Le rectorat se veut rassurant :

Bac 2021 : les dates des épreuves de spécialité font grincer des dents à La Réunion


Publié / Actualisé
Le calendrier du baccalauréat 2021 a été publié le 30 septembre dernier, et n'a pas manqué de faire réagir les syndicats du personnel éducatif. Les épreuves de spécialité commenceront dès le mois de mars. Problème : les dates choisies tombaient pendant les vacances scolaires réunionnaises, l'épreuve a donc été décalée d'une semaine, pour débuter le 24 mars... Mais seulement à La Réunion. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le calendrier du baccalauréat 2021 a été publié le 30 septembre dernier, et n'a pas manqué de faire réagir les syndicats du personnel éducatif. Les épreuves de spécialité commenceront dès le mois de mars. Problème : les dates choisies tombaient pendant les vacances scolaires réunionnaises, l'épreuve a donc été décalée d'une semaine, pour débuter le 24 mars... Mais seulement à La Réunion. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Les épreuves de spécialité du bac 2021 tombaient mal pour La Réunion : en pleines vacances. Elles ont donc été décalées mais pas pour les autres académies. Une décision qui n'a pas manqué de faire réagir plusieurs syndicats, notamment le Snes-FSU. "Une date différente signifie forcément une épreuve différente, et donc la fin d'un diplôme national, le baccalauréat des élèves réunionnais perd de sa valeur" argumente Victor Rodrigues, membre du syndicat.

Depuis 2000, La Réunion est calée sur les dates et horaires de la Métropole, permettant une harmonisation des sujets. "Modifier les dates des épreuves, c'est retourner en arrière" continue le syndicaliste. Le syndicat reproche par ailleurs la perte de valeur constante du Bac, qui n'est aujourd'hui "plus une garantie d'accès aux études supérieures".

"On a vraiment un manque d'organisation flagrant cette année, nous n'avons même pas de sujet zéro pour les épreuves à venir" s'inquiète Cécile Chèze, de la SAIPER. Les syndicats pointent par ailleurs du doigt le manque de communication de la part du ministère de l'Education nationale. Ils auraient découvert le calendrier de l'examen dans la presse, "comme de nombreuses autres annonces depuis la prise de fonction de Jean-Michel Blanquer" accusent-ils.

- Des sujets "préparés" et "contrôlés" -

Des critiques qui sont cependant balayées par le rectorat. "Tous les sujets sont tirés de la banque nationale, un jury académique s'assure par ailleurs de l'harmonisation des épreuves sur le territoire national" indique-t-il.

Les épreuves du baccalauréat ont été harmonisées en 2000 entre la Métropole et La Réunion. "A l'époque, les syndicats critiquaient régulièrement le fait que le bac réunionnais était un "bac cocotier" - avec moins de valeur, ça a donc été aligné" précise le rectorat. Une situation qui n'est pas forcément transposable aux autres territoires ultra-marins, qui ont des décalages horaires plus marqués.

"L'objectif des matières de spécialité est d'apporter un contenu plus élaboré et en plus grand lien avec les études supérieures, c'est l'inverse d'un diplôme fragilisé" souligne par ailleurs Pascal Schrapffer, doyen des inspecteurs académiques régionaux.

"Les sujets du baccalauréat sont préparés par des experts et contrôlés par l'inspection générale, en plus d'être soumis à plusieurs phases de validation : un sujet différent ne signifie pas des attentes différentes en matière de connaissances" continue-t-il.

Concernant les écarts de dates, Pascal Schrapffer affirme que les épreuves "demandent un certain nombre de semaines d'enseignement pour pouvoir couvrir l'ensemble du programme demandé". "On se trouve donc parfaitement dans le cadrage national des épreuves, La Réunion étant en vacances à ce moment-là de l'année" continue-t-il.

- Un nouveau bac polémique -

Le nouveau baccalauréat a soulevé de nombreuses protestations, et ce dès la rentrée 2019. Nul doute que les syndicats monteront une nouvelle fois au créneau prochainement et voudront se faire entendre, les problématiques étant encore nombreuses à leurs yeux. Dès le 17 septembre, répondant à un appel national, l'intersyndicale de La Réunion a d'ailleurs fait le pied de grue devant la préfecture. Les sujets liés à l'éducation étaient au coeur des revendications.

Une réunion devrait avoir lieu ce mardi 6 octobre entre les syndicats nationaux et le ministre. "Nous avons déjà fait remonter nos plaintes au bureau national" indique finalement le Snes-FSU. Ensemble ils discuteront des examens à venir.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Découvrir les dates dans la presse ???? Ça paraît incroyable !
Caillou, Posté
Quoi qu'on dise quoi qu'on fasse il y a toujours des mécontents. Une solution serait de passer les épreuves pendant les vacances. Les sujets seront alors les mêmes pour tous.