La saison se termine doucement :

Baleines : peu d'observations mais de beaux spectacles


Publié / Actualisé
Nous voilà au moins de septembre et quelques baleines peuvent encore être observées au large de la côte ouest. L'année dernière à la même époque, plus aucun spécimen n'était visible. Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas, c'est ce que rappelle l'association Globice, qui retient de 2020 une faible quantité d'individus mais de beaux spectacles en mer. (Photos : Globice)
Nous voilà au moins de septembre et quelques baleines peuvent encore être observées au large de la côte ouest. L'année dernière à la même époque, plus aucun spécimen n'était visible. Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas, c'est ce que rappelle l'association Globice, qui retient de 2020 une faible quantité d'individus mais de beaux spectacles en mer. (Photos : Globice)

Mi-août 2019, la saison des baleines se terminait déjà, au grand dam de Globice qui avait une quinzaine de balises Argos dans sa poche, prêtes à être posées sur le dos des baleines avant le chemin du retour. Une seule balise avait pu être posée.

Lire aussi : La baleine Ousanousava a cessé d'émettre à 500 km des côtes antarctiques

Cette année les géantes des mers semblent vouloir rester un peu plus longtemps dans les eaux réunionnaises. "Celles qui restent sont souvent les mères qui viennent de mettre bas" souligne Jean-Marc Gancille, responsable sensibilisation et communication de l'association.

Difficile de savoir pour l'instant combien de baleines sont venues nous rendre visite cette année. Le traitement des données n'est pas terminé. "Nous ne sommes pas tous d'accord, moi je chiffre à environ 70 les individus que l'on a pu croiser, d'autres disent 50… il faut recompter toutes nos photos et vérifier que l'on n'a pas de doublon, cela prend du temps" explique Jean-Marc Gancille.

En moyenne, 120 individus sont observés par saison à La Réunion. Les premières estimations sont donc bien en-dessous. La faute aussi à une météo peu favorable. "Pour moi, ça a été pire que l'année dernière. La succession de fronts froids a entraîné beaucoup d'annulations, les conditions n'étaient pas propices aux sorties en mer."

Au total, l'association n'a pu réaliser qu'une cinquantaine de sorties environ et devrait pouvoir atteindre son objectif de 60 sorties.

- Moins de quantité, plus de qualité -

Les appréciations varient beaucoup d'observateur en observateur mais pour le responsable sensibilisation de Globice, la saison fut belle malgré le peu d'individus observés. "Je dirais qu'on a eu un peu moins bien que 2019 en termes de quantité, mais un peu mieux en termes de qualité, avec des baleines moins furtives, bien visibles et de très beaux sauts !"

Les photos de l'association en sont la preuve. Régulièrement postées sur Facebook, elles fournissent un beau panorama de caudales, pectorales, sauts en tout genre…

 

Encore de belles observations en mer et pas seulement à l'ouest. Ici de beaux clichés pris ce matin au large de Pierrefonds. Crédit : Globice / Bernard du Plessis d'Argentré

Publiée par Globice Réunion sur Vendredi 28 août 2020

 

Bien que certains individus soient encore visibles, le spectacle touche doucement à sa fin. "Globalement, le gros de la saison est passé. Mais sachez que ce n'est pas exceptionnel de voir des baleines en septembre. En 2017 ou en 2018 on en avait observé jusqu'à fin octobre – début novembre…"

Actuellement ce sont toujours les mêmes individus qui sont observés : deux couples mère-baleineau et un mâle isolé au large de Saint-Gilles. Plus aucun signalement n'est fait dans le sud.

- Beau score de recaptures -

Malgré le nombre relativement faible de baleines observées, Globice dénombre 5 recaptures cette année. Des baleines qui sont déjà passées par La Réunion, certaines plusieurs fois.

C'est le cas d'un individu photographié le 6 août dernier. Grâce à la photo-identification, les membres de l'association ont pu reconnaître cette baleine déjà venue en 2009 et en 2011. Une troisième visite, donc, 11 ans après son premier passage à La Réunion !

 

Yes ! Troisième recapture de l'année.🐋🐋🐋 Aperçue juste en face du port de Saint-Gilles hier, cette baleine à bosse...

Publiée par Globice Réunion sur Jeudi 6 août 2020

 

Les baleines Nairobi et Uvale observées le 28 juillet également avaient également été photographiées en 2017.

Plus récemment, la baleine Phlegmon, déjà passée en 2018, a été aperçue à nouveau elle aussi. La dernière recapture enregistrée est celle de Jigsaw, photographiée pour la deuxième fois en cette fin de mois d'août.

"Proportionnellement, 5 recaptures pour le nombre de baleines observées, c'est un bilan plutôt sympa !" se réjouit Jean-Marc Gancille.

Quant au suivi des baleines il faudra attendre un peu… Le programme de géolocalisation par balises Argos est à nouveau repoussé d'un an. Globice a encore 14 balises à poser. Mais le confinement cette année n'a pas permis à la spécialiste américaine en charge du programme de se déplacer à La Réunion, à cause de la fermeture des frontières. Sans elle, impossible de mener le programme à son terme.

- Observation respectueuse en mer : peut mieux faire -

Comme l'année dernière, la saison des baleines a commencé avec de nouvelles règles pour observer les cétacés.

En 2019 un arrêté préfectoral a fait son apparition avec quelques faibles contraintes, notamment le port obligatoire d'une combinaison pour les mises à l'eau. L'arrêté était surtout venu donner un cadre légal à la charte d'observation déjà en place.

Lire aussi : On voulait sauver la baleine, on sauvera finalement le business

En 2020 une modification d'arrêté a été publiée par la préfecture, après concertation des partenaires. Deux mesures essentielles ont été ajoutées : la mise à l'eau en compagnie de professionnels agréés uniquement, et une période de quiétude allant de 18h à 9h (dès 16h pour les mises à l'eau).

Lire aussi : Observation des baleines : nouvelles règles, nouvel arrêté à partir de la mi-juillet

Ce dernier point, censé être une grande avancée en termes de bien-être animal, pêche un peu selon Globice. "On trouve bien avant 9h un grand nombre de bateaux sur le plan d'eau" remarque Jean-Marc Gancille.

La règle de quiétude implique normalement de ne faire aucune observation ni mise à l'eau avant 9h le matin. Si de nombreuses dérogations ont été faites auprès de la direction de la mer pour les professionnels, force est de constater que les plaisanciers prennent la mer à la recherche des baleines bien souvent dès 7h30.

C'est là que Quiétude intervient, l'équipe en charge de faire respecter la charte en mer. Un rôle crucial et souvent compliqué au milieu de tous ces bateaux, mais nécessaire sur le plan de la sensibilisation.

"De notre côté nous avons écrit au préfet, simplement pour alerter sur ce qui se passe le matin" indique Jean-Marc Gancille. "La période de quiétude est vidée de son ses, il y a trop de monde sur le plan d'eau. Nous-mêmes, malgré notre dérogation pour mission scientifique, nous avons fini par décider de ne plus y aller avant 9h pour ne pas s'ajouter aux autres" regrette-t-il.

Lire aussi : Quand le confinement rend la vie des cétacés plus facile

Pourtant la mesure est bonne, martèle l'association qui réclame une vraie mise en place, plus cadrée. "On comprend aussi les clubs et les opérateurs, qui ont vu cet arrêté alors que la saison était déjà commencée, avec un calendrier calé. Surtout dans ce contexte de crise économique."

Mais la quantité de bateaux entraîne une pression du matin au soir sur les cétacés. "Tout le monde s'estime légitime à aller sur le plan d'eau, mais au final ceux qui trinquent ce sont les animaux. Soyons à la hauteur du spectacle qu'ils nous offrent."

Lire aussi : Jean-Marc Gancille : "il faut qu'on soit digne de l'autorisation de nage avec les cétacés"

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !