Visite ministérielle :

Les maires de La Réunion veulent rencontrer Najat Vallaud-Belkacem


Publié / Actualisé
Au cours d'une réunion ce jeudi soir, 21 février 2013, l'association des maires de La Réunion (AMDR) a abordé la question de l'emploi dans l'île. Les maires demandent une aide urgente de la part de l'Etat. Ils estiment que les contrats d'avenir doivent être exonérés, considérant que les charges sont trop lourdes pour les municipalités. Les maires souhaitent également le retour aux contrats aidés de 6 mois. C'est en ce sens qu'ils demandent qu'une délégation soit reçue par Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement, qui sera à La Réunion à partir de ce vendredi 22 février 2013 pour une visite de deux jours. (photo archives)
Au cours d'une réunion ce jeudi soir, 21 février 2013, l'association des maires de La Réunion (AMDR) a abordé la question de l'emploi dans l'île. Les maires demandent une aide urgente de la part de l'Etat. Ils estiment que les contrats d'avenir doivent être exonérés, considérant que les charges sont trop lourdes pour les municipalités. Les maires souhaitent également le retour aux contrats aidés de 6 mois. C'est en ce sens qu'ils demandent qu'une délégation soit reçue par Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement, qui sera à La Réunion à partir de ce vendredi 22 février 2013 pour une visite de deux jours. (photo archives)

L’emploi était au cœur des discussions ce jeudi soir à l’association des maires de La Réunion. Dans un contexte social tendu, les maires de l’île demandent des mesures d’urgence. C’est pourquoi ils veulent rencontrer Najat Vallaud-Belkacem durant son séjour de deux jours à La Réunion.

Concernant les contrats aidés, les maires demandent à avoir le même quota que l’an dernier. En 2012, au premier semestre, ce quota était de 12 000 contrats pour une durée de 6 mois. Cette année, il est de 9 000 contrats pour une durée de 8 à 10 mois. Les maires de l’île notent qu’avec l’allongement de la durée des contrats aidés, moins de personnes peuvent bénéficier du dispositif.

Par ailleurs, l’AMDR a abordé la question des contrats d’avenir. Beaucoup de ces contrats ne sont pas pourvus car le résiduel que doivent payer les communes est trop coûteux. Les maires demandent ainsi une exonération des charges.

L’AMDR invite enfin d’Etat, la Région et le Département à se réunir autour d’une table pour répondre à l’urgence sociale, et souhaite qu’une délégation ministérielle vienne à La Réunion pour se rendre compte de la situation.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !