[LIVE - PHOTOS/VIDEO] Joe Biden crédité de 238 grands électeurs contre 213 pour Trump :

Trump revendique la victoire et compte saisir la Cour Suprême pour "fraude"


Publié / Actualisé
Le dépouillement du vote pour élire le 46ème président des Etats-Unis se poursuit ce mercredi matin 4 novembre 2020. Pour le moment le Républicain Donald Trump et le Démocrate Joe Biden sont au coude à coude. Rarement les Américains auront fait face à un choix aussi déterminant: plus divisés que jamais, ils ont voté pour des candidats qui leur promettent deux visions aux antipodes. Le résultat définitif devrait être connu au plus tôt à la mi-journée, voire jeudi matin (heure de La Réunion)
Le dépouillement du vote pour élire le 46ème président des Etats-Unis se poursuit ce mercredi matin 4 novembre 2020. Pour le moment le Républicain Donald Trump et le Démocrate Joe Biden sont au coude à coude. Rarement les Américains auront fait face à un choix aussi déterminant: plus divisés que jamais, ils ont voté pour des candidats qui leur promettent deux visions aux antipodes. Le résultat définitif devrait être connu au plus tôt à la mi-journée, voire jeudi matin (heure de La Réunion)
  • IPR

    C'est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi !

    On se retrouve demain matin

  • IPR

    Twitter épingle une nouvelle fois un tweet de Trump, il est "susceptible d'être trompeur"

  • IPR

    Donald Trump dénonce "l'apparition et le comptage de bulletins surprise" sur Twitter

  • IPR

    Les dépouillements ne sont pas encore terminés, mais Joe Biden vient de dépasser Donald Trump dans le Michigan

    90% des bulletins ont été dépouillés

  • IPR

    Signalement de Donald Trump sur les réseaux sociaux

    Sans surprise, Facebook et Twitter ont signalé mardi soir un message de Donald Trump comme potentiellement trompeur dans le cadre d'une élection très serrée, que le président américain prétendait avoir gagnée avant la fin du décompte, un scénario maintes fois envisagé par les réseaux et néanmoins inquiétant.

    Twitter a masqué le tweet du candidat républicain avec cet avertissement : "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection".

    "On est devant et de loin, mais ils essaient de voler l'élection. Jamais nous ne les laisserons faire. Les bulletins ne peuvent pas être déposés après la fermeture du scrutin", avait écrit M. Trump.

    Sur Facebook, le message était encore lisible mais le géant des réseaux sociaux lui a adossé un lien vers son centre d'information sur les élections, qui montre les résultats officiels, soit un coude-à-coude avec le démocrate Joe Biden dans la course aux grands électeurs.

    "Dès que le président Donald Trump a commencé à proclamer la victoire de façon prématurée, nous avons affiché des notifications sur Facebook et Instagram indiquant que le décompte des votes était en cours et qu'il n'y avait pas encore de gagnant" a souligné la communication du groupe californien dans la foulée.

    Ces mesures faisaient partie des garde-fous que Facebook et Twitter avaient annoncé prévoir exactement pour cette situation.

    Lire l'article ici

  • IPR

    Le vote populaire serait acquis à Joe Biden

  • IPR

    L'équipe de campagne de Joe Biden a jugé "scandaleux" et "sans précédent" les propos de Donald Trump

    Il a appelé à arrêter le décompte des bulletins et s'est déclaré gagnant de l'élection

  • IPR

    Par le passé, Donald Trump a affirmé que les élections dans lesquelles il était engagé étaient "truquées"

    Retour sur ses déclarations les plus marquantes :

    - 2012: l'élection d'Obama, une "imposture" -

    Pendant la campagne de 2012, le milliardaire new-yorkais, qui a envisagé plusieurs fois de se présenter à la présidentielle et semé le doute sur la nationalité de Barack Obama, répand la rumeur que les machines à voter supprimeraient les votes en faveur du candidat républicain Mitt Romney.

    Lorsque Barack Obama est réélu, avec 51,06% des voix contre 47,2% pour Mitt Romney, Donald Trump lance des tweets rageurs: "Cette élection est une imposture et une mascarade. Nous ne sommes pas une démocratie!"

    - Primaires 2016: règles "truquées" -

    Durant les primaires républicaines de 2016, le candidat Trump accuse son adversaire Ted Cruz d'avoir triché après la victoire de ce dernier dans l'Iowa. Il réclame un nouveau scrutin ou l'annulation pure et simple des votes pour le sénateur. Il accuse le parti républicain de bloquer sa nomination et dénonce des règles "truquées" d'attributions des délégués.

    Début avril, Ted Cruz rafle le Wisconsin, avec 49% des voix contre 14% pour Donald Trump. L'équipe Trump qualifie alors son rival de "cheval de Troie pour les chefs du parti, qui essaient de voler l'investiture à M. Trump".

    Lire l'article complet ici

  • IPR

    Biden remporte le Maine et 3 de ses 4 grands électeurs, il est maintenant crédité de 238 grands électeurs

    Le quatrième grand électeur sera attribué "à la proportionnelle"

  • IPR

    Joe Biden remporte l'Arizona et monte à 235 grands électeurs, contre 213 pour Trump

  • IPR

    Le Président sortant dénonce des fraudes et veut saisir la Cour Suprême

    Une attitude que dénoncent plusieurs observateurs

     

  • IPR

    Donald Trump s'exprime depuis la Maison Blanche. "Ils ne peuvent pas nous rattraper" assure-t-il

    "On a gagné dans des Etats où personne ne nous voyait gagner : on a gagné en Ohio, au Texas, en Géorgie. Ils peuvent pas nous rattraper dans ces Etats" déclare-t-il.

    Il assure que certains Etats, où Joe Biden est pour l'instant en tête, pourraient encore être gagnés par les Républicains. "Nous allons gagner, en ce qui me concerne nous avons déjà gagné" affirme Donald Trump

  • IPR

    Twitter prend ses précautions vis-à-vis de Donald Trump

    "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce Tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection ou à un autre processus civique" prévient le réseau social en haut de chacun des posts du président sortant

  • IPR

    Trump annonce sa propre "grosse VICTOIRE"

    Alors que Joe Biden s'exprimer en direct, Donald Trump a annonce sa propre intervention sur Twitter : "Je vais faire une déclaration ce soir. Une grosse VICTOIRE !"

     

  • IPR

    Donald Trump : "ils essayent de voler l'élection"

    La réaction de Donald Trump à la déclaration de Joe Biden ne s'est pas faite attendre. "Ils (les démocrates - ndlr) essayent de voler l'élection. Nous ne les laisserons jamais le faire. Les votes ne peuvent pas être émis après la clôture du scrutin!" a-t-il posté sur son compte twitter
     

     

     

    Joe Biden avait déclaré quelques minuets auparavent : "nous allons gagner, nous sommes confiants"

     

  • IPR

    Joe Biden : "je vous le dit ce soir, nous pensons avoir gagné"

    Joe Biden se dit optimiste et demande aux électeurs d'être patients. "Les résultats pourraient ne pas être connus avant demain matin" indique-t-il en direct. Regadez

  • IPR

    Joe Biden s'exprime en direct

     

  • IPR

    205 grands électeurs pour Biden, 132 pour Trump

    • Donald Trump remporte l’Etat de l’Ohio et ses 18 grands électeurs. L’Ohio était un des états pivots qui avait fait basculer l’élection présidentielle en 2016.

    • Joe Biden a remporté l’Etat de Virginie et ses 13 grands électeurs

    Joe Biden compte désormais 205 grands électeurs contre 132 à Donal Trump

     

  • IPR

    Patience, patience...

     

  • IPR

    Les démocrates majoritaire à la Chambre des représentants

    Selon les projections des médias américains les démocrates gardent le contrôle de cette instance équivalente à l'Assemblée nationale en France

  • IPR

    Rien n'est joué, le suspens reste entier, indique l'un des envoyés spéciaux de l'AFP

     

  • IPR

    Les résultats partiels à 7h (heure de La Réunion) : 131 grands électeurs pour Biden, 98 pour Trump

    Joe Biden a déjà 131 grands électeurs.

    Il a remporté l : le Vermont, la Virginie, le Delaware, DC, le Maryland, le Massachusetts, Rhode Island, le New Jersey, le Connecticut, l'Illinois, New York, le Nouveau Mexique, le Colorado.

     Donald Trump a déjà 98 grands électeurs.

    Il a remporté l: l'Indiana, le Kentucky, la Virginie Occidentale, la Caroline du Sud, l'Oklahoma, l'Alabama, le Mississippi, le Tennessee, l'Arkansas, la Louisiane, le Dakota du Nord et le Dakota du Sud, le Wyoming, le Nebraska, le Kansas.

    Pour gagner l'élection il faut obtenir 270 grands électeurs

     

  • IPR

    Selon les médias américains à 6h (heure de La Réunion) Joe Biden mène le scrutin par 73 grands électeurs contre 48 pour Donald Trump.

    Le dépouillement se poursuit

  • IPR

    Elections américaines : demandez le programme

    Pour l'emporter, un candidat n'a pas besoin d'être majoritaire en voix au niveau national : il doit gagner la majorité d'au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des Etats.

     

  • IPR

    Les premiers résultats

    Selon plusieurs médias américains, Donald Trump aurait remporté l'Indiana, le Kentucky, l'Arkansas, l'Alabama, le Mississippi, l'Oklahoma et le Tennessee.

    Selon les mêmes sources Joe Biden remporterait la Viriginie, le ermont, le Delaware, le Massachussetts, le Maryland, Washington DC, Rhode Island et l'Illinois

  • IPR

    Vote anticipé et accusation

    Près de 100 millions d'Américains ont déjà voté par anticipation, en personne ou par correspondance, pour éviter les bureaux de vote bondés en pleine pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 230 000 morts aux Etats-Unis et s'est encore aggravée ces derniers jours.

    Depuis des semaines, Donald Trump critique cette option, l'accusant sans preuve de favoriser la fraude électorale.

  • IPR

    Le résultats devrait satisfaire, dépiter les Réunionnais

    Ce mardi après-midi, interrogé par Imaz Press nombreux Réunionnais disent ne pas avoir de mots assez durs pour caractériser Donald Trump, pour eux synonyme de "racisme", "misogynie", "antihumanisme" voire de "chaos". Par opposition, ceux que nous avons interrogés favorisent son rival Joe Biden, tout en admettant ne quasiment rien connaître de lui.

    Retrouver le reportage ici

  • IPR

    Le nom du 46ème président des Etats-Unis n'est pas encore connu

    Le dépouillement et le comptage des bulletins de vote se poursuit. Les résutlats sont connus pour certains Etats et donne les deux candidats au coude à coude

     

  • IPR

    Bonjour, boniour La Réunion

    Ce matin l'actualité prend les couleurs des Etats- Unis. Les Américain(e)s sont en train d'élire leur 46ème  président.

    Restez avec nous, nous sommes en direct

A propos

Le nom du a été élu 46ème président des Etats-Unis n'est pas encore connu ce mercredi matin

Favori des sondages depuis des mois, Joe Biden, 77 ans, ancien vice-président de Barack Obama, a décroché les clés de la Maison Blanche à sa troisième tentative. "J'ai le sentiment que nous allons vers une large victoire", a affirmé Joe Biden

De son côté armé de son indéniable énergie sur les estrades, le président républicain sortant, 74 ans, qui a mené une campagne d'une agressivité inouïe, avait promis de de créer de nouveau la surprise, comme en 2016. "Demain, nous allons une nouvelle fois écrire une page d'histoire", a-t-il lancé lors de son ultime meeting à Grand Rapids, dans le Michigan, évoquant une "magnifique victoire" à venir.

On saura à la mi-journée qui l'a emporté

Fait majeur de cette élection : la campagne a été dominée par la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 230.000 morts aux Etats-Unis et s'est encore aggravée ces derniers jours.

L'élection est désormais passée, mais l'Amérique donne au monde l'image d'un pays scindé en deux blocs qui ne se parlent plus. Certaines villes se préparent même à d'éventuels débordements violents.

Il faut dire que pendant des mois, Donald Trump a agité, scénarios apocalyptiques à l'appui, le spectre d'une "gauche radicale" prête à transformer la première puissance mondiale en un "Venezuela à grande échelle".

Les démocrates, Joe Biden et Barack Obama en tête, ont quant à eux multiplié  les mises en garde contre les conséquences potentiellement dévastatrices sur les institutions démocratiques d'un second mandat Trump.

- Magnat de l'immobilier vs homme issu des classes moyennes -

Le scrutin a  opposé deux hommes radicalement différents. D'un côté, un héritier de New York, magnat de l'immobilier passé par la téléréalité avant de faire irruption en politique avec un message populiste, "l'Amérique d'abord", et qui continue de se présenter en "outsider" malgré ses quatre années passées à la Maison Blanche.

De l'autre, un vieux routier de la politique issu des classes moyennes -- au compteur, 36 années comme sénateur puis huit de plus comme vice-président -- qui promet de panser les plaies d'un pays meurtri en remportant "la bataille pour l'âme de la nation".

Après deux échecs en 1988 et 2008, Joe Biden, pur produit de l'aile modérée du parti démocrate, s'est imposé aux primaires de son camp avec un message simple : battre Donald Trump, décrit comme "le pire président" de l'histoire récente des Etats-Unis. Peu à peu, il a aussi fait de l'élection un référendum sur la gestion de la pandémie par le républicain.

Ce dernier n'a lui cessé d'être rattrapé par cette crise sanitaire qu'il s'est toujours efforcé de minimiser. Jusqu'à être lui-même contaminé et hospitalisé, début octobre. "Je suis guéri" et "immunisé", avait-il martèlé depuis avec une indéniable énergie en appelant les Américains à ne pas laisser le Covid-19 "dominer" leurs vies.

- Participation élevée -

La participation a été élevée, avec plus de 97 millions d'électeurs qui ont déjà voté par anticipation avant mardi -- par courrier ou en personne --, soit plus de 70% du nombre d'électeurs total de 2016. Les démocrates avaient appelé à voter en amont en raison du virus.

L'accumulation record de votes par courrier a fait craindre le risque d'une complication du dépouillement, voire le retard de l'annonce d'un vainqueur. "Dès que l'élection sera terminée, nos avocats seront prêts", avait prévenu Donald Trump, qui, fait inédit pour un président sortant, a obstinément refusé de s'engager à accepter l'issue du vote.

Pour l'emporter, un candidat n'a pas besoin d'être majoritaire en voix au niveau national. Il doit gagner la majorité d'au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des Etats.

www.ipreunion.c om avec l'AFP

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !