[LIVE] Koz ek le directeur de Iles Vanille :

Pascal Viroleau : "on ne reprendra pas les croisières dans l'océan Indien avant 2021"


Publié / Actualisé
Ce vendredi 9 octobre 2020 c'est Pascal Viroleau, président des Iles Vanille, qui est l'invité de notre Facebook live. Vous connaissez les règles du jeu : pendant 30 à 45 minutes, une fois par semaine, Imaz Press s'entretient en direct avec diverses personnalités. Après un premier temps de questions-réponses entre notre interlocuteur et notre journaliste d'une dizaine de minutes, c'est à votre tour de poser toutes vos questions. Politiciens, spécialistes, institutions... Nos journalistes vous donneront la parole, en posant vos questions à l'invité en direct. Rendez-vous dès 10h sur notre - site et sur notre page Facebook. A vos questions et à vos commentaires
Ce vendredi 9 octobre 2020 c'est Pascal Viroleau, président des Iles Vanille, qui est l'invité de notre Facebook live. Vous connaissez les règles du jeu : pendant 30 à 45 minutes, une fois par semaine, Imaz Press s'entretient en direct avec diverses personnalités. Après un premier temps de questions-réponses entre notre interlocuteur et notre journaliste d'une dizaine de minutes, c'est à votre tour de poser toutes vos questions. Politiciens, spécialistes, institutions... Nos journalistes vous donneront la parole, en posant vos questions à l'invité en direct. Rendez-vous dès 10h sur notre - site et sur notre page Facebook. A vos questions et à vos commentaires

  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi

    Rendez-vous sur Facebook dans notree onglet vidéos pour celles et ceux qui veulent voir le replay de l'émission !

    Bonne journée

  • IPR

    Limiter l'impact environnemental

    L'association veut limiter son impact environnemental. "Il est plus facile de se dire 'on va venir visiter plusieurs îles' pour limiter les trajets, on a tout à gagner en faisant du combiné".

    Côté produits, le directeur souhaite aussi travailler sur des offres responsables, "répondre à la nouvelle demande, même avec moins de clients" résume Pascale Viroleau.

  • IPR

    Des bateaux plus petits pour l'avenir

    "Tant qu'il n'y aura pas de vaccin, on ne pourra pas reprendre comme avant" estime Pascal Viroleau. L'association des îles Vanille est assistée par un cabinet spécifique. "On voudrait des bateaux tous petits, pour un impact environnemental moindre, une contraction de l'activité pour aussi être en capacité de gérer les bateaux lorsqu'on a 200 passagers qui arrivent, plutôt que 2.000. C'est plus facile pour les tracer."

  • IPR

    Contrôlé sanitaire sur les bateaux

    "Les bateaux qui étaient dans la zone, c'était pour des tours de 14 jours, donc c'est le temps de la quarantaine" explique le directeur des îles Vanille. "Sur tous ces bateaux là, on a plus d'assurance : des caméras thermiques par exemple".

    Des actions pour permettre "une activité plutôt saine". Par ailleurs, "on disait que lorsqu'on était malade, il fallait mettre des masques. Il y a eu une campagne, les passagers sont descendus avec des masques. Pour beaucoup cela voulait dire qu'ils étaient malades, ça a généré des tensions" se souvient-il. "Ça n'était pas la meilleure des périodes".

    Aujourd'hui, l'activité est quasiment arrêtée. "Elle est sinistrée mais comme l'ensemble de l'économie". En attendant il l'assure : "nous ne reprendrons pas les croisières dans la zone océan Indien avant 2021".

  • IPR

    "Carton plein pour les croisières"

    L'objectif 2020 a été atteint en 2019, "les investissements ont été rentabilisés". Pour 1 euro investi, 9 euros rendus, l'association fonctionne bien, assure le directeur en se voulant le plus objectif possible.

    "Nous avons une bonne clientèle, essentiellement européenne : française, allemande, un peu anglaise. Parfois des touristes tchèques ou polonais".

  • IPR

    6 îles membres, sans les Maldives

    "On continue à 6 îles" explique Pascal Viroleau. Les îles Maldives n'en font plus partie. L'application de la loi (charia, peine de mort) y est problématique vis à vis des autres îles.

    Après avoir abordé ces sujets polémiques, passons aux questions plus sérieuses. Les îles Vanille c'est quoi ? "C'est pour faire venir les touristes dans les territoires de l'océan Indien. A La Réunion vous avez l'IRT et nous on fait le lien, notre mission c'est de s'insérer dans le tourisme dans ce créneau de trouver des personnes qui veulent partir en vacances pour visiter au moins 2 îles en même temps".

    L'association a été créée en 2012, rappelle-t-il. Sur le financement des activités, elles sont financées par des fonds venant de l'Europe. "On a déjà une dizaine d'années d'existence". Côté résultats, aujourd'hui "sur La Réunion, entre 15 et 20% des arrivées touristiques se font par le biais de combinés, ce sont des gens qui viennent visiter Maurice et La Réunion majoritairement".

  • IPR

    Une villa aux Seychelles ?

    "Je veux bien que vous me disiez si je la peints en bleu ouu blanc" ironise Pascal Viroleau, souvent attaqué sur cette question.

    Un peu d'humour pour commencer cette émission...

  • IPR

    Bonjour, nous ouvrons ce live pour suivre ensemble l'interview en direct de Pascal Viroleau

    A vos questions !

A propos

Cette semaine, nous recevons Pascal Viroleau, Président des Iles Vanilles. Figure connue du monde du tourisme réunionnais, il a dirigé l’Office du Tourisme du Tampon avant d’être nommé directeur de l’IRT (Ile de La Réunion Tourisme), l’association mettant en œuvre la stratégie touristique impulsée par la Région Réunion.

Après trois ans à la tête de cette institution, il décide de démissionner afin de se consacrer aux Iles Vanilles dont il assure la direction depuis novembre 2012. Cette structure est née en 2010, fruit de la volonté des îles de l’océan Indien (La Réunion, Maurice, Seychelles, Madagascar, les Comores et Mayotte) de mettre en commun leurs moyens et savoir-faire spécifiques afin de bâtir une stratégie touristique commune et concertée à l’échelle régionale.

Comme partout dans le monde, le tourisme dans la zone a été fortement impacté par la crise Covid-19 et l’arrêt total du trafic aérien. Rappelons par exemple que Maurice a rouvert timidement ses frontières le 1er octobre dernier après plus de 6 mois de fermeture totale. Madagascar vient également d’accueillir ses premiers vols vers Nosy Be. Si les Seychelles ont été le premier territoire à accueillir à nouveau des touristes (dès juin 2020), cela s’est fait au compte-goutte, très loin des dizaines de milliers de touristes débarquant chaque mois sur l’archipel.

La Réunion a également subi un gros coup d’arrêt dans le secteur hôtelier durant les mois d’avril et mai. L’Insee a ainsi enregistré 9.900 nuitées en avril 2020 (soit 92%) en moins qu’en avril 2019. De même en mai 2020 avec 15 100 nuitées (- 88% par rapport au mai 2019).

Lire aussi : Hausse du chômage : 25% des Réunionnais sont sans emploi et souhaitent travailler

Alors de la reprise, certes timide, du trafic aérien et de l’industrie hôtelière se fait sentir, nous ferons un bilan avec Pascal Viroleau de l’impact réel de cette crise sur l’industrie touristique dans l’océan Indien. Nous l’interrogerons également sur les mesures et stratégies qui sont et seront mises en place afin de convaincre la clientèle de revenir, malgré le contexte sanitaire.

Il sera également question de croisières puisque l’activité a aussi enregistré de fortes turbulences dès la fin du mois de février 2020. Plusieurs îles avaient en effet refusé d’accueillir les touristes qui souhaitaient débarquer. La Réunion a, quant à elle, joué le jeu de l’accueil durant quelques semaines alors que la psychose autour de la Covid-19 montait partout dans le monde. Mais cela s’est fait au prix de nombreuses tensions avec des Réunionnais hostiles à cette stratégie décriée compte tenu du risque encouru, alors que l’île ne comptait alors aucun cas.

A quand la reprise des croisières vers nos îles ? Quelles seront les modalités d’accueil ? Les touristes seront-ils au rendez-vous ? L’ensemble de ces questions seront abordées avec Pascal Viroleau.

Rendez-vous dès 10h sur notre - site et sur notre page Facebook. A vos questions et à vos commentaires



 

   

6 Commentaire(s)

Barbaronne, Posté
Reste 5 mois pour profiter Pascal Viroleau après CDD se termine -
Cuprien, Posté
Ça mange bien à ce poste on diré ha ha ha hi hi hi Bueno appetito
Joey, Posté
Vive didier robert
Alain, Posté
Monsieur Viroleau, tant que ces bateaux utiliseront le carburant le plus pourri qui existe sur cette planète, vos bateaux de croisière seront toujours une catastrophe environnementale!Concept has been, caricature du monde d'avant!La charia et la peine de mort aux Maldives ça date d'avant 2018. Savez vous que suite à des élections démocratiques en 2018 un president à chassé le dictateur? savez vous que Humanium (ONG droits des enfants) classent les Maldives à la 73 ième place quand Mada est 150 et les Comores 160 (Maurice 42, Seychelles 52)Pour RSF: Maldives 79, Maurice 56, Mada 54, Seychelles 63, Comores 75Arrêtons le "Maldives bashing" et aidons ce pays a chasser les derniers islamistes contrôlés par l'Arabie Saoudite qui tentent de s'accrocher aux rideaux des mosquées...
La vérité si je mens !, Posté
Un inutile s'exprime , grassement payé pour rien faire point final
Manuel, Posté
Il me semble être allé dans son hôtel aux Seychelles, c'était chouette