MENU

MAYOTTE - ENFANT BLESSÉ PAR UN GENDARME (ACTUALISE A 20H10) :

Nassuir est sorti de l'hôpital


Posté par
Nassuir, le petit garçon de 9 ans, blessé grièvement à l'?il par un tir de flash ball lors d'affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants contre la vie chère à Mayotte, a pu sortir de l'hôpital, ce mercredi 19 octobre, en fin d'après-midi. L'enfant avait été transporté en urgence à La Réunion le samedi 8 octobre et opéré à l'hôpital de Saint-Pierre le dimanche 9 octobre. Il a définitivement perdu l'usage d'un ?il.
Nassuir, le petit garçon de 9 ans, blessé grièvement à l'?il par un tir de flash ball lors d'affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants contre la vie chère à Mayotte, a pu sortir de l'hôpital, ce mercredi 19 octobre, en fin d'après-midi. L'enfant avait été transporté en urgence à La Réunion le samedi 8 octobre et opéré à l'hôpital de Saint-Pierre le dimanche 9 octobre. Il a définitivement perdu l'usage d'un ?il.
En fin d'après-midi, le petit garçon de 9 ans a pu sortir du centre hospitalier de Saint-Pierre et est actuellement hébergé avec sa famille dans le Sud de l'île. "Nous sommes très vigilants maintenant. Nous avons demandé une autorisation de séjour pour la mère de l'enfant", explique Maître Said Larifou, avocat de la famille.

Initialement, Nassuir devait être transféré vers Mayotte ce jeudi 20 octobre. Soutenue par un comité de soutien et par leur avocat, maître Saïd Larifou, sa famille s'était opposé à son transfert. La préfecture avait été saisie sur l'affaire.

La famille estimait, en effet, que l'enfant n'est pas encore guéri et son état de santé ne lui permet pas encore de rentrer dans l'île aux Parfums. Pour Halima Pinchon, présidente du comité de soutien, Nassuir devait continuer à être pris en charge à La Réunion, d'autant plus, qu'il faut tenir compte des événements en cours à Mayotte. Si elle ne doute pas qu'il y ait des médecins compétents à Mayotte, la présidente du comité de soutien jugeait, par ailleurs, "la situation sanitaire insuffisante". Pour sa part, Maître Saïd Larifou, expliquait qu'envoyer cette famille dans ces conditions etaient inacceptables.

Par ailleurs, la famille de Nassuir a également bénéficié du soutien de Gélita Hoarau. L'ancienne sénatrice avait tenu, elle aussi, à apporter sa "solidarité" à Nassuir et à sa famille et à "dire non à cette barbarie inconcevable", faisant ainsi allusion aux affrontements qui se sont tenus ce mercredi entre les forces de l'ordre et les grévistes contre la vie chère à Mamoudzou, à Mayotte. Des affrontements dans lesquels, un manifestant est décédé, selon la préfecture de Mayotte, d'une crise cardiaque, et un autre blessé par une balle de flashball tirée par un policier.

Rappelons que les faits graves qui lui ont coûté un ?il se sont produits le vendredi 8 octobre après-midi alors que les gendarmes intervenaient pour disperser des jeunes ayant érigé une barricade à proximité du port de Longoni. Nassuir, 9 ans, originaire de la ville de Koungou, se baignait avec des membres de sa famille et des amis dans les eaux d'une plage située à proximité. C'est alors qu'il prenait la fuite, effrayé par les affrontements entre gendarmes et manifestants, qu'il a reçu le coup de flashball en pleine figure. Gravement blessé, son pronostic vital ayant été engagé, l'enfant a donc été évacué vers La Réunion et opéré au centre hospitalier de Saint-Pierre. 
Seul au départ, l'enfant avait été rejoint à La Réunion par ses parents ce vendredi 14 octobre 2011.

Le gendarme auteur présumé des faits, a été mis en examen pour coups et blessures sur mineur par personne dépositaire de l'autorité publique.

À noter qu'un nouveau rassemblement en soutien aux manifestations contre la vie chère à Mayotte se tiendra ce samedi 22 octobre à l'Étang du Gol à Saint-Louis.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !