Prix de la canne - Discussions à Paris entre le ministère de l'Agriculture et Tereos :

Planteurs - Une réponse (positive) dimanche soir ou le blocage lundi


Publié / Actualisé
Une solution sera-t-elle trouvée dans le conflit opposant les planteurs et Tereos depuis plusieurs semaines sur le prix de la tonne de cannes ? C'est de Paris que viendra la réponse où des discussions ont lieu entre le ministère de l'agriculture et le groupe sucrier depuis le début du week-end. Les planteurs ont prévenu, si le groupe industriel ne démord pas de sa proposition de 2,50 d'augmentation sur le prix de la tonne de canne, ils durciront encore le ton dès lundi matin. Les transporteurs et la CGTR ont annoncé qu'ils entreraient en action à partir de ce moment là
Une solution sera-t-elle trouvée dans le conflit opposant les planteurs et Tereos depuis plusieurs semaines sur le prix de la tonne de cannes ? C'est de Paris que viendra la réponse où des discussions ont lieu entre le ministère de l'agriculture et le groupe sucrier depuis le début du week-end. Les planteurs ont prévenu, si le groupe industriel ne démord pas de sa proposition de 2,50 d'augmentation sur le prix de la tonne de canne, ils durciront encore le ton dès lundi matin. Les transporteurs et la CGTR ont annoncé qu'ils entreraient en action à partir de ce moment là

 

Seule avancée : le groupe sucrier a accepté une revalorisation de l'aide à la mécanisation. L'enveloppe réservée à cette prime passe de 200 millions à 500 millions d'euros. Le groupe industriel reste par contre campé sur sa proposition de 2,50 euros d'augmentation sur le prix de la tonne de cannes. Les agriculteurs réclament 6 euros et leurs représentants syndicaux estiment que seule une proposition à 3 euros de hausse permettra d'ouvrir une piste de solution.

En attendant une éventuelle nouvelle proposition d'augmentation du prix par Tereos, les planteurs passeront une nouvelle journée devant la préfecture. Cela fait 12 jours qu'ils sont sur place. A bord des tracteurs qu'ils ont stationné depuis 12 jours devant la préfecture, les planteurs verront peut-être Amaury de Saint-Quentin entrer dans le bâitment préfectoral. Le nouveau préfet prendra ses fonctions lundi matin.

C'est à ce moment qu'en cas de non satisfaction de leurs revendications, les agriculteurs ont décidé de monter encore le ton. C'est à ce moment la aussi que les transporteurs et la CGTR a prévu d'entrer dans l'action. La menace d'un blocage totale pèse de plus en plus

mb/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Elles sont belles vos photos en noir et blanc, j'en ai vu hier de pas mal, celle du planteur avec tendant les pièces.
Proteksolairs, Posté
Je suis petit patron et je suis en permanence sur les routes de l'île. Les routes bloquées pénalisent mon activité et je n'ai pas de rentrées d'argent la semaine dernière. Le combat que mènent les agriculteurs est un combat juste, je soutiens leur action. TEREOS perçoit 28 millions d'euros et eux rien. Je ne comprends pas les réactions de cet industriel qui veut garder tous les sous pour lui et ne rien partager avec la filière canne. C'est une honte !