MENU

Mayotte :

Pêcheurs interpellés aux îles Glorieuses : les précisions de la préfecture


Posté par
Le mardi 31 décembre 2013, deux embarcations de pêche mahoraises ont été interpellées par le navire TCD (transport de chalands de débarquement) Siroco, à proximité des îles Glorieuses. La préfecture indique que " la présence de 200 et 300 kg de poissons " a été constatée dans ces barques, alors que la pêche est interdite, et que " les embarcations sont reparties de l'île avec le plein de carburant et plusieurs jerricanes à bord permettant la traversée retour vers Mayotte dans des conditions normales de navigation ".
Le mardi 31 décembre 2013, deux embarcations de pêche mahoraises ont été interpellées par le navire TCD (transport de chalands de débarquement) Siroco, à proximité des îles Glorieuses. La préfecture indique que " la présence de 200 et 300 kg de poissons " a été constatée dans ces barques, alors que la pêche est interdite, et que " les embarcations sont reparties de l'île avec le plein de carburant et plusieurs jerricanes à bord permettant la traversée retour vers Mayotte dans des conditions normales de navigation ".

" Le mardi 31 décembre 2013, en patrouille dans le cadre de l'opération Atalanta à proximité des îles Glorieuses, le transport de chalands de débarquement (TCD) SIROCO a localisé dans les eaux territoriales françaises, deux embarcations de pêche à proximité de ces îles, l'une en action de pêche à 300 m de l'île du Lys, l'autre échouée sur cette même île. A la demande du gendarme, délégué permanent du préfet administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) dans le district des îles Glorieuses,  le TCD SIROCO a mis à disposition 2 embarcations pour lui permettre d’exercer son pouvoir de police (NR : le camp de base du gendarme se situant sur une île voisine de celle du Lys) ", indique la préfecture dans un communiqué publié ce mardi 7 janvier 2014.

Elle poursuit : " Le gendarme, responsable du contrôle des accès, de l’ordre public et de l’application des lois et règlements, a constaté la présence respective de 200 et 300 kg de poissons dans ces barques, alors que la pêche est interdite dans les eaux territoriales des Glorieuses (arrêté 2010-151 du 9 décembre 2010), de même que la détention de produits de la mer (arrêté 2013-24 du 19 avril 2013). Cette interdiction vise tout type de pêche, à partir de la terre ou à bord d’un navire. Le gendarme a dressé les procès-verbaux relatifs aux infractions constatées. "

" Les navires de pêche ont été contraints de quitter les eaux territoriales françaises, après destruction de leurs apparaux de pêche et du matériel de campement. A également été détruit à terre un stock de carburant dissimulé sous une bâche à l’opposé de l’île du Lys et destiné à approvisionner les bateaux pendant leurs opérations de pêche illicite dans le lagon. Pour autant, les embarcations sont reparties de l’île avec le plein de carburant et plusieurs jerricanes à bord permettant la traversée retour vers Mayotte dans des conditions normales de navigation. "

" Ces derniers mois, les îles Éparses ont fait l'objet de nombreux signalements d'incursions et d'activités de pêches illicites. Cette opération témoigne de l'investissement permanent de l'ensemble des services de l'Etat dans la protection des ressources halieutiques dans les eaux françaises. "

   

1 Commentaire(s)

Gerard wunderle, Posté
sur place,les soldats n'ont aucun moyen nautique ! des gens de métier mais à qui on ne peut pas confier des embarcations car ils risquent de faire des "conneries"!une solution pas chere: qlq kwassas destinées à la destruction pourraient équiper les Glorieuses !