Un concours alléchant, mais soyez prudents :

Qui veut gagner des millions avec Dimitri Payet ?


Publié / Actualisé
Dans une publication Instagram déjà commentée par plus de 20.000 personnes, Dimitri Payet partage un concours plus qu'alléchant. Voiture, montre ou sac de luxe... il vous suffit de commenter le post et aller suivre l'organisateur du concours pour participer. Une publicité qui peut étonner quand on se rend sur le compte de l'organisateur en question. Yomi Denzel, c'est son nom, est un multimillionnaire de 23 ans qui vante les mérites du "dropshipping". Légale mais opaque, cette technique de vente consiste à vendre bien plus cher des produits achetés à prix cassés sur des sites de "bonnes affaires", sans en avoir à gérer le stock et uniquement à travers un travail de communication et d'image de marque. (Photo : Instagram Dimitri Payet)
Dans une publication Instagram déjà commentée par plus de 20.000 personnes, Dimitri Payet partage un concours plus qu'alléchant. Voiture, montre ou sac de luxe... il vous suffit de commenter le post et aller suivre l'organisateur du concours pour participer. Une publicité qui peut étonner quand on se rend sur le compte de l'organisateur en question. Yomi Denzel, c'est son nom, est un multimillionnaire de 23 ans qui vante les mérites du "dropshipping". Légale mais opaque, cette technique de vente consiste à vendre bien plus cher des produits achetés à prix cassés sur des sites de "bonnes affaires", sans en avoir à gérer le stock et uniquement à travers un travail de communication et d'image de marque. (Photo : Instagram Dimitri Payet)

"Mon ami Yomi Denzel organise le plus gros concours Instagram de 2020 !" écrit le footballeur réunionnais, reprenant mot pour mot le post d'origine publié sur la page de l'ami en question, qui compte quant à lui près d'un million de commentaires.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mes bébew 💉 Mon ami @yomidenzel organise le PLUS GROS CONCOURS INSTAGRAM DE 2020! Plus de 35’000€ de lots vont être distribués! Lot 1: Une Mercedes Classe A Lot 2: Une Rolex Lot 3: Un sac Yves Saint Laurent Lot 4: Un Iphone 11 Lot 5: Des Airpods pro Pour participer rien de plus simple: - Liker la publication et identifier 2 ami(e)s - Aller suivre le compte instagram @yomidenzel Bonus: Partager ce post en story Les gagnants seront annoncés le 22 Septembre sur le compte @yomidenzel Le tirage au sort est encadré par un huissier et la remise de la Mercedes sera filmée. Tous les lots ont été achetés par Yomi sans aide de quelconques marques ou sponsors. Bonne chance ;) PS: Allez regarder les stories du compte @yomidenzel , il donnera des astuces pour tripler vos chances de gagner pendant les prochains jours

Une publication partagée par Payet Dimitri (@payetdimitri27) le

La liste des lots a de quoi faire rêver : une Mercedes, une Rolex, un sac Yves Saint-Laurent, un Iphone 11 et des Airpods pro.

La participation est présentée comme un jeu d'enfants : "liker la publication et identifier 2 ami(e)s, aller suivre le compte Instagram de Yomi Denzel". Depuis le nombre de commentaires ne cesse de grimper en flèche, au même titre que les abonnés du principal intéressé, qui s'approche de plus en plus des 800.000 personnes.

- Qui est Yomi Denzel ? -

On s'en doute, derrière ce concours incroyable se cache une réalité plus complexe. A commencer par Yomi Denzel, un Suisse au parcours peu commun.

Le jeune homme de 23 ans, déjà multimillionnaire, a de quoi faire couler de l'encre. Avec ses 400.000 abonnés sur sa page Youtube, Yomi Denzel veut raconter comment il est passé "d'étudiant fauché à millionnaire en un an".

Dans un article datant de mars 2019, Le Figaro dans sa chronique "Le rendez-vous des PME" le présente comme un exemple de "l'entreprenariat 2.0". Le jeune homme y explique comment il s'est spécialisé dans un modèle d'e-commerce bien spécifique : le dropshipping.

Dans une interview attribuée au site "HEC economist", le jeune entrepreneur raconte ses débuts.

"Lorsque j’ai créé mon agence de marketing digital, j’ai découvert une nouvelle niche qui était bien plus intéressante pour moi : le dropshipping. Cela consiste à vendre un produit nouveau et/ou peu cher en se fournissant chez des sites comme Ali Express, un site chinois qui contient un nombre presque illimité de produits. L’idée principale est que l’on n’a pas besoin de créer un produit, ni de le stocker, ni de l’envoyer. Notre seul travail va être de trouver un produit, créer un site et attirer nos clients dessus par divers moyens. Ensuite une fois seulement que le produit est vendu, on l’achète au fournisseur et on le fait livrer directement chez le client. Grâce au dropshipping on peut monter un business qui marche en quelques semaines, le risque est limité et la mise en place est relativement facile à faire."

Concrètement, le "dropshipping" ("livraison directe" en Français, bien que ce ne soit techniquement pas le cas…) c'est "le fait de créer une boutique en ligne qui va vendre en réalité les produits d’une autre boutique en ligne qui était déjà existante et d’empocher une marge qui a été fixée entre les deux" explique très clairement un vidéaste qui a tenté à son tour de créer une boutique de dropshipping pour montrer à quoi ressemble la manœuvre.

"L’intérêt c’est de ne pas avoir de stock à gérer et de faire de l’argent rapidement sans en investir trop" ajoute le vidéaste.

Comme le marketing de réseau qui consiste à vendre des produits via un système d'abonnement et de parrainage, ces nouveaux modèles de business en ligne sont florissants mais à la limite de la légalité, comme le rappelle le site Madmoizelle, et ils manquent encore d'une législation claire sur leur sujet, en raison de leur apparition très récente.

Lire aussi : P2S Travel, le site de voyages qui fait tourner les têtes... et les portefeuilles

Lire aussi : Chèques cadeaux: Emrys, la nouvelle star des réseaux sociaux

Tout simplement parce que les marges financières dégagées dans ce type de manœuvre sont loin d'être très morales. D'abord par l'achat de produits de faible qualité sur des sites la plupart du temps chinois et fabriqués dans on ne sait quelles conditions, ensuite par leur revente à prix exhorbitant en les faisant passer pour des biens de luxe.

Le travail du "dropshippeur" dans ce cas est d'en faire un produit attractif, sans pour autant gérer le stock. On crée un site, une identité visuelle, un slogan qui sonne bien, et souvent de fausses promotions.

- Des formations payantes pour s'y mettre -

Yomi Denzel, dans son rôle de modèle de réussite, propose des formations sur sa page pour devenir à son tour millionnaire. Bien évidemment, les contenus sont payants et les formations d'e-commerce proposées par le jeune homme coûtent 1.497 euros, selon le site suisse 24heures.

Une marge supplémentaire pour le jeune homme qui surfe allègrement sur les conséquences sa réputation : les internautes sont séduits, payent, et essaient de faire pareil. Si bien que ses fans ont un nom de fanclub : la "YomNation".

Là encore le parallèle avec le marketing de réseau est facile. Car dans un cas comme dans l'autre, la réussite dépend de l'acharnement du futur "dropshipper".

Dans un article détaillant les pratiques de Yomi Denzel, un internaute décortique les stratégies du dropshipping en prévenant : non, ce n'est pas accessible à tout le monde. Il parle d'ailleurs de "facilité exagérée".

"Personnellement, j’adore Yomi Denzel et son contenu, mais il faut reconnaître qu’il exagère parfois la facilité du dropshipping. Il ne dit pas que c’est facile mais c’est l’impression qu’on a quand on regarde ses vidéos. Les vidéos de Yomi font rêver. On se dit “pourquoi pas moi ?” et on a envie de croire que tout le monde peut y arriver. Mais c’est faux, c’est un mensonge. Se lancer et réussir en dropshipping, en eCommerce ou dans n’importe quelle activité sur internet est difficile. On ne va pas se le cacher, vivre du dropshipping n’est pas donné à tout le monde."

Les résultats n'arrivent pas par magie. Il faut amasser des abonnés, se construire un réseau solide, être certain que la stratégie de vente va payer, gagner en visibilité etc. Autant d'outils marketing subtils et difficiles à comprendre quand on n'a pas l'esprit un tantinet commercial.

Le modèle défendu par Yomi Denzel est donc à connaître avant de se lancer dans le concours défendu et étonnamment mis en valeur par notre star péi Dimitri Payet.

Car n'oubliez pas que les cadeaux en question ont été payés par l'argent de l'entrepreneur, récolté grâce aux techniques que l'on connaît. Et n'oubliez pas que pour participer au concours, il est nécessaire d'aller s'abonner au compte du jeune homme. Or plus sa communauté gonfle, plus le nombre de personnes touchées par son commerce est large.

A bon entendeur.

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Bapt1, Posté
Article beaucoup trop pessimiste. Tous les commerces fonctionnent de cette façon, renseignez-vous sur les prix d'achat de marchandises que l'on vous vends en distribution, ou du coté des grandes marques.Le commerce fonctionne comme ça, nul besoin de dénigrer le drop qui est juste la solution du 0 stock
Maan, Posté
Très bon article, l'explication de mécanisme est clair & la lecture est fluide. Merci ! C'est rare de voir ça
Anede, Posté
Une analyse utile et pertinente.Merci au rédacteur de cet article
MÃ'véLang, Posté
Bof, ça ne me dérange pas qu'il soit milliardaire, j'achète depuis le début sur Aliexpress exclusivement, déjà qu'ils ont augmenté leur prix, je ne vois pas pourquoi j'irais me faire niker ailleurs