Aucune habitation n'est dans la zone à risque (actualisé) :

Roche-Plate : le risque d'éboulements menace cinq bâtiments


Publié / Actualisé
Huguette Bello, maire de Saint-Paul accompagnée du sous-préfet de la commune, s'est rendue ce vendredi 27 novembre 2020, dans la matinée à Roche Plate afin de rencontrer les habitants de l'ilet et faire un point sur la situation, suite aux risques d'éboulements qui menacent le village. Cinq bâtiments sont directement menacés par ce danger. L'école, l'antenne de la Protection Maternelle et Infantile (dispensaire), deux gites et la maison forestière de l'Office National des Forêts (ONF) sont ainsi situés dans une zone avec un risque d'impact élevé à très élevé. Aucune habitation n'est pour sa part concernée. (photo d'illustration rb / www.ipreunion.com )
Huguette Bello, maire de Saint-Paul accompagnée du sous-préfet de la commune, s'est rendue ce vendredi 27 novembre 2020, dans la matinée à Roche Plate afin de rencontrer les habitants de l'ilet et faire un point sur la situation, suite aux risques d'éboulements qui menacent le village. Cinq bâtiments sont directement menacés par ce danger. L'école, l'antenne de la Protection Maternelle et Infantile (dispensaire), deux gites et la maison forestière de l'Office National des Forêts (ONF) sont ainsi situés dans une zone avec un risque d'impact élevé à très élevé. Aucune habitation n'est pour sa part concernée. (photo d'illustration rb / www.ipreunion.com )

Ce vendredi matin, les habitants de Roche Plate ont pu discuter avec Huguette Bello et le sous-préfet de la commune. En effet, suite à la fermeture de l’école de l’ilet hier face aux risques d’éboulement de la paroi endommagée par le récent incendie du Maïdo, la maire de Saint-Paul et Olivier Tainturier se sont rendus sur place afin de rencontrer les Mafatais qui s’interrogent sur une possible évacuation.

Lire aussi : Roche Plate : les habitants sous la menace d'une évacuation

Durant deux heures, une vingtaine d’habitants ont pu exprimer leurs inquiétudes et faire part de leurs difficultés. Si les premiers échanges ont été vifs, "la rencontre s’est terminée dans la sérénité" estime Huguette Bello. Bonne nouvelle pour les Mafatais, cette visite officielle a permis aux experts de constater "qu’il y a moins d’habitations menacées que ce que l’on pouvait pensait au départ".

- Une scolarité adaptée -

Plusieurs décisions ont été prises lors de ces échanges. Dans un premier temps, deux employés communaux resteront sur place tout le week-end afin de faire le recensement des habitations à risques et évaluer au mieux la situation sur l’ensemble du village. Ensuite, concernant l’école de l’ilet qui est fermée depuis ce jeudi 27 novembre 2020, il a été décidé que dès lundi, et dans le cadre de la continuité pédagogique, les neuf enfants suivront leurs cours dans l’église du village selon un format aménagé. En attendant, ils suivent un enseignement à distance. La continuité pédagogique est assurée et la commune Saint-Paul a mis à leur disposition et à celle des enseignants 15 tablettes numériques. Ils viendront par la suite assister à des cours organisés par groupe de trois à l'église. À cet effet, la Ville achemine de l’eau avec une citerne de 1 000 litres. Les services municipaux interviendront pour assurer le maximum de confort possible pour les enfants avec la mise en place  de toilettes sèches, de gel hydroalcoolique et de repas.

A Roche Plate, il n’y a qu’une classe avec plusieurs niveaux : avec les nouvelles normes, chaque groupe sera accueilli individuellement, suivra son cours et recevra du travail à effectuer à la maison. Il en sera ainsi jusqu’aux vacances d’été qui débuteront le 19 décembre. A la rentrée, plusieurs pistes ont été envisagées afin que les enfants puissent apprendre dans les meilleures conditions. Parmi celles retenues, "l’implantation de grandes tentes comme celles de l’armée" explique la mairie de Saint-Paul. A court terme, l’objectif serait de construire une école modulaire loin de la zone à risque.

- Cinq bâtiments directement menacés -

Il a par ailleurs été décidé, outre la fermeture de l'école, de fermer les deux gîtes menacés, le dispensaire et la maison forestière. Concernant ces bâtiments, "de nouvelles concessions pourront être proposées pour une relocalisation dans des espaces où le risque est faible" indique la préfecture. Des solutions sont encore à l’étude.

Une réunion rassemblant les services de l’État, du Département, de la mairie et de l’association des habitants de Roche-Plate est prévue le lundi 30 novembre à la sous-préfecture de Saint-Paul pour répondre à la problématique du transport de marchandises et de personnes entre l’îlet et les Bas de Saint-Paul. La fermeture du sentier d’accès au Maïdo allonge le temps de trajet pour rejoindre un axe routier par voie pédestre d’au moins six heures au lieu de deux habituellement.

Pour l'heure, les sentiers fermés par arrêté préfectoral sont les suivants : 

- Sentier entre le Maïdo et Roche Plate par le TiCol et La Brêche

- Sentier entre Ilet Alcide et le Maïdo, par le rempart de Mafate

 - Sentier du Grand Bord, entre le Maïdo et le Grand Bénare

- Sentier de la Glacière, par l’observatoire de l’atmosphère

- Sentier gîte des Tamarins-La Glacière-Grand Bénare

- Sentier entre La Glacière et Piton Rouge

- Les pistes VTT n°1 (partie amont jusqu’à la piste Oméga), 4, 5, 6, et 9

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !