Les conseillers régionaux sollicités pour valider le protocole d'accord (actualisé) :

NRL : les travaux reprendront... sur 216 mètres payés 42 millions d'euros


Publié / Actualisé
C'est ce mardi 8 septembre 2020 que le protocole d'accord entre la Région Réunion et le groupement pour la poursuite du marché MT2 de la Nouvelle Route du Littoral sera soumis à la validation des conseillers régionaux. Ce protocole prévoit, comme annoncé par le président de Région, la reprise des travaux sur la portion digue à compter du 15 septembre prochain. Ces travaux concerneront... 216 mètres de digue, pour un montant de 42 millions d'euros (dont 12 millions de surcoût). Pour le reste, un nouvel appel d'offres sera lancé pour la poursuite du chantier de la Grande Chaloupe à la Possession, avec comme objectif, selon Didier Robert, d'une livraison en 2023... si tout va bien.
C'est ce mardi 8 septembre 2020 que le protocole d'accord entre la Région Réunion et le groupement pour la poursuite du marché MT2 de la Nouvelle Route du Littoral sera soumis à la validation des conseillers régionaux. Ce protocole prévoit, comme annoncé par le président de Région, la reprise des travaux sur la portion digue à compter du 15 septembre prochain. Ces travaux concerneront... 216 mètres de digue, pour un montant de 42 millions d'euros (dont 12 millions de surcoût). Pour le reste, un nouvel appel d'offres sera lancé pour la poursuite du chantier de la Grande Chaloupe à la Possession, avec comme objectif, selon Didier Robert, d'une livraison en 2023... si tout va bien.

Il y a un mois, le 1er août, une seule chose semblait certaine. C’est que les travaux de la Nouvelle Route du Littoral reprendraient le 15 septembre prochain. Depuis cette date, pas grand-chose si ce n’est l’engagement de l’Etat de mettre la main à la poche dans le cadre du plan de relance pour venir à la rescousse du chantier.

Les choses devraient se décanter à compter de ce mardi 1er septembre. En effet, comme annoncé par le président de Région, le protocole d’accord entre le groupement et la collectivité régionale est soumise au vote des élus ce jour, à l’occasion de la commission permanente.

42 millions d’euros, 216 mètres de digue et un calendrier

Le rapport de la commission permanente, qu'Imaz Press a consulté,  donne quelques éléments d’information sur ce fameux protocole. Si les élus plancheront effectivement sur une "poursuite de l’activité sur le chantier" à compter du 15 septembre prochain, il n’est pas tout à fait question d’une reprise de la totalité du chantier.

Ce protocole vise en effet à "déterminer les conditions d’une réalisation, du 15 septembre 2020 au 30 septembre 2021, d’une partie de la digue D5 (digue inférieure et supérieure, ouvrage cette fois mieux sécurisé d’une simple digue inférieure) à partir de la digue D4, sur une longueur de 216 mètres", peut-on lire dans le rapport.

En clair, ce rapport porte sur l’achèvement d’une partie de la digue au niveau de la Grande Chaloupe, pour une longueur totale de 216 mètres. Coût prévisionnel de l’opération : 42 millions d’euros HT, dont 12 millions d’euros d’indemnités forfaitaires au titre des surcoûts liés à l’opération.

Pour le reste du chantier, la Région Réunion annonce le lancement d’un nouvel appel d’offres destiné à achever la digue.

Objectif de livraison en 2023 et beaucoup de flou

Lors d’une récente conférence de presse à laquelle Imaz Press Réunion n’a pas été conviée, le président de Région assurait en tout cas que la reprise du chantier se ferait de façon "accélérée" avec comme objectif de livraison de toute la route à l’horizon 2023.

Promesse… prometteuse, mais plusieurs zones d’ombre persistent.

D’abord, quel sera le montant de l’aide de l’Etat dans le cadre du plan de relance ? Selon le rapport soumis à la commission permanente ce jour, on sait que la Région a "fait figurer une demande de subvention complémentaire à hauteur de 100 millions d’euros". Reste à voir si l’Etat suivra cette demande. La réponse devrait intervenir dans les prochains jours, suite à la présentation du plan de relance national par le premier Ministre Jean Castex, prévu le 3 septembre prochain. Que se passera-t-il si l’Etat n’abonde pas intégralement l’enveloppe demandée par la Région Réunion ?

Pas d'indication pour le moment…

Par ailleurs, comme l’indique ce rapport, on repart à zéro puisque le chantier relatif à la route digue entre la Grande Chaloupe et la Possession fera l’objet d’un nouveau marché. Ce qui est aussi synonyme de nouvelle procédure, de nouveau calendrier, et de nouveau montant des travaux.

Si le marché MT5.2 est résilié, c’est en raison des surcoûts très importants. Ils dépassent largement le cadre légal autorisé permettait une prise en charge des surcoûts d'un marché à hauteur de 15%. Quel sera le montant du nouveau marché ? Le coût total de la NRL, qui frôlait déjà les 2 milliards d’euros, va-t-il encore exploser ?

Pas d'indication pour le moment…

L’objectif de terminer la route en 2023 est-il réaliste et tenable ? En effet, l’un des nœuds du problème de ce chantier a toujours été l’approvisionnement en matériaux pour finir la route. Dernièrement encore, l’Autorité environnementale avait recommandé à la Région de réactualiser ses besoins en matériaux dans le cadre du projet d’exploitation de la carrière de Bois Blanc.

Lire aussi : NRL : l'Autorité environnementale publie son second avis sur l'exploitation de Bois-Blanc

La question des carrières n’étant pas résolue, les oppositions n’étant pas levées, un grand flou subsiste sur la faisabilité matérielle du projet dans les délais annoncés, reléguant l’objectif annoncé de terminer la route pour 2023 au rang de théorie. Pour sa part le vice-président en charge du chantier, Dominique Fournel avait évoqué une possible livraison en 2024 "dans le meilleur des cas".

Lire aussi : "La Nouvelle Route du Littoral sera finie en 2024, dans le meilleur des cas" annonce Dominique Fournel

Une procédure de conciliation sur un litige de 414 millions d’euros

Les Conseillers régionaux plancheront par ailleurs sur l’examen d’un autre rapport qui concerne le chantier de la Nouvelle route du littoral. Il s’agit de l’engagement d’une procédure de conciliation concernant certaines demandes de réclamations indemnitaires émanant du groupement titulaire du marché viaduc en mer de la NRL.

Au total, cette procédure concerne 19 demandes de règlements complémentaires adressées par le groupement à la collectivité régionale, pour un montant de 414 millions d’euros. Ces procédures font l’objet de recours devant le tribunal.

Plutôt que de poursuivre sur la voie contentieuse, les deux parties souhaitent donc ouvrir une procédure de conciliation visant à discuter du bien fondé, ou non, des différentes demandes en vue d’un règlement à l’amiable.

Ce qui pourrait induire de nouveaux surcoûts pour ce chantier… Encore une fois…

Gouffre financier, vous avez dit gouffre financier…

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !