9 à 12 tempêtes attendues pour cette saison cyclonique :

"Il faudrait des systèmes au large de La Réunion qui nous amènent de la pluie"


Publié / Actualisé
La saison cyclonique 2020-2021 a officiellement démarré et la formation du cyclone Alicia ce week-end nous l'a prouvé. Le système a depuis été rétrogradé en tempête modérée. Il s'agit de la première perturbation à avoir été baptisée pour cette nouvelle saison. Le bassin des Mascareignes accueille un autre système qui, lui, ne donnera pas lieu à une tempête. L'occasion de faire un point sur ce qui nous attend pour cette saison, alors que Météo France prévoit 9 à 12 tempêtes. Les systèmes restent bénéfiques quand ils ne s'approchent pas trop près des côtes, car ils amènent de la pluie, trop rare en ce moment notamment dans les micro-régions nord et est. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La saison cyclonique 2020-2021 a officiellement démarré et la formation du cyclone Alicia ce week-end nous l'a prouvé. Le système a depuis été rétrogradé en tempête modérée. Il s'agit de la première perturbation à avoir été baptisée pour cette nouvelle saison. Le bassin des Mascareignes accueille un autre système qui, lui, ne donnera pas lieu à une tempête. L'occasion de faire un point sur ce qui nous attend pour cette saison, alors que Météo France prévoit 9 à 12 tempêtes. Les systèmes restent bénéfiques quand ils ne s'approchent pas trop près des côtes, car ils amènent de la pluie, trop rare en ce moment notamment dans les micro-régions nord et est. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Alicia est notre premier cyclone de la saison, bien qu'il soit inoffensif pour La Réunion. D'abord rétrogradé en forte tempête ce lundi, Alicia est repassée en "tempête modérée" tôt ce mardi 17 novembre. "Cette formation de cyclone tropical ne va pas durer longtemps, mais on la suit depuis plusieurs jours déjà" indique Jacques Ecormier, chef prévisionniste de Météo France. Un système "assez classique, sans particularité". Alicia continue d'avancer vers le sud/sud-ouest, mais Jacques Ecormier rassure : "le cyclone ne représente aucune menace pour le département".

Éloigné des terres habitées, il se trouvait ce lundi 16 novembre en fin de journée à 1.750 km des côtes réunionnaises."Pour un début de saison comme ça, c'est bien que ça se passe assez loin, et puis à La Réunion on n'a pas besoin de ça en ce moment" note-t-il.

A ça s'ajoute "une dépression tropicale observée depuis deux jours". Mais celle-ci ne va pas évoluer en tempête modérée. Pas de quoi être baptisée, donc, pour cette perturbation qui ne donnera pas lieu à un cyclone.

Deux systèmes donc actuellement, qui ne font que confirmer le début de la saison cyclonique. L'année dernière, elle avait démarré assez tardivement, autour du mois de décembre. "Là on est dans la bonne norme" estime le chef prévisionniste de Météo France.

Plus étonnantes cependant : les températures observées en ce début de saison cyclonique. Elles sont particulièrement basses. "Nous avons un front froid qui est passé ce samedi, et la nuit de dimanche, il a fait 1,3 degré à la Plaine des Cafres. C'est 8 à 9 degrés en-dessous des normales de saison." La faute à cette "intersaison" où la météo alterne entre chaud et froid. Sur le littoral on observe aussi 1 à 3 degrés de moins que les moyennes saisonnières.

- 9 à 12 tempêtes attendues pour cette saison -

Ce lundi 16 novembre, Météo France a publié ses prévisions saisonnières cycloniques pour la saison : 9 à 12 tempêtes sont attendues sur l'ensemble du sud-ouest de l'océan Indien, un peu plus de la moitié d’entre eux (entre 5 et 7) atteignant le stade de cyclone tropical. L'activité devrait être proche "voire supérieure à la normale à l’échelle du bassin cyclonique".

Côté trajectoires, ces syrtèmes seraient "majoritairement orientées vers l’ouest ou le sud-ouest, pouvant amener les phénomènes cycloniques à menacer les terres habitées de la partie ouest du bassin". Les zones les plus menacées sont donc la côte est de Madagascar et la côte du Mozambique.

- Vers des cyclones plus intenses -

L'an dernier, la préfecture et Météo France avaient présenté un nouveau plan d'alerte modifié, qui inclut notamment la création d'une alerte violette : "danger exceptionnel", qui oblige au confinement de toute la population. Les prévisions météo étaient claires : il faudra s'attendre, au fur et à mesure des années, à des cyclones de plus en plus violents si les modifications climatiques observées aujourd'hui continuent d'évoluer de la même façon.

Lire aussi : Jacques Ecormier : "avec le changement climatique, on va avoir des cyclones plus intenses"

Ce que confirme à nouveau Jacques Ecormier. "Ce qu'on constate, c'est qu'il n'y aura pas d'augmentation globale du nombre de cyclones, au niveau de la Terre. Par contre ils deviendront plus intenses. Mais il faut savoir que dans l'hémisphère sud, nous en avons moins. Quoi qu'il en soit, il est encore tôt pour parler de cette saison-là, qui s'annonce pour l'instant proche de la normale voire légèrement au-dessus. Ce qui est le plus important, c'est : est-ce que ça va toucher La Réunion ou pas." Et difficile pour Météo France d'avoir des prévisions assez fines pour prédire un passage sur l'île.

Début janvier, lors de la saison dernière, nous avions connu Diane, qui avait arrosé le sud. La tempête s'était approchée à 180 km des côtes réunionnaises. Rien à voir cependant avec les trois systèmes observés en 2017-2018, qui avaient dévasté les champs de canne. Fakir, lui, était arrivé juste après, en avril 2018. La forte tempête s'était abattue à toute vitesse sur La Réunion.

Lire aussi : Fakir, rapide mais intense

"C'est pour cela qu'on l'on a un dispositif de prévention important : il faut se préparer, élaguer les arbres par exemple. Et puis, bien sûr, suivre les recommandations du préfet" indique Jacques Ecormier.

- Le besoin d'eau -

En cas d'"alerte violette" et si chacun est confiné chez soi, la situation serait tristement ironique au regard de la crise sanitaire en cours, alors que l'année 2020 a déjà connu deux confinements liés à la Covid-19, dont un vécu à La Réunion durant trois mois.

Si un cyclone n'est évidemment pas souhaitable à La Réunion pour les dégâts qu'il pourrait entraîner, un système à proximité de l'île peut amener un peu d'eau… ce qui serait salvateur pour certaines régions marquées par la sécheresse. "L'idéal ce serait qu'on ait des systèmes qui passent au large de La Réunion à plus de 100 km et qui nous amènent de la pluie. On a besoin d'eau, il faudrait qu'il pleuve maintenant, parce que là c'est très très sec" note Jacques Ecormier.

Selon lui, il faudrait retrouver un phénomène semblable à Diane en janvier 2020, "qu'on en ait plusieurs comme ça, pour arroser les régions nord et est… mais on ne commande pas la nature !"

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !