Pour éviter fêtes sauvages et nuisances sonores :

Sainte-Marie : des agents de sécurité et des barrières sur le parking du Run Market


Publié / Actualisé
Cela fait des mois déjà que des résidents du quartier Duparc à Sainte-Marie dénoncent des fêtes sauvages organisées tous les week-ends sur le parking du Run Market. Des réunions festives qui rassemblent des dizaines voire des centaines de personnes et dont les nuisances sonores deviennent difficilement supportables. Alors qu'un collectif de riverains s'est créé pour faire remonter ces problèmes au propriétaire des murs du centre commercial, la gendarmerie de son côté a décidé de prendre le problème à bras le corps. En concertation avec les gérants des établissements, il a été décidé de garder le parking ouvert la nuit mais d'y installer six agents de sécurité et des barrières situées à des endroits stratégiques pour limiter les flux de voitures. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Cela fait des mois déjà que des résidents du quartier Duparc à Sainte-Marie dénoncent des fêtes sauvages organisées tous les week-ends sur le parking du Run Market. Des réunions festives qui rassemblent des dizaines voire des centaines de personnes et dont les nuisances sonores deviennent difficilement supportables. Alors qu'un collectif de riverains s'est créé pour faire remonter ces problèmes au propriétaire des murs du centre commercial, la gendarmerie de son côté a décidé de prendre le problème à bras le corps. En concertation avec les gérants des établissements, il a été décidé de garder le parking ouvert la nuit mais d'y installer six agents de sécurité et des barrières situées à des endroits stratégiques pour limiter les flux de voitures. (Photo rb/www.ipreunion.com)

- Musique à fond -

Si les pousses du week-end sont déjà bien connues des forces de l'ordre dans les alentours du Run Market de Sainte-Marie, les soirées de plus plus fréquentes, sonos à fond dans les voitures, sont relativement récentes selon la gendarmerie.

Ce n'est pourtant pas ce que rapportent les habitants, excédés. "Ça fait des mois que ça dure, c'est tous les vendredis soirs, tous les samedis soirs, tous les dimanches soirs", raconte un résident du quartier, souhaitant rester anonyme. A environ 400 mètres du centre commercial à vol d'oiseaux, il dit entendre la musique jusqu'à 2-3h du matin.

"On appelle régulièrement les gendarmes, des fois ils se déplacent, des fois non. Mais les fêtards reviennent" ajoute celui qui dit clairement en avoir "ras le bol". "Moi je travaille le samedi et le lundi, j'entends la musique toute la nuit, c'est fatigant."

Avec un autre voisin, également remonté, ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Le second a mis en place un collectif de voisins pour faire signer une pétition au maximum de gens et avoir plus de poids au moment de s'expliquer avec le propriétaire du Run Market. "C'est devenu déplorable. Moi je suis natif de Duparc, oui la zone se transforme et se dynamise et c'est très bien. Mais ces nuisances deviennent impossibles, notamment pour les personnes âgées", déplore-t-il. A commencer par ses propres parents, qui vivent près de chez lui et se plaignent aussi de ces fêtes sauvages. "Normalement Duparc est un quartier paisible !"

Sa pétition est toujours en cours mais une soixantaine de riverains ont déjà signé. "Nous essayons aussi de nous mettre en lien avec les associations de quartier" ajoute l'auteur de la pétition. "Les gens sont fatigués, c'est insupportable."

- Risque sanitaire -

Le commandant de la compagnie de Saint-Benoît, Rodolphe Vinet, connaît bien la zone. "Quand le centre commercial était un Jumbo Score, il y avait déjà des rassemblements réguliers de voitures tunées un peu à la 'fast and furious'. Mais il n'y avait pas particulièrement de nuisances et l'espace restait propre. Nous on venait régulièrement pour s'assurer qu'il n'y avait pas de problèmes de sécurité ou de circulation de stupéfiants" raconte-t-il.

Mais depuis un petit mois maintenant, le commandant a eu vent de ces petites soirées, sonos à fond, et de l'agacement grandissement des riverains. "Ces rassemblements drainent des nuisances et des problèmes de salubrité publique" reconnaît-il.

Ainsi depuis trois semaines maintenant, les contrôles ont été renforcés dans la zone, mobilisant l'escadron départemental de sécurité routière et la compagnie de Saint-Benoît. "Il n'y a pas non plus de centaines de personnes sur place et les sonos en question sont bien souvent les enceintes des véhicules", relativise le commandant Vinet, "mais il faut reconnaître que oui, c'est très bruyant".

D'autant plus que selon lui les risques sont multiples : "il y a bien sûr ce risque de nuisance sonore, mais aussi un risque de sécurité routière, le risque de salubrité publique avec les déchets laissés par terre, et enfin le risque de santé publique à cause de la Covid-19".

Ce dernier point est également mis en avant par les habitants. "Alors qu'on verbalise les gens à tout va en ce moment, avec port du masque etc, on voit des rassemblements massifs comme ça ce n'est pas normal" dénonce l'auteur de la pétition.

- Nouvelles mesures mises en place -

Face à l'augmentation de ces nuisances, la gendarmerie met en place de nouvelles mesures, en concertation avec "des représentants du centre commercial". "Nous avons échangé sur le dispositif que l'on peut mettre en place pour empêcher ces rassemblements" précise le commandant Rodolphe Vinet.

Le problème est complexe : "il y a des commerçants qui travaillent jusqu'à minuit comme les restaurants Les Trois brasseurs, le McDonald's... Donc difficile de fermer le parking. Mais il faut limiter l'accès à la zone" admet le commandant.

Deux décisions ont été prises en concertation avec les gérants des établissements : mettre en place six agents de sécurité sur le parking et installer une vingtaine de barrières sur des zones stratégiques pour limiter les arrivées de voitures passée une certaine heure. Ce dispositif a été testé dès ce vendredi 4 décembre, à partir de 20h30. Il devrait être reproduit tous les week-ends.

Des mesures qui évitent de fermer le parking la nuit et laissent donc les restaurants travailler sans problème jusqu'à tard le soir, mais qui devraient permettre de garder un oeil sur les fêtards du week-end et de ce fait éviter les rassemblements.

Contactées, la mairie de Sainte-Marie comme la direction du Run Market n'ont pas donné suite à nos questions.

mm/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

8 Commentaire(s)

Buzy, Posté
Bon initiative de la part des forces de l'ordreVenez également contrôler le quartier de Beausejour pour les nuisances réalisées par les deux-roues le soir.
Boudiou, Posté
Bjr il faut arrêter avec cela et donner le moyen au force de l'ordre. Laisser les connexions caméras que ce soit RDT et autres endroits pour les aider à avancer. Merci
Nono, Posté
Au Tampon, dans le quartier dit "Social" , les Araucarias, c'est tous les jours cela jour parfois et nuits. La population du site n'y est pas étrangère mais un terrain de pétanque y est présent, éclairé toute la nuit par 4 grosses sources lumineuses, de plus un kazot en agglos, ouvert, y est construit > noire de fumée. Tout des éléments favorables aux rassemblements ....voitures y compris.....La gendarmerie souvent appelée mais ......Ça donne envie de se faire justice soi même : ces personnes non respectueuses (alcoolisées ou droguées) ne méritent la d'indulgence.
Vroom974, Posté
Bravo la gendarmerie de St Benoît, le colonel a eu vent des soirées et au chaudron les habitants n'ont pas droit à la paix le dimanche ? Jolie démonstration de copinage qui pourrie notre île... Volonté de laisser une partie de la population dans la galère et surtout nous monter les uns contre les autres... Les élus y comprends pas que les jeunes sont sans équipements pour pratiquer leurs passion ?
John, Posté
EN FRANCE ONT A PLUS LE DROIT DE FAIRE RIEN
Brun9, Posté
Ben hier on a constate que les differents commercant de resto rapide on perdu un chiffre d affaire important ... vu que les jeunes consomme aussi pas mal lors de leur sortie nocturne ... apres chacun vie sa passion ceux et celle qui ne ne comprenne pas desole pour eux .... mais chacun a sa vision.. peut etre qu il vont commence a boycotte cet zone et les commercants seront les premiers perdant
7AC, Posté
Vu le nombre trop important d'autos en circulation sur notre Île, il serait bienvenu et judicieux de saisir les véhicules de ces désordeurs, de les compacter, et envoyer la ferraille pour recyclage en Inde.
MÃ'véLang, Posté
Ce sont des crétins, mettre Des barrières vont simplement les envoyer faire leur bordel plus loin.Il suffirait de les laisser bien s'installer, bloquer les issues, verbaliser, mettre en fourrière, saisir, détruire, etc.Ça va décourager plus d'un de recommencer