Un immeuble de la SIDR déclaré insalubre pour 80% de ses appartements :

Saint-Denis - Les locataires des Lataniers témoignent devant la justice


Publié / Actualisé
Au tribunal de Champ Fleuri ce jeudi 7 juillet 2016, 16 des locataires de l'immeuble des Lataniers situé au Butor, ont témoigné devant le juge. Pour cause, l'immeuble a été déclaré par l'Agence régionale de santé indécent pour 80% de ses appartements. La confédération nationale du logement par son administrateur Erick Fontaine, a entamé une procédure. La SIDR doit réaliser des travaux de remise aux normes des logements jugés indécents, tandis que le bailleur social pourrait être condamné à payer des dommages et intérêts. La décision des magisrats sera rendue le 1er septembre 2016. (Photo : Salle de provisoire posée sur la terrasse d'un appartement du rez-de-chaussée. En arrière plan les bars face au lycée du Butor - Erick Fontaine, CNL).
Au tribunal de Champ Fleuri ce jeudi 7 juillet 2016, 16 des locataires de l'immeuble des Lataniers situé au Butor, ont témoigné devant le juge. Pour cause, l'immeuble a été déclaré par l'Agence régionale de santé indécent pour 80% de ses appartements. La confédération nationale du logement par son administrateur Erick Fontaine, a entamé une procédure. La SIDR doit réaliser des travaux de remise aux normes des logements jugés indécents, tandis que le bailleur social pourrait être condamné à payer des dommages et intérêts. La décision des magisrats sera rendue le 1er septembre 2016. (Photo : Salle de provisoire posée sur la terrasse d'un appartement du rez-de-chaussée. En arrière plan les bars face au lycée du Butor - Erick Fontaine, CNL).

Les locataires ont été entendus au tribunal ce jeudi. "Parfois en pleurs", les habitants des Lataniers, immeuble "de la honte" situé dans le quartier dionysien du Butor voulaient, devant la justice, montrer selon Erick Fontaine leur bonne foi à la SIDR.

Le bailleur social - dont le parc locatif (immeubles des Quatre épices, Diplômés d'Anjou, Résidence des Marjolaines) comprend plusieurs dizaines d'appartements attaqués par l'humidité et la moisissure - , aurait depuis les premières constatations démarré des travaux.  Le bâtiment des Lataniers est âgé de moins d'un an lorsque les premières infiltrations apparaissent. Les locataires concernés par les murs fissurés et autres fuites ont témoigné de l'état quand lequel se trouvait leur logement. Selon Erick Fontaine, "la SIDR s’est dit au courant de la situation en 2015 alors que les premiers courriers sont partis en 2013. Evidemment, les locataires n’ont pas pu prouver cela. Mais moi je sais que les démarches se font depuis bien longtemps. C’est scandaleux" précise t-il.

Pour l'heure, le bailleur social n'est pas condamné, puisque la décision sera rendue le 1er septembre prochain. Une injonction a été prononcée, exigeant au bailleur social de réaliser la totalité des travaux de remise aux normes d'ici 4 mois, alors que "presque rien n'a été fait" selon Erick Fontaine.

Pour Maître Patrice Selly, la condamnation future s'il y a, ne peut pas encore se chiffrer. "Les assurances ont expertisé l'immeuble, 200 000 euros de travaux ont déjà était engagés, mais la totalité n'a pas encore été réalisée. Je suis dubitatif sur les 4 mois de délai pour les terminer. Nous ne manquerons pas d'être présents à la fin de cette période pour vérifier l'état de l'immeuble" explique l'avocat au sortir du Tribunal.

Il précise également que, comme tous les immeubles concernés par ces situations d'indécence, "il faudra identifier d'où vient réellement le problème. Est-ce de la responsabilité des entreprises ? Des artisans ? De la SIDR ?" questionne t-il. Les procédures tenteront de lever le voile sur ces jeunes immeubles touchés par d'importantes infiltrations d'eau.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !