de ce bâtiment remorque que sont stockés pour le moment les hydrocarbures récupérés des soutes du Wakashio par hélicoptère.

  • IPR

    Bonjour à tous, bienvenue dans ce live !

    A Maurice, le navire Wakashio continue de se vider de son fuel. Imaz Press vous informe en direct des avancées de cette catastrophe environnementale annoncée. Suivez-nous

A propos

Depuis le 26 juillet 2020, le bateau Wakashio est échoué aux larges du récif de la Pointe-d'Esny, à Maurice. Une fissure s'est créée dans la coque du vraquier ce mercredi, entraînant une fuite de fuel qui se répand dans le lagon. Si le gouvernement s'est d'abord montré rassurant, et affirmait qu'il "n'y a pas de risque de marée noire", le pays est désormais en état d'urgence environnemental.

Toute la journée de vendredi, des ONG locales et la population se sont organisées pour limiter les dégats. Ils ont notamment fabriqué des barrières en paille pour contenir l'huile. Des appels au don de cheveux, très absorbants, ont aussi été lancés sur les réseaux sociaux.

Cette marée noire provoque la colère des Mauriciens, qui accusent le gouvernement d'avoir tardé à réagir. Une pétition demandant la démission du Premier ministre Pravind Jugnauth a d'ailleurs été lancée.

Pravind Jugnauth, qui s'est rendu sur les lieux dans la journée de vendredi, a par ailleurs indiqué "que le risque d’une fissure sur une autre cale n’est pas à écarter".

- Cellule de crise -

A La Réunion, la préfecture a activé une cellule de crise pour suivre la suite des événements. Pour l'heure, "la pollution devrait rester localisée sur les côtes mauriciennes et ne toucherait pas la côte réunionnaise" a précisé la préfecture dans un communiqué publié ce jeudi soir.

Météo France a été sollicité par la Préfecture et le CROSS de la Réunion pour lancer une simulation de dispersion de la nappe d'hydrocarbure afin d'évaluer le risque de pollution pour la Réunion. Pour les 3 prochains jours, les prévisions de dérive des polluants n'envisagent pas de dispersion en dehors du lagon de l'île Maurice.

Suivez notre live

   

5 Commentaire(s)

La vérité si je mens !, Posté
Faites payer au plus fort l'armateur et tous les guignols qui accompagnent pour que nous n' ayons plus une nouvelle catastrophe écologique.

Il n'y a que le portefeuille qui déstabilisent ces guignols d'un autre temps

Tout le reste n'est que un comptoir médiatique
Jérome, Posté
quelle année désastreuse!
Babeuf, Posté
Dans la présentation de l'article il faut lire:
poussant le gouvernement à déclarer et non poussant le gouvernement a déclaré!
Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Manquait que ça .....
7AC, Posté
C'est révoltant, à croire franchement qu'ils attendaient tranquillement des aides pour commencer à réagir !