Mayotte :

Micros, régie, ordinateurs volés : les médias du groupe Kwézi saccagés


Publié / Actualisé
Le préjudice estimé dépasse 300 000 euros. Dans la nuit de mardi 15 à mercredi 16 mars, vers 1h du matin, des cambrioleurs ont pénétré dans les locaux de Kwézi FM et Kwézi Télévision et y ont tout saccagé et pillé. Depuis, la première chaîne de télévision privée de Mayotte a cessé d'émettre.
Le préjudice estimé dépasse 300 000 euros. Dans la nuit de mardi 15 à mercredi 16 mars, vers 1h du matin, des cambrioleurs ont pénétré dans les locaux de Kwézi FM et Kwézi Télévision et y ont tout saccagé et pillé. Depuis, la première chaîne de télévision privée de Mayotte a cessé d'émettre.

Les cambrioleurs étaient bien préparés. Les dispositifs de sécurité et le commissariat de Police situé 100 mètres plus haut, sur les hauteurs de Kawéni, ne les ont pas arrêté. Pour ne pas alerter la police, les voleurs ont pris soin de retirer les batteries de l'alarme avant de pénétrer dans les locaux de la station.

Lorsque les salariés du groupe sont arrivés le lendemain matin, ils ont découvert des salles saccagées. "Les malfrats ont tout renversé, fracassé, dérobé, emportant avec eux les éléments de la régie télévision, des ordinateurs, des écrans, des micros, mettant à nu le média qui accuse un préjudice estimé au-delà de 300 000 euros", écrit le quotidien France Mayotte Matin dans son édition de jeudi 17 mars. Mercredi matin, le personnel tentait tant bien que mal de rassembler les caméras brisées et de mettre la main sur les milliers d'heures de programmes disparus.

Depuis, la chaîne télévisée a cessé d'émettre. Actuellement, un programme est diffusé en boucle, "toujours le même", comme témoigne France Mayotte Matin dont les bureaux se trouvent dans les mêmes locaux. Etant donné le montant du préjudice, la situation pourrait, au mieux, se prolonger pendant plusieurs semaines. Mais au sein du groupe l'incertitude est forte et beaucoup doutent même de la capacité de la chaîne à se relever et à reprendre l'antenne. "Une télévision, ce n’est pas seulement du matériel, a exprimé le directeur, Patrick Milan. Il en faut, c’est vrai, mais il faut aussi de l’énergie, énormément d’énergie et aujourd’hui, c’est principalement ce qui nous a été volé. Malheureusement, cela n’a pas de prix..." A l'heure actuelle, une dizaine de salariés ont ainsi été mis au chômage partiel.

De son côté, la radio a pu continuer d'émettre, grace à un ordinateur laissé par les cambrioleurs. "La grille est cependant perturbée, il faudra plusieurs jours pour un retour à la normale", écrit France Mayotte Matin. L'émission de la Matinale devrait reprendre normalement à partir de lundi, indique le quotidien.

France Mayotte Matin et le site d'informations l'info kwezi ont plus ou moins été épargnés par les voleurs et ne subiront pas de perturbation majeure dans leur fonctionnement habituel. A noter tout de même que les podcasts, fournis par Kwézi TV seront absents du site.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !