Saint-Denis :

Jugés en comparution immédiate pour avoir menacé de "faire le djihad"


Publié / Actualisé
Ce lundi 19 janvier 2015, deux hommes seront jugés en comparution immédiate au tribunal Saint-Denis pour "menaces de commettre un crime ou un délit". Visiblement alcoolisés lors de leur interpellation dans la nuit de samedi à dimanche devant le monument aux morts de Saint-Denis, rue de la Victoire, ils auraient menacé les policiers de "tout faire péter au C4" et de "faire le djihad", raconte le Journal de l'île de La Réunion.
Ce lundi 19 janvier 2015, deux hommes seront jugés en comparution immédiate au tribunal Saint-Denis pour "menaces de commettre un crime ou un délit". Visiblement alcoolisés lors de leur interpellation dans la nuit de samedi à dimanche devant le monument aux morts de Saint-Denis, rue de la Victoire, ils auraient menacé les policiers de "tout faire péter au C4" et de "faire le djihad", raconte le Journal de l'île de La Réunion.

Selon le JIR, il s’agirait à l’origine d’une "blague de bidasse" impliquant un militaire originaire de La Réunion ainsi que deux autres individus habitants de l’île. L’homme aurait d’abord grimpé sur le monument aux morts pour exhiber ses parties intimes devant ses deux comparses immortalisant la scène. Interpellés par des policiers patrouillant dans le secteur, ils auraient ensuite proféré leurs menaces de "tout faire péter au C4" et de "faire le djihad" durant le trajet pour les conduire au commissariat.

D’après le JIR, le militaire est ressorti de garde à vue dimanche soir et sera jugé ultérieurement par le tribunal correctionnel. Quant aux deux autres, ils seront jugés ce lundi en comparution immédiate.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Charlie, Posté
L'Obs" dresse la liste des condamnations à la prison ferme déjà prononcées :


"Sur la vie du prophète, tu vas aller en enfer", a lancé un jeune homme de 22 ans à un policier qui le surveillait à son arrivée au commissariat, alors qu'il venait de voler un portable à Marseille. Il a écopé de deux ans de prison ferme pour apologie d'actes de terrorisme, menaces de mort, outrages et vol aggravé. Il devra verser 500 euros de dommages-intérêts à l'adjoint de sécurité sur qui il avait d'abord craché.
"Vos bâtards de collègues de Paris, c'est bien fait pour leur gueule ! Ils n'ont qu'à crever !", a déclaré un homme à des policiers de Reims. Ce commerçant ambulant de 51 ans, déjà condamné à huit reprises (essentiellement pour des délits routiers), était interpellé en marge d'une agression avec coups de feu. Il a écopé de quinze mois de prison ferme.
Un homme de 34 ans a été condamné à quinze mois de prison ferme et une interdiction définitive du territoire. Il se trouvait au centre de rétention administrative de Vincennes quand il a approuvé à voix haute les attaques meurtrières à "Charlie Hebdo" et à la Porte de Vincennes, et a affirmé vouloir poser une bombe sur les Champs-Elysées. Il est également accusé d'avoir tenu des propos antisémites à une femme médecin.
"Je n'ai qu'une chose dans la vie, c'est de faire le djihad [...] c'est de buter des flics", a lancé un trentenaire, interpellé ivre à Paris alors qu'il fouillait une voiture. Avant d'enchaîner : "Vive Mohamed Merah", "Je suis pour ce qu'ont fait les frères Kouachi." Dans le camion de police, il aurait craché partout. Le tribunal l'a condamné à quatorze mois de prison ferme.
Un homme de 22 ans a été condamné à Nanterre à un an de prison ferme pour avoir posté sur Facebook une vidéo "dans laquelle il se moque du policier abattu sur le trottoir lors de la fusillade" à "Charlie-Hebdo", Ahmed Merabet. Le jeune homme était déjà connu des services de police pour des affaires de stupéfiants.
"Un coup de crayon et un coup de Kalach', c'est la même chose", a clamé sur Facebook un habitant de Courtalain (Centre). Âgé de 21 ans, il a publié après les attentats meurtriers des vidéos de décapitations en Syrie, l'interview téléphonique d'un des frères Kouachi, auteurs de l'attaque contre "Charlie Hebdo". En garde à vue, il a expliqué être devenu musulman radical à la maison d'arrêt de Chartres, où il purgeait une peine de deux ans ferme à force de cumuler sursis et récidive. Il a été condamné à dix-huit mois de prison, dont un an ferme.
"Sales Africains, Allah Akbar, je nique la France, les Arabes sont là", a lancé un homme de 31 ans, ivre, à destination de policiers. Il a en outre désigné l'un d'eux et affirmé : "Je vais vous fumer à la kalachnikov." Il a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à dix mois de prison ferme.
"On va tous vous niquer à la Kalachnikov. Je vais venir au commissariat pour faire comme à Paris", a signifié un homme de 22 ans à des policiers, lors d'un contrôle routier. Le tribunal de Toulouse l'a condamné à 10 mois de prison ferme.
"Les frères Kouachi, c'est que le début, j'aurais dû être avec eux pour tuer plus de monde", a annoncé un homme de 21 ans, sans emploi, dans le tramway de Toulouse. Il a écopé de 10 mois de prison ferme. Sa peine a été alourdie de deux mois par révocation d'un sursis accompagnant une précédente condamnation.
"Vive la Kalach' !", a crié un homme de 20 ans à destination d'une patrouille de police dans un centre commercial d'Orléans, avant de mimer un tir de rafale à leur encontre. Il s'est vu condamné à six mois de prison ferme.
"Je suis bien content que vos collègues se soient fait rafaler", a signifié un homme de 18 ans à des policiers de Reims. Il a été condamné à 8 mois de prison ferme.
"Ils ont tué Charlie, moi j'ai bien rigolé", a crié un homme de 28 ans à l'adresse de policiers. Selon une expertise psychiatrique, il présente "une déficience mentale légère depuis l'enfance" et une personnalité "fragile" et "immature". Le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu (Isère) l'a condamné à six mois de prison ferme. Auquel s'ajoute un mois de prison supplémentaire, le sursis d'une précédente condamnation étant révoqué.
"Ils ont eu raison à 'Charlie Hebdo', ils auraient dû tous vous tuer", a déclaré un homme à une patrouille lors d'un contrôle à Béziers. Lorsque les policiers découvrent du cannabis dans sa sacoche, il a lancé à l'une d'eux : "Je t'attendrai à la sortie avec mes copains." Déjà connu des services pour des faits de vol, de violence sur l'autorité publique et sur sa mère, il a été condamné à six mois de prison ferme, sa précédente peine d'un mois avec sursis a été révoquée, et il devra verser 500 euros à la policière menacée.
Alors qu'il était en garde à vue au commissariat de Tourcoing pour une autre affaire, un homme de 20 ans s'est énervé et a proféré de nombreuses menaces à l'encontre des policiers : "on va vous buter un par un", "tu dois plus trouver où est 'Charlie', tu dois buter un Charlie", etc. Selon les policiers, il a répété ces invectives "en boucle" pendant une heure. Déjà condamné quatre fois pour conduites sans permis, refus d'obtempérer et usage de stupéfiants, il a été condamné à six mois de prison ferme, tandis que sa précédente peine de huit mois avec sursis se voit révoquée.
"C'est jour de fête", a commenté un habitant de Castres sur Facebook à propos de la vidéo de l'assassinat du policier devant les locaux de "Charlie Hebdo", ponctuée d'un "MDR" ("mort de rire"). L'homme de 24 ans a été condamné à cinq mois de prison ferme.
"Ceux qui sont Charlie, je vous pisse dessus", a lancé un Toulousain de 19 ans sur Facebook. Alors qu'il est interpellé après un délit de fuite lors d'un banal contrôle routier, les policiers découvrent sur son téléphone plusieurs vidéos des attentats des frères Kouachi et d'Amédy Coulibaly, et à son domicile des messages sur Facebook applaudissant les attaques meurtrières. Le jeune homme, qui n'avait pas d'antécédent judiciaires, a été condamné à cinq mois de prison ferme.
"Quand je vois des bombes qui explosent et des policiers qui crèvent, je rigole", a invecté à l'encontre de policiers parisien un Marocain de 38 ans. Avant de poursuivre, en adressant un doigt d'honneur aux autorités : "Les policiers méritent de mourir, je suis le fils de Ben Laden", ou encore "Les Français de bouffeurs de porc méritent ce qui leur est arrivé". Le psychiatre qui l'a examiné souligne qu'il dit des "inepties en arborant un sourire qu'on peut qualifier de niais", semblant indiquer des problèmes psychiatriques. Il a été condamné à trois mois de prison ferme.
"Je nique les Français, je suis pro-palestinien, je veux faire le djihad et vous tuer à la kalach' sales juifs !", a hurlé un homme de 24 ans à la sortie d'une boîte de nuit à Toulouse. Il avait également publié sur son profil Facebook des photos des frères Kouachi et d'Amédy Coulibaly accompagnés de propos faisant l'apologie des attentats meurtriers. Il a été condamné à trois mois de prison ferme.
"On a bien tapé, mettez la djellaba, on ne va pas se rendre, il y a d'autres frères à Marseille", a publié sur Facebook un homme de 27 ans. Cet habitant de La-Valette-du-Var, près de Toulon, a écopé d'une peine d'un an de prison, dont trois mois ferme.
"Je suis Coulibaly. Je vais poser une bombe", a menacé une touriste à la fenêtre d'une chambre d'hôtel de Disneyland Paris. Alors que le parc d'attractions faisait l'objet de mesures de sécurité renforcées, l'ordre a rapidement été donné d'évacuer l'hôtel et un périmètre de sécurité avait été mis en place. 70 policiers ont été mobilisés pour évacuer 400 personnes pendant près d'une heure trente. Cette Marseillaise de 42 ans a ensuite prétendue être la compagne, activement recherchée, d'Amédy Coulibaly, l'auteur de la prise d'otages meurtrière de la Porte de Vincennes. Le tribunal correctionnel de Meaux l'a condamné à trois mois de prison ferme.

Les procès à venir :

"100% Kouachi", a crié à deux reprises un habitant de Nice, âgé de 18 ans. Interpellé, il lui est également reproché un geste obscène à l'encontre des policiers. Le tribunal correctionnel a renvoyé au 4 février son procès.
"Ils ont bien fait à Paris, il ne faut pas insulter le Prophète, je vais vous kalacher, les musulmans vont niquer la France", a lancé un homme de 18 ans à des policiers en gare de Cannes. Il est maintenu en détention dans l'attente de son jugement, prévu le 9 février.
"Charlie Hebdo, on vous a niqué, bande de fils de pute", a publié sur Facebook un habitant de Castres de 17 ans. Le lycéen a assumé ses propos lors de la garde à vue, se disant "très content de ce qui s'est passé à 'Charlie Hebdo' qui avait caricaturé le prophète..." Il est convoqué devant le tribunal pour enfants de Castres le 20 février prochain.
"On est les soeurs Kouachi, on va sortir les kalachnikovs", a lancé une mineure de 14 ans à des contrôleurs dans le tramway de Nantes. Le juge des enfants l'a mise en examen pour "apologie du terrorisme" et une "mesure de réparation" pénale a été prononcée à l'encontre de cette adolescente non scolarisée. L'une des jeunes filles avec qui elle voyageait, majeure quant à elle, a reçu une convocation devant le tribunal correctionnel de Nantes pour des "menaces de mort" envers les agents.
Un homme de 33 ans a été interpellé après avoir distribué au tribunal de grande instance de Lyon des tracts faisant l'apologie des attentats parisiens, alors même que l'audience concernait un homme poursuivi pour apologie d'actes de terrorisme. Les tracts provenaient du domicile d'un septuagénaire, où les enquêteurs ont retrouvé "des tampons ayant servi à la rédaction des tracts et une feuille supportant des termes faisant l'apologie d'actes de terrorisme". Les deux hommes ont été laissés libres, mais l'enquête préliminaire se poursuit.
Le polémiste Dieudonné est également visé par une enquête du parquet de Paris avoir lancé sur sa page Facebook : "Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly." Rapprocher le slogan "Je suis Charlie" et le nom du djihadiste Amédy Coulibaly, auteur de la prise d'otages au cours de laquelle quatre juifs ont été tués à Paris vendredi, "est une abjection", a réagi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Selon l'avocate Me Merav Griguer, déclarer "je me sens Charlie Coulibaly" peut aisément faire office d'apologie d'acte de terrorisme. "Les propos récemment publiés par Dieudonné font effectivement partie d'une même vague d'expression [notamment relayé avec le mot clef #JeNeSuisPasCharlie]", estime-t-elle.

Boris Manenti




Sur le web : Lassana Bathily naturalisé français


Partager
Partager sur Facebook626Partager sur Twitter90Partager sur Google+3Partager sur Linkedin3 Envoyer cet article à un ami
Réagir
12
Recevoir les alertes
Terrorisme Attentat CONDAMNATION prison attaque Christiane Taubira juge Dieudonné Djihad ferme apologie Charlie Hebdo Charlie cas Kouachi Amédy Coulibaly
A LIRE AUSSI
Viktoria Modesta : Diva amputée et nouvelle sensation pop
Viktoria Modesta : Diva amputée et nouvelle sensation pop
Be.com
Philippe Chapron, le patron du FN dans le Calvados, démis de ses fonctions
Philippe Chapron, le patron du FN dans le Calvados, démis de ses fonctions
France 3
Viktoria Modesta : Diva amputée et nouvelle sensation pop
Philippe Chapron, le patron du FN dans le Calvados, démis de ses fonctions
A ne pas manquer

Charlie Hebdo: le policier tué protégeant Charb était inquiet pour le... (L'Obs)

Ailleurs sur le web

Nouvelles caricatures de Mahomet : le malaise du monde musulman (France Inter)
Ces photographies de phénomènes étranges et incroyables observés sur... (Fayens - Actualités Buzz au quotidien)
FC Nantes FC Nantes : défait sur le Rocher (France 3)
Charlie Hebdo : l'écrivain Umberto Eco compare les jihadistes de l'EI... (Culturebox)
Comment installer un panneau solaire chez vous ? (EDF ENR)

Ukraine : Allemands, Français, Russes et Ukrainiens se réunissent mercredi à Berlin (Le Monde.fr)

Mélissa Theuriau et Jamel Debbouze "font honte à la France": en fait, ils sont exemplaires (Le Plus)
Grâce au numérique, " on vit un nouvel âge d'or de la radio " (Rue89 )
"Charlie Hebdo". Mourad Hamyd : "On a mêlé mon nom à ces crimes barbares" (L'Obs)

Recommandé par
Charlie Hebdo
Attentats : 4 complices présumés mis en examen et écroués Le compte Twitter du "Monde" piraté Lutte contre le terrorisme : que va annoncer le gouvernement ? INFOGRAPHIE. "Charlie Hebdo" : les hypocrites de la marche républicaine
Réactions (12)
jesuis pasunmouton
jesuis pasunmouton a posté le 20 janvier 2015 à 23h32

honnêtement . tous ce qu'il font c'est construire des ennemi de l'état ces personnes vont faire de la prisons pour des paroles en l'air apres il ose parler de liberté d'expression . Sans parler des probabilité nombreuse du fait qu'il suffit qu'un policier falsifie sa déposition de 2 mots et hop le placard les pauvres ...
Je réponds J'alerte
Dominique Ginesta
Dominique Ginesta a posté le 20 janvier 2015 à 23h31

L'un de ces condamnés a déclaré s'être radicalisé en prison, ça ne va pas arranger les choses à mon avis. D'autre part, les prisons étant bondées, la promiscuité qui va s'en suivre va mener à quoi ? A se radicaliser encore plus ? On sait faire de la répression mais pas de la prévention. La preuve, les auteurs des assassinats avaient déjà fait des peines de prisons pour avoir fait partie de filières jihadistes et on les a laissé sortir. Cherchez l'erreur.
Je réponds J'alerte
Yves Guezengar
Yves Guezengar a posté le 20 janvier 2015 à 21h31

"Le tribunal révolutionnaire est institué pour punir les ennemis du peuple.
Les ennemis du peuple sont ceux qui cherchent à anéantir la liberté.
La peine portée contre ce délit est la mort"
Loi du 10 juin 1794

Pourquoi cet article me fait-il penser à cette loi ?
Je réponds J'alerte
Simone Couturier
Simone Couturier a posté le 20 janvier 2015 à 21h29

Et pendant ce temps Mme Taubira veut des réductions de peine pour les récidivistes, de quoi pleurer de rire
Je réponds J'alerte
Jean Miaux
Jean Miaux a posté le 20 janvier 2015 à 20h56

DIEUDONNÉ ET L'APOLOGIE DU TERRORISME
Sujet traité en dessin sur "L'actualité en dessins" = > http://lc.cx/LAc
Je réponds J'alerte
Jean-Philippe Escarbuse
Jean-Philippe Escarbuse a posté le 20 janvier 2015 à 20h13

Je tiens à dire que je suis Charlie depuis la première heure et que je connais certains qui ne l'étaient pas. Dois-je les dénoncer?
Non, je plaisante. Mais je trouve disproportionné les peines de prison pour quelques paroles dites en état d'ivresse.
Mon analyse, c'est que le pouvoir a peur d'un raz de marée inverse et qu'il intimide. Ensuite, il montre ses muscles pour gagner le combat politique pour les prochaines élections.
Ceci dit, j'espère qu'on ne va pas en arriver a devoir jurer sur l'honneur qu'on est un vrai Charlie. Moi, je le suis depuis le début, j'ai la conscience tranquille du bons bourgeois que je suis et j'ai défilé, j'ai des témoins.
PS les policiers en faction devant je suis Charlie sont très beaux et ont l'air très sympathiques.
Je réponds J'alerte
Floriane Ropars
Floriane Ropars a posté le 20 janvier 2015 à 20h07

retranscrire ce qu'ils ont dit n'est-il pas également de l'apologie au terrorisme ??
Je réponds J'alerte
Pour réagir, je me connecte Je m'inscris
Verbes thématiques
avoir faire aller vouloir dire venir sortir rappeler trouver rendre mourir
Les plus lus

"Charlie Hebdo" : les hypocrites de la marche républicaine
Le train de vie très confortable de l'ex-président (et des autres)
Neige et verglas : 7 départements de l'ouest en alerte orange
Une liberté d'expression à 2 vitesses ? 7 questions pour comprendre
Une dizaine de personnes poignardées dans un bus à Tel-Aviv

Vidéos
Vidéos Lilian Thuram : "Pourquoi cette suspicion à l'égard des jeunes qui ne sont pas Charlie ?"

Les autres vidéos

Pourquoi l'expansion de Boko Haram au Cameroun inquiète
L'HUMEUR. Hollande n'a pas à se vanter de sa popularité record
A quoi reconnait-on un film de Larry Clark ?
La communauté juive entre inquiétude et protection militaire
Adieux à Charb : "J'ai perdu mon ombre, mon frère, un ami fidèle"
Le "gros câlin" de John Kerry à François Hollande
Mister France 2015 : "Je ne suis pas mannequin pour être beau"
"Charlie Hebdo" : de nouvelles images de la fuite des frères Kouachi
"Charlie Hebdo" : les kiosques pris d'assaut dès l'aube
"Je ne veux pas que des juifs puissent avoir peur ou que des musulmans puissent avoir honte"
Des attentats aux hommages, la semaine en 60 secondes
"JeSuisCharlie" : la chanson de JB Bullet reprise en coeur à la marche parisienne
La Marseillaise chantée devant l'Hyper cacher à Paris
Marche républicaine : revivez l'événement en musique
Les chefs d'Etats marchent à Paris pour la liberté
Marche républicaine : "Je n'avais pas défilé dans la rue depuis Mai-68"
"Paris, capitale de la résistance mondiale contre le terrorisme"
Dispositif de sécurité maximal pour la grande marche républicaine
Assauts simultanés à Dammartin et à Paris

Les diapos les plus vus

PHOTOS. Le pape François, roi de la phrase choc PHOTOS. Le pape François, roi de la phrase choc
Des pigeons aux drones : l'envol de la photo aérienne Des pigeons aux drones : l'envol de la photo aérienne
PHOTOS. En Asie, le pape François n'était pas Charlie PHOTOS. En Asie, le pape François n'était pas Charlie

Annonces automobile

FERRARI 612

FERRARI 612 - 64990 ?
ISUZU D-MAX

ISUZU D-MAX - 20500 ?

avec LaCentrale
L'Obs L'Obs
J'achète le numéro

J'achète le numéro
Je m'abonne

Assurance vie

Découvrez les meilleurs contrats d'assurance vie, avec des taux pouvant aller jusqu'à 4,05%

Notre sélection ici >>
Vidéos Société
Vidéos Société Lilian Thuram : "Pourquoi cette suspicion à l'égard des jeunes qui ne sont pas Charlie ?"

Les autres vidéos

La communauté juive entre inquiétude et protection militaire
Adieux à Charb : "J'ai perdu mon ombre, mon frère, un ami fidèle"
Le "gros câlin" de John Kerry à François Hollande
"Charlie Hebdo" : les kiosques pris d'assaut dès l'aube
Des attentats aux hommages, la semaine en 60 secondes
Porte de Vincennes : "Oui, nous espérons un avenir en France"
Marche républicaine : revivez l'événement en musique
"JeSuisCharlie" : la chanson de JB Bullet reprise en coeur à la marche parisienne
La marche républicaine, le premier défilé de leur vie
"Paris, capitale de la résistance mondiale contre le terrorisme"
Dispositif de sécurité maximal pour la grande marche républicaine
Hollande : "La France n'en a pas fini avec les menaces"
Recueillement et tristesse devant le siège de "Charlie Hebdo"
Attaque contre Charlie Hebdo : "Ce que je vois, c'est la marque de la sauvagerie"
"Je suis Charlie". Car nous sommes tous Charlie.
Attaque contre Charlie Hebdo - Philippe Val : "Il ne faut pas nous laisser seuls"
Charlie Hebdo : "Il criait 'tout le monde est mort à l'intérieur'"
A New-York, une machine à broyer les mauvais souvenirs de 2014
Retraites, chômeurs... François Rebsamen, ministre des bourdes ?

ASSURANCE AUTO

Le point sur les meilleures offres d'assurance auto du moment

Faites votre choix ici avec Faites votre choix ici avec