Economie :

Congrès des entrepreneurs péi : Idriss Aberkane, invité controversé mais très attendu


Publié / Actualisé
L'Entrepreneur péi tient son troisième congrès, ce samedi et dimanche 29 et 30 août 2020, au MOCA-Domaine de Montgaillard. Créée par Sandie et Vincent Robert, l'association a pour but de promouvoir et favoriser l'esprit d'entreprise à La Réunion. Pour cette troisième édition du congrès, L'Entrepreneur péi accueille I'écrivain spécialiste en neurosciences Idriss Aberkane. Un invité de marque, habitué des grandes conférences en France comme à l'étranger, qui a toutefois éveillé les soupçons sur des falsifications de CV en 2016. Malgré la polémique, L'Entrepreneur péi se félicite d'avoir pu attirer le conférencier, qui donnera les clés pour pour conditionner son cerveau à l'entreprenariat. (Photo L'Entrepreneur pei)
L'Entrepreneur péi tient son troisième congrès, ce samedi et dimanche 29 et 30 août 2020, au MOCA-Domaine de Montgaillard. Créée par Sandie et Vincent Robert, l'association a pour but de promouvoir et favoriser l'esprit d'entreprise à La Réunion. Pour cette troisième édition du congrès, L'Entrepreneur péi accueille I'écrivain spécialiste en neurosciences Idriss Aberkane. Un invité de marque, habitué des grandes conférences en France comme à l'étranger, qui a toutefois éveillé les soupçons sur des falsifications de CV en 2016. Malgré la polémique, L'Entrepreneur péi se félicite d'avoir pu attirer le conférencier, qui donnera les clés pour pour conditionner son cerveau à l'entreprenariat. (Photo L'Entrepreneur pei)

Initialement prévu les 23 et 24 mai derniers, le 3ème Congrès des entrepreneurs péi ne s’ouvre finalement que ce samedi 29 août 2020, après un report lié à la crise sanitaire. Les 350 entrepreneurs, apprentis et confirmés, attendus au MOCA-Domaine de Montgaillard devront toutefois se soumettre à une prise de température à l’entrée, à la distanciation et au port du masque pour la durée de l’événement.

Tout cela pour assurer la sécurité sanitaire de tous les participants et accueillir dans les meilleures conditions, l’invité de marque cette édition, le conférencier et écrivain Idriss Aberkane.

Un invité prestigieux mais non sans controverse. En octobre 2016, le site internet du journal Le Monde publiait un portrait de l’essayiste, où était répertorié l’ensemble de ses diplômes et qualifications. Dans l’article, depuis retiré, on pouvait lire :

Son CV, gargantuesque, cumule diplômes, fonctions, publications et conférences : enseignant-chercheur à l’École centrale de Paris et à Polytechnique, affilié à l’université Stanford, normalien, ambassadeur du Campus numérique des systèmes complexes Unitwin-Unesco, créateur de trois start-up, titulaire de trois doctorats : en neuroergonomie et économie de la connaissance (École polytechnique), en littérature comparée (université de Strasbourg) et en diplomatie (Centre d’études diplomatiques et stratégiques).

Plusieurs chercheurs de ces institutions avaient alors nié les assertions d’Idriss Aberkane. Dans les jours suivants, les magazines Marianne et L'Express ainsi que le quotidien Libération mettaient également en question l’authenticité de son parcours académique, confirmant après vérification auprès des divers établissements qu'il n'était ni normalien, ni enseignant-chercheur au CNRS ou à Polytechnique.

Contacté par Imaz Press, Idriss Aberkane n'a pas souhaité se rendre disponible en amont de sa venue au congrès pour livrer sa version des faits

- "Il faut prendre le positif" -

Co-créatrice de L’Entrepreneur péi avec son mari Vincent, Sandie Robert fait, elle, fi de ces polémiques, espérant que l’attention ne soit portée que sur la plus-value amenée au congrès par Idriss Aberkane.

“C’est comme tout dans la vie, il y a des gens qui sont critiqués. Pour autant, tous les livres qu’il a sortis et les conférences qu’il peut faire sont intéressants. Il y a vraiment quelque chose à aller chercher derrière. Peu importe la polémique ou l’image qu’il peut avoir, il faut prendre le positif de chaque personne et voir en quoi il peut être bon dans ce qu’il fait”, explique-t-elle.

Elle-même à la tête de plusieurs entreprises avec son époux, Sandie Robert justifie l'invitation d’Idriss Aberkane par la pertinence de son intervention pour les entrepreneurs locaux.

“On a regardé par rapport à ce qont La Réunion et les Réunionnais avaient besoin. On voulait faire venir quelqu’un qui puisse travailler un peu sur le cerveau, aller un plus loin au niveau de l’état d’esprit. Il va expliquer comment conditionner son cerveau à la réussite et au passage à l’action. Il ne s’agit pas de grandes actions une fois, mais de petits pas par petits pas. Ti lamp ti lamp, comme on dit. C’est la première fois qu’il vient sur l’île pour le grand public”, se félicite-t-elle.

- Favoriser l'échange et les retours d'expérience -

Outre Idriss Aberkane, une dizaine d'intervenants vont succéder sur scène pendant deux jours. Cette première journée de samedi est spécifiquement consacrée la valorisation des La Réunion avec des produits locaux. Seront également abordés les thèmes de l’automatisation et la structuration d’une entreprise, la vente ou encore le commerce en ligne.

Ce dimanche verra la poursuite des interventions et la tenue de deux tables rondes, pour permettre aux entrepreneurs, aspirants, apprentis ou aguerris, de pouvoir échanger entre eux. “L’objectif du congrès est de montrer aux Réunionnais, aux entrepreneurs péi, que malgré la crise, tout est opportunité. On peut ressortir de cette crise en étant performant, en structurant mieux son entreprise et ayant plus de profit”, affirme Sandie Robert. 

De manière générale, le congrès se veut chaque année le point culminant du travail de L’Entrepreneur péi sur les semaines et les mois précédents : mettre en avant les chefs d’entreprise réunionnais et prodiguer des conseils à ceux qui veulent sauter le pas. Quelque chose qui a manqué à Vincent et Sandie Robert dans leurs années formatives, et la principale raison derrière la création de leur association. Respectivement originaires de Sainte-Anne et la Plaine-des-Palmistes, ils souhaitent transmettre leur expérience acquise en métropole et à l’étranger à leur terre natale.

“Quand on était encore salariés, on aurait voulu rencontrer des gens qui nous inspirent, qui nous montrent l’exemple. Quand on revenait en vacances, on trouvait dommage qu’il n’y ait pas ça ici. On rencontrait beaucoup de Réunionnais venir faire des formations à Paris ou à Londres. Ils payaient le billet d’avion, l’hôtel… Au lieu de faire bouger les Réunionnais, on s’est dit pourquoi pas créer quelque chose à La Réunion qui reste accessible à tout le monde.”

Et Sandie Robert de convlure : “le but, c’est vraiment partager et transmettre. Il y a encore tellement de choses à faire à La Réunion, ça ne sert à rien de tout garder pour nous.”

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

7AC, Posté
Ne pourrait-on pas entreprendre mieux, c'est à dire sans le tout bétonnage, la multiplication des véhicules, et des nuisances engendrées par tout ça ?