Les jeux sont loin d'être faits :

Départementales et régionales 2021 : un report probable qui rebat les cartes


Publié / Actualisé
Alors que l'éventualité d'un report des élections départementales et régionales de mars 2021 à juin 2021 semble de plus en plus se confirmer depuis la présentation du rapport Debré, cette perspective pourrait rebattre certaines cartes, faisant l'affaire des uns et posant de véritables problématiques pour des autres. Tour d'horizon des différentes conséquences de ce possible report (Photo rb/www.ipreunion.com)
Alors que l'éventualité d'un report des élections départementales et régionales de mars 2021 à juin 2021 semble de plus en plus se confirmer depuis la présentation du rapport Debré, cette perspective pourrait rebattre certaines cartes, faisant l'affaire des uns et posant de véritables problématiques pour des autres. Tour d'horizon des différentes conséquences de ce possible report (Photo rb/www.ipreunion.com)

Vers un report des élections

C’est en tout cas le sens d’un rapport élaboré par Jean-Louis Debré et remis le 13 novembre dernier au Premier ministre Jean Castex. Dans ce rapport, le membre du Conseil constitutionnel estime qu’un report du scrutin à juin 2021 serait "l’option la plus raisonnable"  au regard du contexte sanitaire et politique. Il invite le chef du gouvernement à prendre une décision "dans les plus brefs délais", ce qui devrait être fait début décembre, après que Jean Castex ait consulté les différents leaders de la classe politique française.

Lire aussi : Jean-Louis Debré recommande de reporter à fin juin 2021 les régionales et départementales

A La Réunion, un consensus global s’exprime en faveur du report des départementales et des régionales initialement prévues en mars 2021. Beaucoup d’élus estiment, à l’instar de Serge Hoareau, maire de Petite-Ile et président de l’AMDR (association des maires de La Réunion), que les conditions ne seront pas réunies en mars afin qu’une véritable campagne puisse être menée.

Ce report va invariablement rebattre des cartes et pousser certains à revoir leur stratégie.

Régionales : Didier Robert, une campagne qui s’annonce tourmentée

Difficile de dire si ce report probable des élections fait les affaires de Didier Robert. Si le président de Région sortant pourra conserver son fauteuil quelques mois de plus, sa campagne s’annonce tourmentée.

D’une part, du fait du calendrier judiciaire. Initialement prévue le 19 novembre dernier, le procès de Didier Robert devant le tribunal correctionnel pour des faits supposés de prise illégale d'intérêts, abus de biens sociaux et de concussion à l’encontre de la SPL Réunion des Musées Régionaux a finalement été reporté au 9 avril 2021, pile au moment où les élections régionales et départementales seront au cœur de l’actualité.

Faire campagne en pleine affaire judiciaire, il y a forcément mieux comme contexte. Tout dépendra bien évidemment de la décision de justice. En cas de relaxe, Didier Robert pourrait s’en targuer et donner une nouvelle dynamique à sa campagne. En cas de condamnation, cela sera un boulet très certainement lourd à porter, même s’il fait peu de doute que le président de Région interjettera appel.

Autre dossier qui pourrait être un caillou dans la chaussure du président de Région, celui de la Nouvelle Route du Littoral. Le chantier semble peiner à avancer et aucune nouvelle, pour l’heure, de la résiliation du marché MT5.2 et, de fait, du lancement du nouveau marché . Les retards pris sur ce chantier pourraient ainsi desservir Didier Robert au moment de défendre son bilan.

Lire aussi : NRL : les travaux reprendront... sur 216 mètres payés 42 millions d'euros

Régionales : la droite avec ou sans Didier Robert ?

Cette campagne qui s’annonce mouvementée pour le président sortant va-t-elle inciter la droite à soutenir un autre candidat ? Tout est possible. Il semblerait qu’à l’heure actuel, il n’y ait pas encore de consensus quant à un soutien uni à la candidature de Didier Robert.

Ce qui semble d’ores et déjà certain, c’est que Nassimah Dindar ne soutiendra pas le président sortant. La sénatrice qui a dû ferrailler contre Didier Robert aux municipales à Saint-Denis ne digère pas sa tentative de l’éliminer de la scène politique locale.

Interrogé par Imaz Press ce vendredi, Serge Hoareau, maire de Petite Ile et président de l’AMDR a également annoncé qu’il sera "compliqué voire impossible" de soutenir le patron d’Objectif Réunion lors des régionales de 2021. "Didier Robert n’a pas tenu ses engagements pour Petite-Ile. Je suis déçu", a-t-il déclaré.

Lire aussi : Départementales : "je serai candidat sur mon propre canton" déclare Serge Hoareau

Cette division pourrait donc tenter la droite de chercher son propre champion pour conduire une liste d’union. Le nom de Michel Fontaine, patron des Républicains 974 et maire de Saint-Pierre circule activement mais rien ne semble décidé pour l’heure.

Régionales : la gauche pourra-t-elle se réconcilier ?

Avec la candidature de Vanessa Miranville, la prise de distance d’Olivier Hoarau qui s’est lui aussi déclaré candidat http://www.ipreunion.com/actualites-reunion/reportage/2020/10/27/olivier-hoarau-olivier-hoarau,126381.html et la poursuite des discussions au sein du rassemblement, la gauche est bien mal embarquée à quelques mois des régionales avec toutes ces divisions.

Le report des élections pourrait ainsi permettre aux forces de gauche de renouer le dialogue et peut-être de trouver le chemin de l’union indispensable si elle veut avoir une chance de remporter le scrutin. S’il semble peu probable que Vanessa Miranville lâche du lest, le maire du Port pourrait encore faire marche arrière.

D’une part, avec sa stratégie de se lancer coûte que coûte dans la campagne des régionales, avec ou sans le soutien de la gauche, était un pari risqué, mais tenable sur une campagne éclair de quatre ou cinq mois, ce qui était le cas si les élections étaient maintenues en mars 2021. Avec le report, Olivier Hoarau prend le risque de l’essoufflement s’il n’arrive pas à engager une dynamique de rassemblement.  

S’ajoutent à cela des soupçons de corruption pesant sur l'un de ses anciens adjoints autour du marché d’extension du Cap Sacré Cœur. Evidemment la présomption d’innocence prévaut, mais cela pourrait être une épine dans le pied de l’édile au moment de lancer sa campagne pour les régionales. Et pour cause, ses adversaires devraient sans doute faire leur choux gras de ces faits supposés. Lucide, le maire du Port a d'ailleurs souligné à ce propos le 3 novembre dernier que cette affaire présumée "arrive au moment où je déclare ma candidature aux régionales (...) la chasse est ouverte" : "on essaie de me faire passer pour un voyou".

Lire aussi : Soupçons de corruption : "la chasse est ouverte, certains essaient de me salir" déclare Olivier Hoarau

Départementales : ça risque de se bousculer pour la présidence

Le report probable des élections est certainement une bonne nouvelle pour le président du Conseil départemental, Cyrille Melchior, qui pourra poursuivre son projet tout en préparant le scrutin de juin 2021. Par ailleurs, 1 an se sera écoulé depuis la claque enregistrée par la droite aux municipales de 2020, ce qui pourrait permettre au président sortant de faire oublier cette déconvenue et d’attaquer cette campagne fort de son bilan à la tête du Département.

En cas de réélection, Cyrille Melchior sera très logiquement le candidat naturel de la droite pour la présidence de la collectivité. Mais il semblerait que ce siège attise les convoitises et les ambitions. Plusieurs personnalités sont pressenties pour jouer un rôle de premier plan en vue de cette élection, telles que Nassimah Dindar, qui a déjà annoncé son intention de se présenter sur son canton. Le nom de Serge Hoareau, maire de Petite Ile et président de l’association des maires de La Réunion, circule aussi activement. Interrogé sur ce sujet par Imaz Press Réunion ce vendredi  ce dernier n’a écarté aucune hypothèse. "Il faut d’abord faire campagne et gagner mon canton", a-t-il simplement répondu renvoyant les stratégies à venir à " la cartographie du Conseil départemental à l’issue des élections".

Une personnalité de gauche devrait très certainement tenter de rassembler les voix de gauche au Palais de la Source derrière son nom. Il se dit que Patrick Lebreton, qui a annoncé sa candidature aux départementales, ne serait pas insensible à ce fauteuil.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Mardaye, Posté
Ericka Bareigts présidente la région 2021, Ti Madame té ministre, Ti Madame l'a fait courre ou culotte dans la main robert sur SIN DNI- ca i fé honte woui ça robert , femme la, la remporte zelection haut la main, 2eme tour ou té veut aller SIN POL. Ou là rester parce que nassima l'a pas allié ek ou, et elle avait raison, ou té veut noye à elle et coule à elle. Zordi out canard lé noir, personne i soutien pi ou sauf le maire 800 voix saint philippe et 800 voix Fouassin. Ou sa pi loin avec ça, à part assise out case . CDD prend fin enfin
ZembroKaf, Posté
Patrick Lebreton...il veut être partout maire, président... lol !!!Nassimah veut récupérer sa "maison" lol !!!Didier...lu vé reste président...MDR !!!M. Fontaine lu lé lo roi et faiseur de "valet" lol !!!
Marc, Posté
Le meilleur candidat quoi qu'il en soit c'est Didier ROBERT , les autres ne font pas le poids
Lapin chaude, Posté
Report de procès pour la énième fois, peur d'une inéligibilité comme son 1èr vice président, comme son autre vice président PATEL, comme celui de luc guy fontaine.... bref un lot d'habitués au tribunal judiciaire de saint dénis et de saint pierre.... quoiqu'il en soit la population est déjà mobilisée pour faire TOUT sauf Didier robert. Il a été incapable de sortir un projet phare pour la reunion, une demie route pour 2 milliards laisse a réfléchir. Au moment voulu nous déballeront TOUT.
Électeurs, depuis son mobile, Posté
Pourquoi ne pas faire une seule consultation en regroupant régionales et départementales mieux encore une assemblée unique ?