Fondateur de la CGTR et co-fondateur du PCR, Bruny Payet est décédé :

La mort d'un grand Réunionnais


Publié / Actualisé
L'ancien secrétaire général et fondateur de la CGTR Bruny Payet est décédé ce dimanche 13 septembre 2020, à l'âge de 98 ans. Il était une figure incontournable de la vie syndicale et politique de La Réunion. Ilétait l'un des membres fondateurs du parti communiste réunionnais aux côtés de Paul Vergès. "La CGTR est orpheline" a déclaré le synddicat en rendant hommage à ce grand Réunionnais qui a été de tous les combats au service de La Réunion et des Réunionnais(e)s (Photo DR)
L'ancien secrétaire général et fondateur de la CGTR Bruny Payet est décédé ce dimanche 13 septembre 2020, à l'âge de 98 ans. Il était une figure incontournable de la vie syndicale et politique de La Réunion. Ilétait l'un des membres fondateurs du parti communiste réunionnais aux côtés de Paul Vergès. "La CGTR est orpheline" a déclaré le synddicat en rendant hommage à ce grand Réunionnais qui a été de tous les combats au service de La Réunion et des Réunionnais(e)s (Photo DR)

Bruny Payet aura vécu 98 années d'une vie riche et bien remplie. Fils de petit planteur de la Rivière Saint-Louis, bachelie,  aux cotés de Paul et Jacques Vergès et de Raymond Barre, il commence à travailler dans les servics admistratifs coloniaux. Peu après l’arrivée à Saint-Denis du contre-torpilleur Le Léopard, le 28 novembre 1942, il s’engage dans les Forces Françaises Libres (FFL) en compagnie de Paul et Jacques Vergès. Il participe ensuite dans l’Atlantique Nord à la surveillance des nombreux convois alliés qui convergent vers l’Europe.

La guerre terminée, il entre à l’Ecole Supérieure d’Electricité de Paris (1946) et obtient un diplôme d’ingénieur électricien, premier Réunionnais à obtenir cette qualification. En parrallèle il s'engage en politique.Au sein du PCF d’abord, puis en Algérie où il avait été envoyé après sa démobilisation en tant qu’ingénieur. Renvoyé de l’Algérie pour militantisme, il avait rejoint, avec sa femme, La Réunion où sa vie n’a été que militantisme, au sein de la fédération de la Réunion du parti communiste français d’abord, au côté du Dr Raymond Vergès, puis, à partir du PCR dont il est un co-fondateur avec Paul Vergès, Daniel Lallemand,

De retour dans son île, il est embauché par le docteur Raymond Vergès, en qualité de secrétaire général de la mairie de Saint-André. Le député-maire, également directeur du Témoignages, lui confie la co-direction du journal en avril 1955.

Membre du comité central du Parti Communiste Réunionnais (PCR), conseiller général du Port, il est élu conseiller régional en février 1983 sur la liste “Développement, Solidarité, Justice et Liberté” conduite par Paul Vergès.

Avec les partis communistes de l’Outre-mer français, il a signé à Morne-Rouge un texte réaffirmant le droit des peuples à l’autodétermination et réclamant une assemblée unique "chargée d’élaborer un statut nouveau de nos pays à négocier avec le gouvernement français". 

Fondateur de la confédération générale des travailleurs de La Réunion (CGTR), il occupe le poste de Secrétaire général jusqu’en 1987. Il a été de tous les combats. Il a aisi oeuvré d'arrache-pied pour l'égalité du Smic avec celui payé en Métropole, au respect des droits des travailleurs, à la reconnaissance du 20 décembre comme jour férié et payé.

"De la même manière qu’au plan politique, il fut sans retenue aucune sur tous les terrains syndicaux : action et grève des dockers : Bruny était là aux premières heures aux côtés des dockers ; action et grève avec les travailleurs du bâtiments sur la route du littoral, Bruny était là. Il était partout où les travailleurs agissaient.  Sur le chantier de Takamaka, sur les grandes exploitations agricoles de l’Est, dans le sud, dans la zone industrielle, partout, aux côtés des travailleurs, dans leurs luttes" a dit de lui la CGTR à l'annonce de son décès.

"Bruny Payet (était) un grand dirigeant de la CGTR et dirigeant syndical. Un grand Réunionnais. Avec lui, la CGTR perd un de ses grands fondateurs, le mouvement communiste et progressiste un grand Militant. Il laisse la CGTR orpheline" termine le syndicat

Chevalier de la Légion d’Honneur, Ce grand Réunionnais s'est éteint ce dimanche 13 septembre 2020, à l'âge de 98 ans.

Lire aussi : Les réactions au décès de Bruny Payet

Lire ausi : Les hommages se poursuivent après la mort de Bruny Payet

A sa famille, ses proches, ses ami(e)s et ses camarades de lutte, Imaz Press présente ses sincères condoléances

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Sandra, Posté
Je suis une de ses nièces. Je bien triste et d'autant plus que je suis en métropole. C'edt grace à lui, que j'ai travaillé à la mzirie de Saint-Louis, au cÃ'té de M.Claude HOARAU. Malgré la distance je joins ma douleur à toute ma famille à la Réunion et en France. Je suis Mme Marie-Françoise PAYET."SALUTATIONS"