Menace grave sur le principal pilier de l'économie de l'archipel :

Seychelles : avec 65% de visiteurs en moins, le tourisme tourne au ralenti


Publié / Actualisé
Même si les Seychelles restent officiellement l'un des Etats de la zone Afrique les moins frappés par la Covid-19 (148 cas et 0 décès), la pandémie a des répercussions graves sur son économie. Depuis le début de l'année, l'archipel a accueilli environ 94.000 visiteurs soit 65% de moins que la même période de l'année dernière. Le tourisme, principal pilier de l'économie seychelloise, tourne au ralenti (Photo rv/www.ipreunion.com)
Même si les Seychelles restent officiellement l'un des Etats de la zone Afrique les moins frappés par la Covid-19 (148 cas et 0 décès), la pandémie a des répercussions graves sur son économie. Depuis le début de l'année, l'archipel a accueilli environ 94.000 visiteurs soit 65% de moins que la même période de l'année dernière. Le tourisme, principal pilier de l'économie seychelloise, tourne au ralenti (Photo rv/www.ipreunion.com)

Officiellement, le tourisme représente 25% du PIB, mais indirectement cela représente 70%, car ce sont les visiteurs qui consomment le poisson, les fruits, et légumes. Quand on se promène dans les rues de Victoria, la situation semble en apparence normale, mais pour combien de temps encore... Le pays qui a rouvert ses frontières en août, après 5 mois d’isolement pour se protéger de la Covid, voit ses réserves en devises étrangères fondre.

Avant la crise, environ 3 millions de dollars entraient tous les jours dans l’économie. Les Seychelles, qui ne produisent presque rien, importent tout ce qui est consommé. Le pays, qui était jusqu'à ce mardi en période électorale, ne peut pas se permettre de mettre en place des mesures draconiennes. Au contraire, le président Danny Faure l’a dit et redit qu’il allait soutenir l’ensemble des travailleurs, quelque soit le prix à payer.

- "Il n’y a personne, on tourne à perte" -

Sybil Cardon qui a un petit hôtel à Praslin, la deuxième île la plus peuple de l’archipel, est pessimiste. "On a beau ouvrir pour montrer que l’on fonctionne, il n’y a personne, on tourne à perte" dit-elle. Elle, comme de nombreux établissements touristiques, reçoivent des du gouvernement pour payer les travailleurs seychellois, afin d'éviter de mettre la clé sous la porte. Elle a dû réduire à contrecœur de 10% le nombre de ses travailleurs.

Avant la crise sanitaire, l’île de Praslin, qui est connue pour sa magnifique plage d’Anse Lazio, grouillait de touristes, mais aujourd’hui l’île est complètement déserte, comme si tout c’était arrêté. Les compagnies aériennes ont recommencé à venir aux Seychelles, mais le nombre de passagers est assez bas, et cela fait craindre le pire à Sybil Cardo. "Quelquefois il n’y a que 50 personnes dans un grand avion, moi, je crains que si cela ne s’améliore pas, qu’ils vont arrêter" souligne-elle.

Du côté de l’office du tourisme, on veut y croire, car la saison estivale de décembre à février va bientôt arriver. "Les compagnies aériennes jouent, un rôle-clé dans la relance de notre industrie du tourisme" déclare la directrice générale de l’office du tourisme Sherin Francis. "Dans la région, nous avons Air Austral pour novembre et nous espérons qu'Air Seychelles commencera également certains de ses vols d'ici là, tout devrait bien se passer. La plupart des autres compagnies aériennes se positionnent pour décembre et cela inclut Air France, Condor, Turkish Airlines et provisoirement le Qatar" ajoute-t-elle.

- Plages désertes -

Le bilan de la Covid-19, aux Seychelles, est de 148 cas et de 0 décès, ce qui en fait officiellement l'un des pays les moins touchés par la pandémie dans la zone Afrique. C’est sur cette image que mise le pays actuellement pour relancer son industrie du tourisme. Mais les autorités sanitaires se montrent encore très strictes pour la venue des touristes.

Les touristes doivent effectuer un test PCR 48 heures avant de venir, surtout depuis la France, qui est considérée comme pays à haut risque d’infection. Les visiteurs doivent ensuite rester dans leur hôtel pendant quatre jours avant de pouvoir profiter des plages de sable blanc... qui sont entièrement désertes.

Rassin Vanier aux Seychelles pour www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Patou, Posté
Bien triste tout ça mais des qu on pourra venir ont reviendra avec plaisir