L'enquête va se poursuivre :

Un escape game à Toulouse proposait de "tuer" Macron, la gérante termine en garde à vue


Publié / Actualisé
"Tuer" Emmanuel Macron lors d'une partie d'escape game ? La gérante de la société proposant ce "jeu" à Toulouse a été entendue mardi 27 octobre 2020 pendant plusieurs heures en garde à vue et l'enquête se poursuit, a indiqué le parquet. (Photo AFP)
"Tuer" Emmanuel Macron lors d'une partie d'escape game ? La gérante de la société proposant ce "jeu" à Toulouse a été entendue mardi 27 octobre 2020 pendant plusieurs heures en garde à vue et l'enquête se poursuit, a indiqué le parquet. (Photo AFP)

"La mise en cause a convenu de la matérialité de ces faits, prétendant cependant ne jamais avoir voulu provoquer directement ou indirectement à la commission d’une quelconque atteinte à l’intégrité physique du président de la République", a précisé le parquet.

- "Dépassée par l’emballement médiatique" -

Selon La Dépêche du Midi qui avait révélé l’existence de ce scénario atypique dans cette salle de jeu, le chef de l’État y est représenté par un mannequin, le visage tuméfié et ligoté sur une chaise roulante.  L’escape game est un jeu où les participants, enfermés dans une pièce, doivent résoudre des énigmes.

La gérante de l’établissement "s’est dite dépassée par les réactions des clients et par l’emballement médiatique dont elle a ensuite fait l’objet, admettant que ses propos publics ont selon elle parfois dépassé sa pensée", a souligné le parquet.

Ayant elle-même fait l’objet de menaces, l’intéressée n’a pas souhaité déposer plainte, a-t-il ajouté. La garde à vue a été levée dans la journée et l’enquête va se poursuivre par l’audition de clients notamment

www.ipreunion.com avec l'AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !