Le syndicat dénonce une "arrestation arbitraire" :

Saint-Louis : des suites pénales envisagées suite à la garde à vue de Wilson Adras


Publié / Actualisé
Après une dizaine d'heure de garde à vue, Wilson Adras, syndicaliste opposant à la maire sainte-louisienne Julien M'Doihoma, a été libéré ce jeudi 3 août à 18 heures. Il a été arrêté à 6 heures du matin devant la cuisine centrale de Saint-Louis, alors qu'une manifestation était en cours pour protester contre l'annulation des titularisation et CDIsation de 139 employés communaux. L'avocat du syndicat autonome de la Fonction publique territoriale de La Réunion (SAFPTR), Maître Jean-Christophe Molière, a annoncé ce vendredi vouloir se rapprocher du parquet de Saint-Pierre pour obtenir les motifs de cette arrestation, qu'il considère pour l'heure "plus que contestables". Des suites pénales sont envisagées à l'encontre de la gendarmerie et de la mairie de Saint-Louis.
Après une dizaine d'heure de garde à vue, Wilson Adras, syndicaliste opposant à la maire sainte-louisienne Julien M'Doihoma, a été libéré ce jeudi 3 août à 18 heures. Il a été arrêté à 6 heures du matin devant la cuisine centrale de Saint-Louis, alors qu'une manifestation était en cours pour protester contre l'annulation des titularisation et CDIsation de 139 employés communaux. L'avocat du syndicat autonome de la Fonction publique territoriale de La Réunion (SAFPTR), Maître Jean-Christophe Molière, a annoncé ce vendredi vouloir se rapprocher du parquet de Saint-Pierre pour obtenir les motifs de cette arrestation, qu'il considère pour l'heure "plus que contestables". Des suites pénales sont envisagées à l'encontre de la gendarmerie et de la mairie de Saint-Louis.

"Nous demandons des clarifications suite à l'arrestation de M. Adras, c'est tout de même étonnant de placer en garde à vue une figure syndicaliste qui manifeste pacifiquement. Par ailleurs, ce dernier n'était pas seul, pourquoi l'avoir arrêté lui en particulier ? C'est intolérable" continue Maître Jean-Christophe Molière.

Il affirme par ailleurs que certains agents communaux n'ont pas été autorisés à quitter leur poste pour manifester. "Nous allons nous rapprocher de la mairie de Saint-Louis pour clarifier ces situations" indique l'avocat.

Le syndicat a par ailleurs condamné les violences observées, "de la part des forces de l'ordre, mais aussi à l'encontre des proches de la maire". En effet, le véhicule de la mère de Juliana M'Doihoma incendiée dans la nuit.

La mobilisation n'est en tout cas pas terminée, un nouveau rassemblement étant prévu lundi.

Lire aussi : Saint-Louis : les employés communaux manifestent désormais devant la gendarmerie

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !