L'édition est maintenue pour l'heure :

Un Sakifo en version 100% assis : les organisateurs y pensent


Publié / Actualisé
La date butoir arrive à grand pas, et les organisateurs du Sakifo ne sont toujours pas fixés sur le sort de cette édition 2020. Plusieurs schémas sont en cours de discussion avec les autorités, et notamment la préfecture. L'option la plus probable pour maintenir le Sakifo est aujourd'hui une édition 100% assise. Cette semaine les organisateurs devraient avoir un premier retour de la part de la préfecture concernant l'organisation du festival. (Photo d'archive rb/www.ipreunion.com)
La date butoir arrive à grand pas, et les organisateurs du Sakifo ne sont toujours pas fixés sur le sort de cette édition 2020. Plusieurs schémas sont en cours de discussion avec les autorités, et notamment la préfecture. L'option la plus probable pour maintenir le Sakifo est aujourd'hui une édition 100% assise. Cette semaine les organisateurs devraient avoir un premier retour de la part de la préfecture concernant l'organisation du festival. (Photo d'archive rb/www.ipreunion.com)

La semaine dernière, le président du Sakifo Jérôme Galabert l'indiquait clairement : "les discussions sont encore en cours, on ne sera pas fixés au moins avant le 5 octobre". La date butoir est arrivée et c'est justement à partir de ce lundi voire en fin de semaine que les organisateurs devraient en savoir plus quant à la tenue ou non du festival. La décision finale ne sera prise qu'après remise du dossier contenant les mesures de sécurité notamment.

"En cas de maintien, l'option la plus envisageable reste le 100% assis" explique le président du Sakifo. "Il est encore trop tôt pour se prononcer, la préfecture n'a pas de position arrêtée sur la question" continue-t-il.

Lire aussi : Tenue du Sakifo : "on continue de se battre, c'est notre moteur"

Dans une précédente interview, le président du festival reconnaissait qu'il serait difficile voire impossible de conserver un festival comme les éditions précédentes. Le respect des gestes barrières y est compliqué.

Lire aussi : Jérôme Galabert : "il est impossible de respecter les distanciations physiques dans un festival comme le Sakifo"

Pour l'heure, au vu des mesures prises par le gouvernement, impossible de maintenir un festival comme à l'habituel. Alors, il faut s'adapter : les salles de concert sont désormais autorisées à accueillir du public, sous réserve que celui-ci soit assis. "On le voit dans de nombreuses salles : au théâtre de Saint-Gilles, au Kabardock ou encore dans la salle Kerveguen de Saint-Pierre. Le public assis est autorisé, c'est donc la solution la plus envisageable pour maintenir le Sakifo" estime Jérôme Galabert.

- Pas de solution arrêtée pour l'instant -

"La situation évolue tous les jours, c'est difficile d'avoir de la visibilité. Mais quand on regarde les différents indicateurs, ils sont plutôt encourageants. Le temps peut jouer en notre faveur" espère le directeur du Sakifo.

Les organisateurs du festival ne sont en tout cas pas pressés : ils disposent d'encore un peu de temps avant de déposer leur dossier final contenant tous les détails de l'organisation et les mesures sanitaires prévues. "Notre date butoir est le 12 octobre, la situation a encore un peu de temps pour s'améliorer" souligne avec optimisme Jérôme Galabert.

En cas de festival en version 100% assis, il assure en tout cas qu'ils ont tout à fait les capacités pour organiser cette édition comme il se doit. "On a encore beaucoup de travail : chaque hypothèse apporte son lot de détails à organiser. On attend désormais un retour des autorités" continue-t-il. Une fois tous les détails posés, une conférence de presse sera organisée. Pour l'heure, le Sakifo reste donc toujours d'actualité. Sans en connaître les détails.

Lire aussi : IAM annule sa tournée mais viendra bien au Sakifo

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

8 Commentaire(s)

Jjju, Posté
@Elkamion, faut faire la balance entre sauver l emploi de 12 employés pour cette année et tuer le Sakifo car franchement, financièrement, je vois vraiment pas comment ils s en sortiront entre ceux qui veulent pas se retrouver dans un événement, ceux qui veulent pas faire un festival assis.... Et puis ça serait vraiment triste comme édition, le public se déplace à un festival pour l ambiance aussi, ça mettrai un coup au moral à tout le monde. Quitte à être assis, je préfère regarder un concert dans mon canapé. Mais tout cela ne reste que mon avis et je leur souhaite bien du courage.
Raoul, Posté
Si c'est pou fe nir zartiste la taille et paye Bana un blinde de tune pa la peine et pire encore si c pou fe passe le abdoul le dj sebb de mèrde ou le même chanteur(se) qui fai croire que li le connu alors que non vaut mieu rien faire.. Ici n'a un tas I acheté les vues.. N'a jamais eu de star à la réunion
Petito, Posté
Ce qui commente non jamais mis leurs pieds dans un festival
ZembroKaf, Posté
parce que ces "spectateurs" vont rester docilement "assis"...après avoir gouté un "brède chouchou dodotisé" !!!Bon connaissant un peu le maire de saint pierre "le bloqueur de virus"...il fera tout pour sauver son "pote" Jérôme !!!
Elkamion, Posté
@7AC. L'emploi des 12 salariés du festival est en jeu. Vous ne devez pas avoir de problèmes financiers pour parler comme çà.
Joe, Posté
ANNULER
Marc, Posté
Ni 100% assis ni debout !! ce sera en mode connecté ou rien !Au risque de voir accélérer le pic épidémique ..à chacun ses responsabilités !
7AC, Posté
Le gros n'importe quoi !Il n'y a qu'à voir comment certains portent leurs masques, et ce qui va se passer quand tout le monde se mettra debout pour danser, chanter, crier, ça va être totalement incontrÃ'lable, et allez retrouver les cas contacts de cette manifestation...Ah le pognon, c'est lui qui tue à présent.