[VIDEO] Toutes les filières préoccupées :

Aides européennes en baisse : l'inquiétude du monde agricole


Publié / Actualisé
L'ensemble de la production locale réunionnaise s'est réunie, ce mardi 29 septembre 2020, pour faire part de son inquiétude face au projet de baisse de 3,9% du Poseidom (Programme d'options spécifiques à l'éloignement et à l'insularité des départements français d'Outre-mer). Concrètement, cela représenterait 25 millions d'euros de moins pour l'agriculture réunionnaise sur la période 2021-2027. Les filières agricoles péi dénoncent une baisse qui serait contraire aux engagements des institutions communautaires et qui remettrait en cause le modèle réunionnais, pourtant salué par le président Emmanuel Macron lors de sa visite sur l'île. (Photo rb/www.ipreunion.com)
L'ensemble de la production locale réunionnaise s'est réunie, ce mardi 29 septembre 2020, pour faire part de son inquiétude face au projet de baisse de 3,9% du Poseidom (Programme d'options spécifiques à l'éloignement et à l'insularité des départements français d'Outre-mer). Concrètement, cela représenterait 25 millions d'euros de moins pour l'agriculture réunionnaise sur la période 2021-2027. Les filières agricoles péi dénoncent une baisse qui serait contraire aux engagements des institutions communautaires et qui remettrait en cause le modèle réunionnais, pourtant salué par le président Emmanuel Macron lors de sa visite sur l'île. (Photo rb/www.ipreunion.com)

Lors du Conseil des Ministres de l’agriculture du 21 septembre 2020, les Ministres français, espagnol, et portugais de l’agriculture, soutenus par la Grèce, ont demandé à la Commission de revenir sur son projet de baisse du budget du POSEI de 3,9% pour la prochaine période de programmation budgétaire (2021-2027). Le Commissaire européen à l’agriculture n’y a pas donné droit, malgré plusieurs gestes d’ouverture qui avaient été faits par différents Commissaires ces deux dernières années.

Cette position inattendue pousse aujourd’hui la production locale réunionnaise, avec le soutien de la Chambre d’agriculture, à faire part de son incompréhension et à alerter sur les conséquences catastrophiques qu’une baisse du POSEI aurait pour la pérennité du modèle agricole et agro-industriel des DOM.

La proposition de la Commission représente une réduction de l'aide aux régions ultrapériphériques de 3,9 % sur la prochaine période budgétaire, soit 11 millions d’euros de moins pour l’agriculture des DOM tous les ans, c’est-à-dire 77 millions d’euros de moins sur la période 2021-2027.

Pour chaque filière ultramarine, cela représente :
- 35 M€ de moins pour la filière banane ;
- 21 M€ de moins pour la filière canne-sucre ;
- 8,5 M€ de moins pour la production animale ;
- 4 M€ de moins pour la diversification végétale ;
- 7 M€ de moins sur le régime spécifique d’approvisionnement (RSA). Les éleveurs seraient pénalisés deux fois car la Commission lie la baisse de l’enveloppe du POSEI à une baisse similaire du plafond du RSA, ce qui va renchérir le coût de l’aliment pour bétail.

Les filières agricoles de La Réunion verraient leurs aides baisser de 25 millions d’euros sur la période 2021-2027.

Ce montant est considérable, alors que l’enveloppe actuelle du POSEI est intégralement consommée depuis plus de 10 ans. Devant l’insuffisance des crédits européens pour faire face aux besoins de l’agriculture des DOM, la France a été obligée de compléter cette enveloppe POSEI par des aides nationales, appelées "aides du CIOM", qui représentent un budget de 40 millions d'euros tous les ans. 

"On est d’autant plus surpris que dans le contexte actuel où les robinets sont ouverts pour divers secteurs", s'étonne Frédéric Vienne, président de la Chambre d'agriculture de La Réunion. "Les filières peuvent compter sur le soutien sans faille de la Chambre d’agriculture dans ce combat. On devait aller vers plus d'autonomie alimentaire. Ce n’est pas avec moins de moyens qu’on va y arriver."

"La transformation agricole réunionnais est en alerte maximale. Ca ne peut pas rester en état, ce n’est pas acceptable. Le modèle agricole a fait ses preuves, notamment pendant la crise du Covid", rappelle également Daniel Moreau, président de l’Adir (Association pour le développement industriel de la Réunion) et de l’Arifel (Association réunionnaise interprofessionnelle fruits et légumes).

Frédéric Vienne a d'ores et déjà annoncé son intention d'interpeler le ministre de l'agriculture Julien Denormandie, ce mercredi, lors de la session permanentes des chambres d’agriculture.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !