[LIVE] Les propriétaires s'excusent "de tout leur coeur" :

Maurice : le déversement d'hydrocarbure de la cuve endommagée est terminé


Publié / Actualisé
Depuis le jeudi 6 août 2020, le vraquier MV Wakashio se vide de son fuel dans le lagon de la Pointe d'Esny, à Maurice. Echoué depuis le 25 juillet, le gouvernement mauricien a tardé à réagir. Après près de douze jours au large des côtes, une fissure s'est finalement créée dans une des cales. Vendredi, l'état d'urgence environnementale a été déclaré. La Réunion s'est par ailleurs engagée à aider Maurice, et a envoyé du matériel d'aide par avion ainsi que par navire ce samedi. Les efforts continuent sur place pour limiter au possible les dégâts causés par la marée noire. En fin de journée ce dimanche, le Premier ministre a indiqué que le déversement d'hydrocarbure est terminé (Photo DR)
Depuis le jeudi 6 août 2020, le vraquier MV Wakashio se vide de son fuel dans le lagon de la Pointe d'Esny, à Maurice. Echoué depuis le 25 juillet, le gouvernement mauricien a tardé à réagir. Après près de douze jours au large des côtes, une fissure s'est finalement créée dans une des cales. Vendredi, l'état d'urgence environnementale a été déclaré. La Réunion s'est par ailleurs engagée à aider Maurice, et a envoyé du matériel d'aide par avion ainsi que par navire ce samedi. Les efforts continuent sur place pour limiter au possible les dégâts causés par la marée noire. En fin de journée ce dimanche, le Premier ministre a indiqué que le déversement d'hydrocarbure est terminé (Photo DR)
  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi ! On se retrouve demain pour suivre l'évolution de la situation

  • IPR

    Le déversement d'hydrocarbure de la cuve endommagée est terminé, confirme le Premier ministre

    Il a cependant confirmé que de nouvelles fissures étaient apparues, et que le risque que le vraquier se brise en deux augmentait. Les opérations reprendront demain à 15 heures en raison du mauvais temps

  • IPR

    Le déversement de fuel se serait arrêté

    "Il n’y a plus de déversement d’hydrocarbure de la cuve endommagée du Wakashio. Celle-ci a pu être vidée. C’est ce qu’a confirmé Ken Arian, conseiller au Prime Minister’s Office, à Radio Plus" rapporte Defimedia

  • IPR

    Un internaute a survolé la zone ce dimanche, regardez :

  • IPR

    Les bénévoles récoltent les eaux souillées par le fuel :

  • IPR

    • Younous Omarjee, député européen, demande à ce que "les criminels soient poursuivis"

  • IPR

    • L'opérateur japonais du Wakashio s’excuse, rapporte l'Express

  • IPR

    La catastrophe écologique fait le tour des médias nationaux et internationaux. De nouvelles images ont été filmées par drone :

  • IPR

    Les Mauriciens toujours mobilisés pour construire des bouées, regardez :

  • IPR

    Vassen Kauppaymuthoo, océanographe et ingénieur en environnement, prévient que "toute la côte Est jusqu’au Nord est menacée" dans le Mauricien

    Il alerte par ailleurs sur la forte probabilité que le navire se casse en deux

  • IPR

    • La Commission de l'océan Indien réagit, et apporte son soutien à Maurice :

    "La présidence comorienne en exercice du Conseil des ministres de la Commission de l'océan Indien (COI) exprime sa solidarité au gouvernement et au peuple de la République de Maurice faisant face à une catastrophe écologique majeure suite à l'échouage du MV Wakashio dans le sud-est de 111e. Elle salue l'engagement des autorités, des citoyens et des partenaires qui font preuve d'une détermination exemplaire à collaborer pour contenir les déversements.

    Faute de moyens d'urgence propres à l'organisation, la présidence comorienne du Conseil des ministres de la COI a saisi le Secrétariat général pour apporter les appuis en termes de mobilisation des partenaires et d'intervention post-urgence. Dans l'immédiat, la COI met à disposition des autorités mauriciennes deux experts régionaux de sécurité maritime.

    La COI engagera également un dialogue avec les partenaires au développement pour réorienter certaines activités, notamment en faveur de l'évaluation de l'impact de cette pollution sur les milieux marins et côtiers et de la réhabilitation des écosystèmes côtiers. La COI poursuivra également les discussions engagées depuis le début de l'année avec l'Organisation maritime internationale et le Secrétariat de la Convention de Nairobi pour renforcer les capacités nationales et régionales de prévention et de gestion des pollutions marines de grande envergure.

    La sécurité maritime étant l'un des axes forts de l'action régionale portée par la COI, la présidence du Conseil des ministres de la COI souligne l'importance, pour les Etats signataires des Accords régionaux de sécurité maritime de 2018, de développer les protocoles d'intervention afin de disposer des mécanismes régionaux d'intervention collective.

    L'exercice POLMAR conduit en 2019 à Madagascar a permis de répertorier les difficultés de terrain lors d'une intervention collective. Cet exercice servira de base à l'élaboration du protocole régional d'intervention contre les pollutions en mer. La COI, à travers le programme MASE financé par l'Union européenne, mettra l'accent sur ces protocoles d'intervention contre les risques de pollution en mer.

    Pour rappel, la COI, avec le soutien de la Banque mondiale, a mis en oeuvre deux projets de renforcement des capacités de prévention et de gestion des risques de déversement d'hydrocarbures en mer en 2002-2004 et 2007-2012. Ces projets ont permis aux pays de la région, dont Maurice, de développer des plans nationaux de contingences, des cartes opérationnelles et des milieux naturels sensibles. En complément, la COI a équipé les administrations nationales en équipements et formé les agents nationaux. Ces acquis qui sont déployés dans la crise environnementale actuelle pourront faire l'objet d'une évaluation et d'une mise à jour avec le concours de la COI"
     

  • IPR

    Le capitaine du Wakashio a été helitreuillé sur le navire, annonce l'Express

    Sur place les hélicoptères continuent de transporter les bidons d'huile.

  • IPR

    L'AFP fait le point sur la situation à Maurice :

  • IPR

    L'état du bateau se dégrade, de nouvelles fissures sont apparues à l'intérieur :

  • IPR

    Le risque que le navire se brise en deux est élevé selon les autorités mauriciennes

    "Il peut se casser en deux" a déclaré Pravind Jugnauth lors d’un point presse ce samedi.

  • IPR

    Les Mauriciens sont mobilisés, regardez :

  • IPR

    530 tonnes d’huile lourde pompées du réservoir endommagé, d'après Défimédia

    "Le fioul récupéré étant toujours intact, il a été transféré dans les cuves des bateaux" précise le média

  • IPR

    Sur cette vidéo de l'Express, on constate que l'efficacité des bouées est évidente. "Les volontaires encore plus motivés par le fait que les efforts qu'ils fournissent depuis jeudi ne sont pas en vain" relate le média :

  • IPR

    Doute sur un tweet attribué au Premier ministre mauricien

    Ce vendredi, le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth demandait de l'aide à Emmanuel Macron concernant la marée noire causé par le navire MV Wakashio. Le président français a répondu favorablement à cet appel sur Twitter, indiquant que "la France est là. Aux côtés du peuple mauricien". Problème : d'après le site mauricien Defimédia, il s'agirait d'un faux compte, usurpant l'identité du Premier ministre.

    Certification Twitter, 21.300 abonnés, tweets réguliers depuis plus d'un an... Tout semble montrer que ce profil est bien tenu par Pravind Jugnauth, et pourtant, son conseiller a affirmé à Radio Plus qu'il s'agit d'un faux compte. "Ce n’est pas le profil officiel du Premier ministre. C’est un fake profile", a déclaré Ken Arian, précisant qu'une plainte serait déposée rapidement.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Depuis jeudi, la population continue de se mobiliser pour fabriquer des bouées à l'aide de paille

  • IPR

    Les bouées fabriquées par la population semblent fonctionner, à en croire cette photo partagée par un habitant:

  • IPR

    Les dégâts sont considérables sur la côte

  • IPR

    50 tonnes d'huile pompées grâce à des bénévoles

    Un groupe de volontaires a pompé plus de 50 tonnes d’huile lourde. "L’opération a été conduite grâce à une écumoire qui leur a permis de pomper l’huile solidifiée à la surface" rapporte Défimédia

  • IPR

    Ce dimanche, la mobilisation continue sur place alors que les dégâts se font voir sur les côtes mauriciennes

  • IPR

    Bonjour à tous, bienvenue dans ce live

    Pour le 4ème jour d'affilé, le Wakashio continue de déverser du fuel au large de Maurice. Suivez notre live

A propos

Avec à son bord 3.800 tonnes d'huile lourde et 200 tonnes de diesel, le MV Wakashio est devenu une véritable bombe à retardement.Depuis jeudi, la population et les autorités sont dans une course contre la montre pour éviter le pire. Ce samedi déjà, plus de 400 tonnes de fuel s'était déversé dans les eaux turquoises du lagon.

Engagé depuis le milieu de semaine dans la lutte contre la pollution marine dans le lagon de Maurice, un hélicoptère continue d'évacuer la cargaison d'hydrocarbures du Wakashio. Intégré dans le dispositif anti-pollution, ainsi que l'indiquait  Imaz Press ce vendredi 7 août 2020, l'appareil appartient à Corail Hélicoptère Maurice, filiale de l'entreprise Réunionnaise éponyme basée à l'Eperon (Saint-Gilles).

- Solidarité et colère -

Des élans de solidarité ont été observé partout dans l'île soeur, les habitants fabriquant des bouées, coupant leurs cheveux pour absorber les hydrocarbures... Cette marée noire provoque la colère des Mauriciens, qui accusent le gouvernement d'avoir tardé à réagir. Une pétition demandant la démission du Premier ministre Pravind Jugnauth a d'ailleurs été lancée. Les membres de l'opposition ont, quant à eux, demandé le départ du ministre de l’Environnement, Kavy Ramano et de Sudheer Maudhoo, ministre de la Pêche et du transport maritime.

Pravind Jugnauth, qui s'est rendu sur les lieux dans la journée de vendredi, a par ailleurs indiqué "que le risque d’une fissure sur une autre cale n’est pas à écarter". Il a donc demandé de l'aide à la France pour gérer cette crise, Emmanuel Macron répondant que le pays était "au côté du peuple mauricien". Un navire de la marine ainsi qu'un avion militaire ont pris de le départ de La Réunion ce samedi pour du matériel du matériel de lutte contre la pollution.

Suivez notre live

Lire aussi : Maurice : le MV Wakashio a perdu 400 tonnes de fioul, La Réunion envoie du matériel

Lire aussi : Naufrage du MV Wakashio : l'état d'urgence environnementale décrété à Maurice

   

3 Commentaire(s)

Jérome, Posté
Cela se produit lorsqu'il n'y a pas de contrÃ'les...
Le Porcher, depuis son mobile, Posté
la chaîne info #LCI annonce que le bateau serait à vide qui dit la vérité ? (Bonjour, LCI annonce plus précisément que "le vraquier (...) voyageait à vide mais transportait 200 tonnes de diesel et 3.800 tonnes d'huile lourde". Belle journée à vous - webmaster)
7AC, Posté
Quand on a une fuite, on commence toujours par arrêter cette fuite. Là, des pauvres gens mal équipés sont en train "d'éponger" tant bien que mal ce qui s'est déversé, et n'est pas prêt de s'arrêter. Il faut soit colmater, soit vider les cuves d'urgence, ce qu'il fallait faire depuis 2 semaines.
Gouvernement d'incapables vantards, soit disant qu'il n'y avait aucun risque, que c'était sous contrÃ'le !