Marée noire (actualisé) :

Maurice : le Wakashio s'est brisé en deux


Publié / Actualisé
Le MW Wakashio s'est brisé en deux morceaux ce samedi après-midi 15 août 2020 vers 15h40. Depuis ce vendredi du fioul avait recommencé à s'échapper du vraquier qui s'est échoué le 25 juillet au sud-est Maurice. Après s'être fracassé sur un récif à la Pointe d'Esny, ce baeau appartenant à un armateur japonais a déversé 1.180 tonnes de fioul dans cet espace maritime qui est un joyau écologique classé internationalement. Selon la presse mauricienne, l'équipage fêtait un anniversaire lorsque le naufrage s'est produit. En amont de son séjour à La Réunion, Sébastien Lecornu, ministres des outre-mers, effectuera une visite éclair à Maurice ce dimanche (Photo Facebook/Le Mauricien)
Le MW Wakashio s'est brisé en deux morceaux ce samedi après-midi 15 août 2020 vers 15h40. Depuis ce vendredi du fioul avait recommencé à s'échapper du vraquier qui s'est échoué le 25 juillet au sud-est Maurice. Après s'être fracassé sur un récif à la Pointe d'Esny, ce baeau appartenant à un armateur japonais a déversé 1.180 tonnes de fioul dans cet espace maritime qui est un joyau écologique classé internationalement. Selon la presse mauricienne, l'équipage fêtait un anniversaire lorsque le naufrage s'est produit. En amont de son séjour à La Réunion, Sébastien Lecornu, ministres des outre-mers, effectuera une visite éclair à Maurice ce dimanche (Photo Facebook/Le Mauricien)

"C’est vers 15h40 ce samedi 15 août que le MV Wakashio s’est scindé en deux sur les récifs de Pointe d’Esny informe lemauricien.mu. "La partie avant est en train d’être remorquée tout doucement", indique Alain Donat, directeur des affaires maritimes, cité le site d'information. "Cette partie sera coulée au large de Maurice à au moins 1 000 kilomètre"a ajouté Alain Donat

La partie arrière, elle, sera laissée sur les brisants pour l’instant.

"Ce qui devait arriver est arrivé, le MW Wakashio s’est brisé en deux morceaux ce samedi après-midi 15 août 2020 à environ 16h. Une distance de 15 mètres sépare les deux parties du vraquier. Les équipes de sauvetage travaillent pour remorquer l’épave en haute mer" écrit defimedia.info

Le vraquier MV Wakashio, appartenant à un armateur japonais, s’est échoué le 25 juillet sur un récif à la Pointe d’Esny, au sud-est de l’île Maurice, avec 3.800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel à bord. Une semaine après, entre 800 et 1.000 tonnes de fioul se sont échappées de ses flancs éventrés et ont souillé les côtes, notamment des espaces protégés avec des forêts de mangrove et des espèces menacées.

Les équipes d’intervention ont mené une course contre la montre pour pomper le reste du carburant, alors que le bateau menaçait de se briser à tout moment.

Mercredi soir, les autorités mauriciennes ont annoncé que tout le fioul contenu dans les réservoirs avait été pompé et qu’il n’en restait plus que 100 tonnes sur le bateau, notamment dans la cale. C’est ce reliquat qui a commencé à s’écouler vendredi. "Selon les experts, ce genre de fuite était prévisible et est dû à la manière dont le bateau se tord et se déforme", a indiqué, dans un communiqué, le comité de crise mis en place pour gérer la marée noire.
 

- "L’eau est redevenue noire"-

"Depuis ce matin, l’eau est redevenue noire autour du Wakashio", a expliqué à l’AFP un pêcheur local, Alain François. "Les autorités nous ont expliqué que ce sont les vagues qui pénètrent le bateau, qui font remonter le fioul se trouvant dans la cale", a-t-il ajouté.

Une source travaillant sur l’opération de dépollution a expliqué, sous couvert d’anonymat, que cette nouvelle fuite provenait de la salle des machines, où il est impossible de pomper. "On ne peut pas pénétrer dans cette partie du navire. C’est trop dangereux. Il y a des risques d’asphyxie", a-t-elle justifié.

Mais selon cette source, l’écoulement devrait être capté par les boudins flottants fabriqués par les milliers de volontaires mauriciens, qui se sont mobilisés pour limiter la catastrophe écologique.

Lire aussi : Les Mauriciens se battent pied à pied contre la marée noire

Du matériel supplémentaire destiné à contenir cette nouvelle fuite a été envoyé sur place et un bateau spécialisé dans la lutte antipollution arrivera bientôt sur la zone, a précisé le comité de crise.

- Le Premier ministre refuse de présenter des excuses -

Le gouvernement mauricien a été accusé de négligence, la population se demandant pourquoi si peu avait été fait entre le moment où le MV Wakashio s’est échoué et l’apparition de la fuite.

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a estimé qu’aucune erreur n’avait été commise et a refusé de présenter des excuses. "L’enquête va pouvoir déterminer les causes de cet accident, les raisons pour lesquelles le bateau s’est rapproché aussi près de nos côtes et s’est échoué", a-t-il fait valoir dans une interview avec l’AFP.

Dans une lettre adressée jeudi au propriétaire et à l’armateur japonais du bateau, Greenpeace a estimé qu’il restait "plusieurs questions sans réponse"

"Pourquoi votre navire naviguait-il si dangereusement près des récifs ? Pourquoi avez-vous fait si peu depuis que le bateau s’est échoué ? Qu’allez-vous faire pour réduire les dégâts environnementaux, et la douleur et la souffrance de ceux dont la vie en dépend ?", a demandé l’ONG.

Le propriétaire du vraquier, Nagashiki Shipping, a affirmé dans un communiqué "être profondément conscient de (ses) responsabilités " et a promis de répondre "sincèrement" aux demandes de compensation.

- Sébastien Lecornu à Maurice -

Cette marée noire ne présente pas de risque pour La Réunion. Une cellule de crise a bien été activée par le préfet Jacques Billant, mais les services de prévision marine de Météo France, qui ont effectué une simulation de dérive de la nappe avec un logiciel dédié, ne signalent pas de danger pour l'île.

Lire aussi : Marée noire : "La Réunion n'est pas menacée" confirme le ministère des Armées

Pour rappel, le ministère français des Armées a envoyé plus de 20 tonnes de matériel et une dizaine d'experts par avion et bateau depuis la Réunion pour tenter d'endiguer la marée noire. Ces moyens comprennent 1.300 mètres de barrage flottants, du matériel de pompage et des équipements de protection.

C'est pour se rendre compte de la situation sur place et s'assurer de l'efficacité de ces moyens que Sébastien Lecornu, ministre des outre-mers, efectuera ce dimanche un séjour de quelques heures à Maurice.  Il donnera une conférence de presse à son rtour à La Réunion dimanche soir et entamera lundi une visite officielle de quatre jours dans l'île.

• Retrouvez nos autres lives concernant le naufrage du MV Wakashio

Lire aussi : Selon la presse mauricienne, "l'équipage aurait célébré un anniversaire au moment du naufrage"
Lire aussi : Maurice : le pompage des hydrocarbures retardé à cause de la météo, la population se mobilise

Lire aussi : Maurice : le déversement d'hydrocarbure de la cuve endommagée serait terminé
Lire aussi : Maurice : le MV Wakashio a perdu 400 tonnes de fioul, La Réunion envoie du matériel
Lire aussi : Naufrage du MV Wakashio : l'état d'urgence environnementale décrété à Maurice

www.ipreunion.com avec l'AFP / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !