Gendarme disparu à Mafate :

Gardes à vue levées pour ses compagnons de randonnée


Publié / Actualisé
Les deux amis du gendarme mobile, Mathieu Caizergues, partis marcher avec lui à Mafate, le jour de sa disparition, sortaient de garde à vue ce jeudi 27 juillet 2017 à la caserne Vérines. (Photo d'archives)
Les deux amis du gendarme mobile, Mathieu Caizergues, partis marcher avec lui à Mafate, le jour de sa disparition, sortaient de garde à vue ce jeudi 27 juillet 2017 à la caserne Vérines. (Photo d'archives)

 

Suite à leur audition, le procureur de Saint-Denis, Éric Tuffery, ouvrait une information judiciaire pour "non assistance à personne en danger" Les investigations vont continuer sous l’autorité d’un juge d’instruction. Le magistrat devrait les convoquer en vue d’une mise en examen. Lors des interrogatoires, les enquêteurs s’attachaient à savoir pourquoi ces deux hommes avaient mis autant de temps avant de prévenir les secours.

Une question pour l’instant sans réponse avec leurs déclarations confuses. L’un d’eux est l’époux d’une gendarme de la brigade territoriale de La Possession. Là où travaillait Mathieu Caizergues. Le second occupe la fonction d’adjudant-chef à la compagnie de la gendarmerie de Saint-Paul. Le vendredi 23 juin 2017, le duo se trouvait en compagnie de Mathieu. Tous les trois remontaient depuis Mafate vers le Maïdo.

De retour au point de départ, peu après 17 heures, le gendarme mobile manquait à l’appel. Ses deux compagnons donnaient l’alerte peu après 20 h 30. Que s’est-il passé dans ce laps de temps ? Les investigations tenteront d’élucider ce mystère.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Rando, Posté
On entend souvent parler d''interrogatoire "musclé" lors d'auditions de suspects... Dans cette malheureuse affaire, les enquêteurs et les "accusés" sont collègues, éventuellement potes...Pourquoi avoir attendu UN MOIS pour cette garde à vue ? Si les deux compagnons du jeune homme disparu ont effectivement quelque chose à se reprocher, ils ont eu tout le temps de peaufiner leur version des faits... Reste qu'on peut leur faire subir des analyses de sang pour détecter une éventuelle présence de cannabis, analyser les vêtements qu'ils portaient le jour de la disparition ( traces de sang éventuelle), analyser leurs voitures pour vérifier si un corps aurait été transporté... Si ça existe dans les séries télé, pourquoi pas dans la réalité ? On a bien fait venir un chien de métropole et dépensé des milliers d'euros en heures de vol d'hélico, de drônes etc. A bon entendeur !