Inquiétudes sur la dénaturation du site :

Parc du volcan : l'association Domoun la plaine fait part de ses revendications au Département


Publié / Actualisé
L'association Domoun la plaine s'est déplacée devant le Palais de la Source ce mercredi 22 juin 2022 pour protester contre le projet de parc du volcan, à la Plaine des Cafres, initié par la mairie du Tampon. L'espace du Piton Dugain étant une propriété de l'ONF et donc du Département, les membres de l'association ont fait le déplacement pour engager des discussions avec la collectivité sur le bien-fondé de ce projet. Le Département pour sa part assure être à l'écoute de l'association mais précise ne pas être décisionnaire pour autant. (Photos mm/www.ipreunion.com)
L'association Domoun la plaine s'est déplacée devant le Palais de la Source ce mercredi 22 juin 2022 pour protester contre le projet de parc du volcan, à la Plaine des Cafres, initié par la mairie du Tampon. L'espace du Piton Dugain étant une propriété de l'ONF et donc du Département, les membres de l'association ont fait le déplacement pour engager des discussions avec la collectivité sur le bien-fondé de ce projet. Le Département pour sa part assure être à l'écoute de l'association mais précise ne pas être décisionnaire pour autant. (Photos mm/www.ipreunion.com)

Des tyroliennes au-dessus d'un espace protégé, c'est ce qui inquiète les membres de l'association Domoun la plaine. Jacques Aulet s'alarme face au projet tamponnais : "il se situe sur l'espace du Piton Dugain, propriété du Département. C'est un espace classé et protégé, et on va y construire une plateforme de 30 mètres, de 6 mètres de large et 17 de haut. Il y aura aussi des coupes d'arbres : 4.000 m2 coupés. Sur un espace protégé, normalement on n'a le droit de ne rien faire" fustige-t-il. Lui et ses compères redoutent une dénaturation du site : "ces tyroliennes vont passer à côté de lotissements habités, il y a des tas d'inconvénients pour la faune, la flore et les habitants" assure-t-il.

L'association Domoun la plaine assure avoir fait toutes les démarches nécessaires auprès de la commune du Tampon mais ne parvient pas à discuter avec le maire. D'où l'idée de venir discuter avec les élus du Département. Pour Gilbert Laporte, membre de l'association, "on repart le verre à moitié vide. Pour une fois on a rencontré des élus. Mais le Département a un peu botté en touche en disant que le projet est sous la responsabilité de l'Etat et qu'on n'a pas frappé à la bonne porte. On a eu un début d'écoute mais c'est dommage de ne pas répondre à une association qui a respecté les formes".

Le vice-président du Conseil départemental Rémy Lagourgue a en effet quitté la séance plénière en cours au Palais de la Source pour échanger avec l'association devant les grilles. "Le cadre de ce dossier c'est qu'il est communal" rappelle-t-il. "Le Piton Dugain est de la propriété de l'ONF, sur le domaine du Département, mais il est de la propriété de la jouissance de l'Etat" explique-t-il. Le vice-président assure être "pour la protection de l'environnement, tout en le mettant en perspective avec le développement économique de notre île. Il faut laisser les autorisations aller plus loin et permettre à l'association au moment de l'enquête publique de se positionner et faire valoir leurs arguments" ajoute-t-il. "Mais il n'appartient pas à la collectivité départementale d'arbitrer un dossier qui ne concerne pas directement le patrimoine du Département."

Rémy Lagourgue assure par ailleurs que des concertations ont déjà été initiées "avec cette association qui agit de manière très noble". Il évoque "éventuellement d'autres concertations à venir pour être dans la démarche la plus lisse possible".

L'association pour sa part indique avoir envoyé des courriers directement au président du Département, sans avoir de retour direct. Prochaine étape donc : aller voir directement l'Office national des forêts.

Pour Mickaël Crochet, de l'association Domoun la plaine lui aussi, "il faut replacer le projet dans un contexte où on nous parle de modèle réunionnais de tourisme durable : on est en face d'une contradiction majeure, avec un parc d'attractions qui n'a aucun intérêt culturel, historique ou patrimonial. C'est un parc qui est dans une logique de marchandisation, de consommation de loisirs" dénonce-t-il. Une politique qui "va à l'encontre de ce que tous les élus prétendent défendre aujourd'hui" selon lui.

La mairie du Tampon, elle, n'a pas encore réagi à ce stade sur cette mobilisation. Contactée sur le projet en 2021, elle avait déjà assuré à Imaz Press à travers une série de réponses qu'il s'agissait bien d'un projet de "tourisme vert" et indiquait à cette époque souhaiter, via une concertation publique, garder le lien avec les collectifs.

mm/www.ipreunion.com / [email protected]

   

1 Commentaire(s)

Jaco, Posté
le départemet nous a signalé ce matin que nous étions trompés d'adresse alors que l'on a envoyé plusieurs courriers sans réponse !!! on se moque des citoyens !!! pourquoi ne pas nous avoir renseigné depuis des mois sur les responsabilités des us et des autres'