Une situation alarmante :

Tourisme : 48,5% de visiteurs en moins au premier semestre 2020, une baisse record


Publié / Actualisé
Six mois après le début de la crise, le bilan de la fréquentation touristique de la destination Réunion pour le premier semestre 2020 reflète un contexte sanitaire extrêmement difficile et sans précédent avec un impact majeur pour la filière touristique réunionnaise. Nous publions le communiqué de l'Ile de la Réunion Tourisme (IRT). (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Six mois après le début de la crise, le bilan de la fréquentation touristique de la destination Réunion pour le premier semestre 2020 reflète un contexte sanitaire extrêmement difficile et sans précédent avec un impact majeur pour la filière touristique réunionnaise. Nous publions le communiqué de l'Ile de la Réunion Tourisme (IRT). (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le bilan de ce premier semestre est particulièrement préoccupant pour la destination Réunion avec une baisse de 48,5% des visiteurs extérieurs.

• 121 072 touristes extérieurs sur le premier semestre

• La fréquentation touristique extérieure recule de 48,5% par rapport à 2019

• Une chute de 97% sur le deuxième trimestre

• 85% des visiteurs en provenance de métropole

• Les recettes touristiques divisées par deux sur la période

Alors que la destination Réunion enregistrait une croissance importante ces dernières années, l’île n’a accueilli que 121 072 touristes extérieurs sur les 6 premiers mois de l’année 2020, ce qui représente une baisse de 48,5% comparativement à 2019.
 
Après un premier trimestre proche de celui observé habituellement, le confinement et l’ensemble des contraintes sanitaires du second trimestre ont conduit à une chute de la fréquentation de près de 97%. Au 2ème trimestre 2020, seules 3 369 arrivées (3,1 % du volume de ce que la destination réalisait sur la même période en 2019). Au cours du mois de juillet 2020 ce sont 5 950 arrivées contre 51 253 en juillet 2019 soit une baisse de 88,4% de touristes vs n-1.

"La situation pour les outre-mer est particulièrement préoccupante. Les conditions d’accessibilité vers les outre-mer ont fortement ralenti les réservations et la relance de la Destination au moment du déconfinement et pour la période juillet-août. La capacité de rebond sur le tourisme de proximité, sur le tourisme local est limitée et l’inquiétude est forte pour la préservation de l’industrie et des emplois à la Réunion alors que la haute saison démarre" observe Stéphane Fouassin, président de l’Île de la Réunion Tourisme

- Évolution de la fréquentation -

Sans surprise, alors que les frontières internationales étaient fermées, la France métropolitaine est le premier bassin émetteur avec plus de 85% des voyageurs (plus de 103 000 touristes). La zone Océan Indien compte pour 9% du nombre de visiteurs (les voyageurs mauriciens représentent l’essentiel de ce marché de proximité).

Les touristes européens (hors France métropolitaine) ne représentent plus que 4% de la clientèle totale : une chute de 63% comparativement à 2019. Les visiteurs allemands, suisses et belges comptent pour deux tiers de ces voyageurs européens.

-  Des recettes touristiques divisées par deux -

Si le tourisme rapportait 1 million d’euros par jour à l’économie réunionnaise en 2019, les recettes se sont contractées de 49,5% sur le premier semestre 2020. Durant cette période, un visiteur a dépensé en moyenne 760 euros sur l’île, hors billet d’avion. L’hébergement et la location de véhicule absorbent la plus grande partie de ce budget.

"En capitalisant sur les mois de juillet et d’août, il nous faudra compter sur le 2ème semestre de l’année pour réaliser 78 % des recettes touristiques espérées et s’inscrire dans une continuité, ce qui nous semble réalistement inatteignable. En 2019, les recettes touristiques extérieures s’élevaient à 410 millions d'euros et à fin juin nous affichons une recette de 92 millions d'euros" décrit Susan Soba, directrice Générale de l’Île de la Réunion Tourisme

"Si le tourisme local a été au rendez-vous durant les vacances scolaires, certains secteurs n’ont pu bénéficier de ce sursis et sont aujourd’hui encore en grande difficulté. L’absence d’évènements sportifs et culturels dynamisants pour l’industrie touristique de l’île au cours des prochains mois présagent d'une fin d’année difficile" continue Susan Soba.

- Près de la moitié des touristes optent pour un hébergement marchand -

Dans ce contexte sanitaire favorable aux hébergements individuels, les locations saisonnières sont le premier choix d’hébergement marchand pour les  touristes.

Autre effet notable de ce contexte particulier : la durée de séjour sur l’île, habituellement stable autour de 17 jours, augmente à 21 jours. "Nous restons confiants malgré un contexte inédit. Nous croyons à la capacité de résilience, de rebond et de transformation de notre industrie. Nous œuvrons pour un tourisme de sens, responsable et durable reflet du vivre- ensemble réunionnais" déclare Susan Soba – Directrice Générale de l’Ile de la Réunion Tourisme.

"Notre capacité à proposer aux voyageurs d'aujourd'hui et de demain une nature préservée, terre d'aventure et d'évasion, des écosystèmes riches reconnus au patrimoine mondial de l'Unesco, une culture authentique et riche seront des atouts indéniables. Nous continuons également de maintenir la visibilité et le rayonnement de l'île à travers des campagnes nationales importantes en prévision des fêtes de fin d'année et de la saison 2021" termine-t-elle.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !