Présidentielle :

Seychelles : la campagne électorale au temps du coronavirus


Publié / Actualisé
La campagne électorale pour la présidentielle qui se termine ce mardi 20 octobre 2020 aux Seychelles a été complètement modifiée à cause de la Covid-19. Finis les rassemblements bon enfant entre supporteurs du même clan pour montrer sa force. La seule façon de savoir que le pays est en effervescence pour des élections présidentielles et législatives, c'est la multitude de panneaux aux couleurs des partis politiques qui ont été installés sur les poteaux électriques et dans les carrefours (Photo rv/www.ipreunion.com)
La campagne électorale pour la présidentielle qui se termine ce mardi 20 octobre 2020 aux Seychelles a été complètement modifiée à cause de la Covid-19. Finis les rassemblements bon enfant entre supporteurs du même clan pour montrer sa force. La seule façon de savoir que le pays est en effervescence pour des élections présidentielles et législatives, c'est la multitude de panneaux aux couleurs des partis politiques qui ont été installés sur les poteaux électriques et dans les carrefours (Photo rv/www.ipreunion.com)

Le département de la santé a interdit tous rassemblements politiques, car le pays a enregistré 148 cas importés et 1 cas est toujours actif. Cette année, les Seychellois éliront leur nouveau président parmi 3 candidats. Danny Faure, le président sortant du " United Seychelles " fera face au prêtre anglican Wavel Ramkalwan de "Linyon Demokratik Seselwa" qui en est à sa 6e participation et Alain Saint-Ange ancien ministre du tourisme, qui vient de créer son parti politique "One Seychelles".

Faute de rassemblement politique, c’est une procession de voitures et de pick-up que l’opposition a voulus montrer sa force, créant des gigantesques embouteillages dans l’île. Aux Seychelles, on avait l’habitude d’afficher sa couleur politique, rouge pour le Parti United Seychelles, et vert ou bleu pour
l’opposition.

Mais cette année, à cause de la Covid , c’est à la maison, ou au bureau devant son ordinateur que se sont déroulés les débats. C’est sur les réseaux sociaux que se sont affrontés les partisans des deux principaux partis politiques. Ce sont davantage les supporteurs de l’opposition qui se sont exprimés, sur Facebook comparaient à ce du parti au pouvoir qui sont plus âgés, et préfèrent les méthodes plus traditionnelles.

Quant à leurs dirigeants, ils ne se sont exprimés que lors des programmes retransmis par la télévision nationale. Pour la première fois, la télévision nationale a organisé un débat présidentiel, réunissant les 3 candidats à l’élection présidentielle, avec les consignes de distanciation sociale. Un débat, qui a été courtois, avec quelques attaques de la part de l’opposition qui a critiqué les résultats des examens de l’Éducation nationale et le manque de moyens pour lutter contre le trafic d’héroïne dont les Seychelles sont considérées comme étant l’un des premières en matière de consommation par tête d’habitants.

La corruption a été un des sujets qui a été très abordée dans le débat, mais malgré la création d’une commission anticorruption, les tribunaux
n’ont pas été saisis d’une seule affaire. Les Seychelles sont classées numéro 1 sur l’index de la perception de la corruption en Afrique et 27e au niveau mondial.

L’application What Sap a aussi été beaucoup utilisée par le parti United Seychelles, pour échanger des spots montrant les incohérences de l’opposition sur plusieurs sujets comme la drogue et l’économie. Les électeurs seychellois voteront pendant 3 jours du 22 au 24 octobre. Les deux premiers jours sont consacrés aux habitats qui se trouvent sur les îles éloignées et le dernier ce sont les habitants de Mahe, Praslin et la Digue où se trouve plus de 90 % de la population qui voteront.

Cette année les Seychellois éliront également simultanément leurs députés et leur nouveau président. Le président Danny Faure a pris cette décision, pour éviter que les Seychellois ne se rendent aux urnes l’année prochaine, et réduire le coût des dépenses. Il a dissous l’Assemblée nationale au mois de juillet une décision risquée vu que l’opposition contrôlait le Parlement seychellois.

Rassin Vanier aux Seychelles pour www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !