Atteinte aux libertés :

A La Réunion la FSU appelle au rassemblement pour dire non à loi sécurité globale


Publié / Actualisé
La FSU appelle au rassemblement devant la préfecture à Saint-Denis et les sous-préfectures de Saint-Benoit, Saint-Pierre et Saint-Paul à 18h ce mardi 24 novembre 2020. Il s'agit de protester contre la proposition de loi dite de Sécurité globale dont le vote aura lieu au même moment à l'Assemblée Nationale. L'article 24, le plus controversé de cette proposition de loi, a déjà été adopté par les députés ce vendredi. Il pénalise la diffusion estimée "malveillante" de l'image des forces de l'ordre (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
La FSU appelle au rassemblement devant la préfecture à Saint-Denis et les sous-préfectures de Saint-Benoit, Saint-Pierre et Saint-Paul à 18h ce mardi 24 novembre 2020. Il s'agit de protester contre la proposition de loi dite de Sécurité globale dont le vote aura lieu au même moment à l'Assemblée Nationale. L'article 24, le plus controversé de cette proposition de loi, a déjà été adopté par les députés ce vendredi. Il pénalise la diffusion estimée "malveillante" de l'image des forces de l'ordre (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Dans le sillage des rassemblements massifs à Paris la semaine dernière, nous comptons, nous aussi, montrer notre opposition à cette proposition de loi qui vise à restreindre nos libertés et nos moyens d'expressions" ajoute la FSU.

Lire aussi : Halte au "floutage de gueule": mobilisations contre la loi "sécurité globale"

A noter que l'Assemblée nationale a voté vendredi soir la mesure la plus controversée de la proposition de loi "sécurité globale" pénalisant la diffusion malveillante de l'image des forces de l'ordre, avec des garanties du gouvernement sur le "droit d'informer". "L'équilibre est réaffirmé entre la liberté d'informer et la protection des forces de l'ordre", a estimé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, lors d'un débat houleux.

 Face à la fronde des défenseurs des libertés publiques et des sociétés de journalistes, le gouvernement a précisé l'article litigieux qui pénalise d'un an de prison et 45.000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" des forces de l'ordre en intervention quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique". L'amendement gouvernemental réécrivant cet article 24, adopté par 146 voix contre 24, spécifie que la mesure ne peut porter "préjudice au droit d'informer", et que l'intention malveillante contre les forces de l'ordre doit être "manifeste".

Mais il n'a pas suffi à désamorcer les protestations dans l'hémicycle, de l'opposition de gauche à certains élus du MoDem, pourtant membres de la majorité.

Les députés réunionnais, sont très partagés sur la question. Certains comme Jean-Luc Poudroux ou David Lorion voient d’un "bon œil" cette loi qui selon eux, "protègent les forces de l’ordre" ; d’autres comme Jean-Luc Ratenon et Philippe Naillet se questionnent plutôt sur la question de la protection des libertés.

Lire aussi : Députés et policiers sont plutôt pour la "loi sécurité globale"

Pour les pro-loi "sécurité globale", toute la subtilité de ce débat réside en effet dans la différence entre l’interdiction totale de filmer, dont il n’est pas question selon eux et l’interdiction de montrer les visages des forces de l’ordre sur les réseaux sociaux. Tous sont unanimes : "cette loi va dans le bon sens, nous n’empêchons pas les journalistes de faire leur travail".

Lire aussi : Projet de loi sécurité globale : "les libertés fondamentales sont globalement menacées"

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Bruno, Posté
Police partout justice nulle part
Lol, Posté
Ils craignent déjà pour leur prochaine manifestation ???? ONt ils de mauvaises intentions ???? Arrêtons de jeter la pierre sur la police, on est en train de rentrer dans le jeu de l'extreme gauche mélenchoniste qui mène une véritable quête de vengence contre ses femmes et hommes dépuis qu'il a été perquisinionné , les accusant de violences gratuites etc ... C'est sÃ"r quoi que de plus facile de prendre une image d'un policier en intervention dans un monde de fou et de ne montrer que l'infime partie où il fait usage (comme il peut souvent) de la force face à une personne récalcitrante. C'est sur on ne montre jamais Ã' grand jamais les 2 heures ayant précédés l'interpellation ! Si une seule fois pour cette soit disante infirmière,, alors que c'est elle qui les agressait à coup de jet de pierre pendant au moins 1 heure. Réfléchissez oté, zot in hurle après les délinquants, caniards, voleur, terroriste et zot i jette galets sur les flics !!!! faudrait savoir. Black live matter c'est aux States, pas en France
Jojo, Posté
De tout coeur avec vous, mais tant qu'on sera gouverné par des crapules qui nous imposent des lois dans leur propre intérêt, à grand renfort de coups de lbd pour les rares téméraires récalcitrants déclarés, aucune utilité à manifester à part risquer des ennuis.Et puis toutes les manifs ne servent plus à rien avec les gouvernements qui ont leur propre conception de la démocratie différente de celle du dictionnaire.Il faut d'abord un bon coup de balai politique, en supposant que le bon peuple de france, rarement bien avisé dans ses votes, ne nous propulse un remède d'extreme droite pire que le mal actuel...