Nigéria - 24ème jour de captivité de l'ingénieur français :

Le Port - Un collectif pour la libération de l'otage Francis Collomp


Publié / Actualisé
Un collectif "pour la libération de Francis Collomp enlevé au Nigéria le 19 décembre 2012, il y a 24 jours, a été créé ce vendredi 11 janvier 2012 au Port. L'épouse de l'ingénieur français, Anne-Marie Collomp, et sa belle-famille sont à l'initiative de cette création. Les statuts seront déposés en préfecture ce lundi 14 janvier. "L'objectif est d'organiser toutes les actions susceptibles d'aboutir à la libération de mon beau-frère", explique Gilda Marbois, belle-soeur de Francis Collomp. Une première action devrait se tenir le dimanche 20 janvier. Date qui marquera le premier mois de détention de l'otage français. Le collectif a été mis en place quelques heures avant l'intervention militaire de la France au Mali
Un collectif "pour la libération de Francis Collomp enlevé au Nigéria le 19 décembre 2012, il y a 24 jours, a été créé ce vendredi 11 janvier 2012 au Port. L'épouse de l'ingénieur français, Anne-Marie Collomp, et sa belle-famille sont à l'initiative de cette création. Les statuts seront déposés en préfecture ce lundi 14 janvier. "L'objectif est d'organiser toutes les actions susceptibles d'aboutir à la libération de mon beau-frère", explique Gilda Marbois, belle-soeur de Francis Collomp. Une première action devrait se tenir le dimanche 20 janvier. Date qui marquera le premier mois de détention de l'otage français. Le collectif a été mis en place quelques heures avant l'intervention militaire de la France au Mali

Au delà des confessions religieuses, des clivages politiques et des appartenances ethniques, la femme et la belle-famille de Francis Collomp souhaitent, avec la création de ce collectif, "rassembler et mobiliser le plus grand nombre de personnes" afin d’aboutir à sa libération.

Pour cela, elles organiseront des "actions et manifestations afin que cette revendication reste au centre des préoccupations de tous". Elles prévoient notamment de coller des affiches dans des commerces et de faire circuler une pétition. Une manifestation devrait également avoir lieu au Port le 20 janvier prochain. Date qui marquera le premier mois de détention de l’otage français.

Outre ces actions, le collectif, qui a été crée quelques heures avant l'intervention de l'armée française au Mail, veut également "prendre contact et travailler en concertation, autant de fois que possible, avec les autres collectifs et associations demandant la libération d'autres otages français" mais aussi sensibiliser et informer sur la situation de l’otage français. "Nous ne baisserons pas les bras tant que Francis ne rentrera pas à la maison", explique Gilda Marbois. "Nous le ferons même si nous sommes encore plus plongés dans l'angoisse depuis que les soldats français sont intervenus au Mali. Nous avons peur que les ravisseurs se vengent sur mon beau-frère" ne cache-t-elle pas. En effet, le groupe islamiste Ansaru qui a revendiqué l'enlèvement de Francis Collomp le mercredi 19 décembre 2012 à Rimi dans le nord du Nigéria, a justifié le rapt par "la position du gouvernement français et des Français contre l'islam et les Musulmans", évoquant notamment l'intervention militaire en préparation dans le Nord du Mali et la loi de 2011 contre le port du voile intégral en public.

Si à La Réunion, la belle-famille Francis Collomp multiplie les initiatives et prises de position, dans l’Hexagone, le frère et les deux soeurs de l'ingénieur ont demandé de la "discrétion" sur cette affaire. Dans un communiqué transmis à l'AFP, ce mercredi 9 janvier, ces derniers se sont dits "préoccupés par la médiatisation qui est faite de l'enlèvement de leur frère". "Rien de ce que nous avons dit jusqu'à présent ne peut porter atteinte à qui que ce soit. Nous n'avons insulté personne. Nous disons simplement notre souffrance, nous qui sommes ici, loin de Paris et du Nigéria. La famille de Francis a choisi d'adopter cette attitude, c'est son choix et nous le respectons", avait alors commenté Gilda Marbois.

À noter qu’Anne-Marie Collomp devrait être reçue par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avant la fin du mois de janvier 2013. Pour cette entrevue, la compagne de l'ingénieur français fera le voyage depuis La Réunion jusqu'à Paris. Elle espère recueillir, jusqu’à cette date, le maximum de signatures pour la libération de son mari.

Rappelons que dans une courte vidéo postée sur internet dans la soirée du dimanche 30 au lundi 31 décembre 2012, Gilda Marbois adresse un message poignant et digne aux ravisseurs de l'ingénieur français enlevé au Nigéria le mercredi 19 décembre. "Messieurs les ravisseur, ayez pitié de nous, libérez mon beau-frère car ma soeur est dans la peine, dans la détresse. Nous aussi sa famille nous souffrons avec elle" demande-t-elle face à la caméra d'Imaz Press Réunion.

Le rapt de l'ingénieur français a eu lieu le mercredi 19 décembre 2012, le jour de son anniversaire, à Rimi, à 25

www.ipreunion.com

 

   

1 Commentaire(s)

Solidarité avec F Collomp..., Posté
Nous sommes tous solidaires de Francis Collomp !...et pour paraphraser ce qui se dit alors au sujet des américains après les attentats du 11 septembre 2001 à New York : " nous sommes tous F. Collomp " Si je ne prends la plume qu'à l'instant ce n'est pas parce que je serais resté indifférent au sort de notre compatriote concitoyen portois, c'est seulement que hors département depuis 1 mois, je n'ai pas pu écrire avant. Cela m'a laissé dès lors le temps de la réflexion. Mais écrire pour dire quoi qui ne relèverait que de banalités qui, en raison du drame vécu par F Collomp et sa famille, serait alors bien insuffisant. Alors : Dire que je suis spontanément, naturellement, solidaire de la souffrance de cette famille pour laquelle j'ai une grande compassion, et bien évidemment de la personne même de F Collomp que je ne connais pas mais qui en raison du drame vécu " est de ma famille ", comme le sont les autres otages français de par le monde ; Dire que je vais rejoindre le collectif qui s'est créé car pour celui-ci comme pour tous les autres otages (français ou non), également pour les victimes dont les noms sont vite oubliés (sauf des familles), le silence ne doit pas recouvrir le/les drames et le geste abjecte des ravisseurs, professionnels du terrorisme international qui sous couvert de religion dès lors pervertie s'attaquent à de ce qu'il y a de plus sacré, la dignité de l'Homme et par conséquent sa liberté. Nos voix unies doivent couvrir leurs actes de haine et s'exprimer intelligiblement, hautement, dignement, et fermement; Dire qu'au-delà du cas de cet homme nous touchant particulièrement parce qu'étant de notre ville dont l'on pouvait penser, à tort (car nul sanctuaire inviolable de la par le monde face à cette terreur), qu'elle serait à l'abri des tourments terroristes du monde, c'est à tous les otages français et à leurs familles, car solidaire de nos compatriotes, auxquels je pense aussi au moment où notre cité est touchée en son coeur ; Dire également ma compassion et ma solidarité à la famille de l'otage français assassiné en Somalie, Denis Allex ainsi qu'aux familles des 2 soldats venus pour le libérer et morts au cours de cette opération qui fut un échec. Ils font partie de ces hommes, très souvent anonymes, qui dans l'ombre assurent notre sécurité et à qui nous devons le plus grand respect, de l'estime, de la reconnaissance ; Dire, et donc répéter, ce que j'avais déjà eu l'occasion de dire lors de cérémonies en hommage aux victimes du terrorisme international à la date symbolique du 11 septembre au Tampon et à Saint-Paul les années passées devant un parterre de citoyens certes malheureusement peu nombreux qui nous avait honoré de leur présence : " par ce que nous sommes et que nous sommes censés représenter, où que nous soyons, nous sommes les victimes potentielles de ces barbares, ne le perdons pas de vue. Il en fut ainsi hier, il en est aujourd'hui comme il en sera demain ! ". La paix est une notion très relative, pas partagée par tous sur la planisphère, certainement pas de manière égalitaire...Toutefois toujours fragile, incertaine, elle exige que l'on s'implique pour elle, donc pour nous, et que l'on soit exigeant quant à la haute responsabilité par chacun que cela nécessite. Car s'il en est de la responsabilité de l'Etat, cela ne nous exonère nullement de celle de chaque citoyen que nous sommes. Il ne fallait pas être devin pour entrevoir ce danger, mais mon rôle au sein du Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme -MPCT (www. mpctasso.org) - que je représente à la Réunion, me permettait plus sûrement de le percevoir tout en craignant chaque jour qu'il en soit malheureusement ainsi....et la Réunion fut touchée à son tour de la sorte en la personne de F.Collomp car le terrorisme islamiste étend son voile de terreur chaque jour. Les faits sont innombrables quotidiennement de par le monde. Et oui, il n'est pas chose aisée que de " prêcher " parfois dans un relatif désert comme sont beaucoup à le faire en voulant, consciencieusement, alerter leurs concitoyens ! Car parler de ces dérangeantes "choses là", le terrorisme planétaire essentiellement islamiste et ses funestes conséquences, c'est nous obliger à sortir de notre quotidien, pas forcément rose, et à voir le monde actuel tel qu'il est. C'est à dire de plus en plus fréquemment, violent, cruel, troublant, et donc, dès lors sortir nous obliger à sortir de notre relatif confort pour lutter contre ces dérives dont le terrorisme est une des hydres immondes. Pour le vaincre quel que soit le temps que cela prendra (certainement longtemps) ! Car si nous savons le poids des maux nous savons aussi celui des mots qui finalement brisent les chaînes de toutes les oppressions, de toutes les tyrannies, même si cela demande du temps, des sacrifices. Mais l'Homme en sort grandi et conquiert sa liberté. Mais " sortir " pour faire quoi qui ne soit pas qu'un feu de paille et qui soit utile à ceux qui souffrent, les otages et leurs familles, également les proches de victimes du terrorisme qu'il ne faut pas une fois l'émotion passée, allant " à autre chose ", oublier dans une actualité zapping pouvant parvenir à anesthésier ou émousser notre volonté? Tout d'abord leur exprimer, tous, notre absolue solidarité car cela est la marque de respect la plus élémentaire leur étant due et à laquelle nous devrions satisfaire indéfectiblement. Ensuite, à la face du monde et à celle hideuse des terroristes de quelques crins et poils qu'ils soient, défendre pied à pied, sans faillir, la Valeur Universelle des Droits de l'Homme dont la France est la Mère porteuse originelle, dans le respect et la défense de nos valeurs démocratiques et républicaines dont nous sommes héritiers et dépositaires, servant de phare à beaucoup de ceux qui par le monde souffrent de la tyrannie, sont en luttes. Nous avons donc le devoir de défendre ces valeurs afin de promouvoir la paix en porte - voix, dès lors, de ceux qui sont sous le joug. Enfin, nous avons un devoir de vigilance (elle n'incombe pas qu'à l'Etat à qui il serait faussement aisé de transférer notre responsabilité. L'Etat c 'est nous !) au sein de notre société pour qu'elle demeure un centre de concorde et de tolérance au sein de laquelle ces hydres terroristes ne doivent en aucun cas faire des émules comme l'actualité récente en France nous a apporté la " démonstration ". Nous pouvons appeler cela résistance car il ne faut pas se voiler la face, c'est bien une guerre qui cache de moins en moins son nom que l'on nous déclare de la sorte (et cela fait en réalité plusieurs décennies que cela a débuté même si notre mémoire nous fait défaut). Guerre à laquelle nous devons résister forts de la croyance absolue en nos valeurs universelles... et vaincre par la force du levier de nos traditions démocratiques et républicaines qui sont nos solides fondations. Egalement traditions spirituelles en ce sens où dans notre pays celles-ci sont à la fois laïques et d'essence religieuse, dans un espace de séparation des pouvoirs temporels et spirituels, issues de longs siècles de débats philosophiques, sociétaux, de luttes...ce dont nous sommes les héritiers et que nous avons le devoir de promouvoir, de défendre, de transmettre et de léguer. Quel que soit la place que l'on occupe au sein de notre société et ce dans nos villes, dans nos quartiers, dans nos cages d'escaliers, bien sûr dans nos foyers. Il en va de nos responsabilités.rnNous sommes donc tous des F Collomp
Eric Wagner, représentant Réunion du Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme, le Port.