Il y a urgence :

Précarité : le Conseil de la culture appelle à sortir le monde des arts de son "coma"


Publié / Actualisé
Le Conseil de la Culture, de l'éducation et de l'environnement (CCEE) demande des mesures d'urgence pour sauver le monde des arts de La Réunion, largement endommagé par la crise sanitaire alors que celui-ci se trouvait déjà en difficulté. Le CCEE délivrait les conclusions de ses rencontres avec les acteurs culturels de l'île dans le cadre d'"ateliers Culture", ce lundi 12 octobre 2020. (Photo d'illustration/ www.ipreunion.com)
Le Conseil de la Culture, de l'éducation et de l'environnement (CCEE) demande des mesures d'urgence pour sauver le monde des arts de La Réunion, largement endommagé par la crise sanitaire alors que celui-ci se trouvait déjà en difficulté. Le CCEE délivrait les conclusions de ses rencontres avec les acteurs culturels de l'île dans le cadre d'"ateliers Culture", ce lundi 12 octobre 2020. (Photo d'illustration/ www.ipreunion.com)

Les dommages collatéraux de la crise Covid sont nombreux, et parmi eux la culture. "Sentiment d'abandon", de "désolation", de "colère qui monte" telles sont les impressions ressortants du compte-rendu des rencontres effectuées l'année dernière avec les acteurs du monde l'art, ce lundi 12 octobre, par le Conseil de la Culture, de l'éducation et de l'environnement (CCEE). Le président de la commission du conseil et référant Atelier Danse, Dominique Carrère, réclame l'"administration de soins intensifs", condition sine qua non de la survie d'une vie culturelle plongée dans un coma délétère depuis la crise provoquée par la Covid-19.

-"Un milieu déjà en grande difficulté"-

Dans le cadre de rencontres avec les acteurs culturels, les membres de la commission du CCEE ont permis de réaliser un état des lieux des difficultés auxquelles sont confrontés, au quotidien, ses acteurs dans l'exercice de leur art. Un milieu qui était pourtant "déjà en grande difficulté" avant la crise Covid, remarque Dominique Carrère.

- "Une incitation à se mobiliser" -

Concrètement, le CCEE réclame des "mesures d'urgences" passant par "une augmentation significative des budgets alloués à la culture de la part des collectivités les plus actives envers le secteur culturel et en particulier de la part de la Région". La commission décrit un secteur plus que jamais asphyxié, d'où cette comparaison au "coma". Ses acteurs risquent d'en sortir meurtris et plus précaires que jamais à l'ère de la Covid.

La commission lance donc un appel à une "grande et forte mobilisation de l'ensemble des institutions, des collectivités, des partenaires publics ou privés pour un plan de relance concerté afin que la vie culturelle, indissociable de la vie démocratique, se relève de ce sombre épisode de son histoire". François Ménard, représentant du secteur musique au sein de la commission du CCEE, pointe également du doigt les lacunes de  "certains rouages administratifs qui font que le système de subvention intervient souvent beaucoup trop tard par rapport aux manifestations".

Le CCEE dénonce également certaines inégalités. "Il n'y a plus que les chanteurs d'opéra qui ont le droit de chanter sans masque!", peste François Ménard, citant le cas d'associations "ralenties ou simplement à l'arrêt". Idem pour les artistes plasticiens qui ont vu leurs "commandes annulées, et les interventions reportées", détaille Nathalie Gonthier, responsable des arts plastiques. Elle décrit une situation économique compliquée, où l'enjeu est de "maintenir une diffusion de la culture pour que celle-ci se relance économiquement". Au final, "tout le monde est affecté", résume Dominique Carrère.

vp / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !