MENU

Présidence du Département :

Cris et chuchotements, espoirs déçus et rêves envolés...


Posté par
Une quinzaine de jours est désormais passée depuis les élections sénatoriales. Ont été élus sénateurs trois candidats de la liste de l'union de la droite, à savoir Nassimah Dindar, Jean-Louis Lagourgue, Viviane Malet. La tête de liste de l'alliance entre le PS et le LPA, Michel Dennemont, a également remporté une place au Palais Luxembourg. Concernée par la loi de non-cumul des mandats, Nassimah Dindar devra céder son siège de présidente du Département. Reste donc à savoir qui va lui succéder. Les élections sont prévues pour début novembre. Comme à chaque scrutin se mêlent et s'entremêlent discussions, tractations, chuchotements, cris, espoirs déçus et rêves envolés...
Une quinzaine de jours est désormais passée depuis les élections sénatoriales. Ont été élus sénateurs trois candidats de la liste de l'union de la droite, à savoir Nassimah Dindar, Jean-Louis Lagourgue, Viviane Malet. La tête de liste de l'alliance entre le PS et le LPA, Michel Dennemont, a également remporté une place au Palais Luxembourg. Concernée par la loi de non-cumul des mandats, Nassimah Dindar devra céder son siège de présidente du Département. Reste donc à savoir qui va lui succéder. Les élections sont prévues pour début novembre. Comme à chaque scrutin se mêlent et s'entremêlent discussions, tractations, chuchotements, cris, espoirs déçus et rêves envolés...

 

C'est que l'enjeu est de taille. Il s'agit de présider une collectivité disposant d’un budget de 1,56 milliard d’euros avec une bonne part consacrée au social. Une compétence d'une importance extrême dans un département où 343 000 personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Le tout attise bien des convoitises et na domoun i san zot kor, dit-on en créole

Ce qui est le cas à droite de Jean-Claude Lacouture, maire et conseiller départemental de l'Etang-Salé. Avant les sénatoriales, il affirmait à qui voulait l'entendre ne pas du tout être intéressé par la présidence du Département. Mais le dimanche soir 24 septembre, visiblement transporté par la victoire de la droite au soir du scrutin pour le sénat, il affirmait avec la même conviction "si mes amis me demandent de prendre la présidence, je ne pourrais pas refuser, je ne me déroberai pas…" "

- Pas de casseroles -

Dans "ses amis", le maire de l'Etang Salé semblait compter fermement sur Didier Robert, le président du conseil régional et beaucoup moins sur Patrick Mallet, maire et conseiller départemental de Saint-Louis ou Cyrille Melchior, conseiller départemental de Saint-Paul et premier vice président du Département.

Ce dernier aurait le soutien de Nassimah Dindar, présidente sortante du conseil départemental. Il a surtout la réputation de bien connaître ses dossiers, de maitriser les affaires du palais de la Source et de n'avoir aucune casserole à traîner. Ce qui est suffisamment rare par les temps qui courent et qui pourrait bien contribuer à faire de lui l'homme du consensus.

Ainsi le soutien de Joseph Sinimalé, le maire de Saint-Paul, et avec lui bon nombre de droite de sa zone géographique, serait déjà acquis. "Ces élus se disent que le tour de Saint-Paul est venu et qu'il est grand temps qu'un Saint-Paulois préside aux affaires du Département" commente-t-on dans cette mouvance.

Acquis également le soutien de Jean-Paul Virapoullé. Assuré d'obtenir la première vice présidence de la Région laissée vacante par Jean-Louis Lagourgue et n'ayant pas de visée particulière sur le Département, il devrait se ranger derrière un candidat consensuel,  Cyrille Melchior par exemple.
Et si Michel Fontaine, maire et ex sénateur de Saint-Pierre aurait regardé d'un œil très favorable la candidature de Patrick Mallet, il ne serait plus tout à faire dans le même état d'esprit.

- "Pas l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette" -

D'abord parce que Patrick Mallet lui même aurait changé d'avis, en raison des risques de déstabilisation que sa démission de son poste de maire ferait courir à la majorité municipale saint-louisienne. "Et ensuite parce que entre la prise de position de Nassimah Dindar et celle de Michel Fontaine, il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette" croit savoir un élu de l'ouest.

Une manière de dire que la présidente sortante du Département et le maire de Saint-Pierre s'entendront sur une seule et même candidature.
Laquelle ferait face à celle de Jean-Claude Lacouture soutenu, en tout cas au moins jusqu'à la fin de la semaine dernière par Didier Robert. Depuis, il a rencontré à Paris Nassimah Dindar et Michel Fontaine. Un seul point à l'ordre du jour de cette rencontre en terrain neutre : arriver à s'entendre sur le nom d'un seul et unique candidat.

Car même si la gauche et le LPA ne sont en mesure de faire le jeu, ils peuvent parfaitement l'arbitrer et présenter deux candidats peut s'avérer extrêmement périlleux pour la droite.

"Sincèrement, la candidature de Jean-Claude Lacouture me semble bien compromise, car le soutien que lui apporte le président pourrait être handicapant au final" note un proche de la majorité régionale. "Certains pourraient être rebutés à l'idée de créer une assemblée unique avant l'heure en élisant un président de Département trop proche de la Région" dit le même interlocuteur.

- "Particulièrement contrarié" -

Du coup "Didier Robert peut bien taper du poing sur la table, il a en face de lui deux poids lourds qui ne se laissent pas intimider. Ils l'ont déjà prouvé lorsqu'il s'est agi de monter la liste des sénatoriales" glisse avec lucidité ce proche de la majorité régionale.

La liste qui été présentée "était tout sauf celle que voulait le président de Région" poursuit la même source. "Et comme elle a fait un carton presque plein aux sénatoriales, Didier Robert ne peut pas critiquer grand chose" ajoute-t-on. Un élu du nord renchérit "depuis cette élection il est plus placé en situation de suiveur que de meneur".

Ce qui aurait le don de profondément irriter le président de Région. "D'autant qu'il a le sentiment qu'on le place devant le fait accompli" explique-t-on toujours de source proche la majorité régionale. Ainsi différents témoins rapporte "la grande agitation" de Didier Robert lorsqu'il a appris dans la presse du lundi suivant les sénatoriales que Nassimah Dindar avait recruté en tant que directeur de Cabinet Julien Hoarau, ancien attaché parlementaire de Michel Fontaine.

"Il a eu l'air particulièrement contrarié, très agacé et même tracassé" dit-on. Visiblement il n'avait pas anticipé cette nomination et certains autour de lui ont carrément interprété ce recrutement comme "un acte de guerre". Peut-être "parce qu'ils pensaient qu'un ou une proche de la majorité régionale serait nommé à ce poste de tout temps stratégique et encore plus en période d'élection pour la présidence de Département, surtout lorsque l'on défend une candidature" analyse l'élu du nord.

On devrait savoir maintenant très rapidement si les trois ténors de droite sont parvenus à un accord en vue de soutenir un candidat unique. Les discussions, tractations, chuchotements et cris sont en train de se terminer. On devrait donc savoir rapidement si les trois ténors de droite sont parvenus à un accord.

L'heure de la satisfaction pour les uns, des espoirs déçus et des rêves envolés pour les autres sera alors venue…

mb/mp/www.ipreunion.com (mis en ligne le jeudi 5 octobre 2017 à 3 heures)

 

   

6 Commentaire(s)

Au armes, Posté
Tout ça pour La madame de Monsieur
CHABAN , Posté
La droite a trouvé une bonne tête de gondole. Son rôle s'arrête là enfin il s'occupe des fêtes, des petits fours....

La stratégie est menée par le maire de St Pierre et les autres suivent.
Pilleurs et assoifés de pouvoirs et de fric, Posté
On a tous (ou presque) lu les éditos de Tillier concernant les "affaires" de l'Etang-Salé...
Vite assez-moi un sac à vomi
Paul(pjhac@yahoo.fr), Posté
Cyrille Melchior me semble être le mieux à même de remplacer Nassimah Dindar à la présidence du Département pour plusieurs raisons :
.il a une longue expérience au sein de l'exécutif du conseil départemental, de la commune de St Paul,du TCO et de la CIVIS (en qualité de cadre territorial )
.ses qualités personnelles(empreintes de modération,bon sens et simplicité) et de dirigeant sont reconnues ,et notamment par Nassimah Dindar et Michel Fontaine
.il représente également la grande region ouest non choisie par la droite pour les sénatoriales
.ses concurrents cités -Patrick Malet et Jean-Claude Lacouture- sont maires respectifs de St Louis et Etang Salé- et l'un ou l'autre élu aboutirait à un nouveau magistrat alors que chacun est concerné par des affaires de justice pendantes ce qui destabilise deja leur conseil municipal.En outre,pour St Louis ce serait le 3 ème maire de la mandature !
Alors,donnez sa chance à M.Melchior,1er vice président du Conseil Départemental il a les atouts pour achever la mandature en qualité de président.
TAGOUN, Posté
Et dans toute cette tambouille ! l'intérêt des réunionnais est il pris en compte ? j'en doute ! écœurant.......
Madouala, Posté
Il faut trouver un ti place bordage pour corine Peyron surtout, car là loi Macron y veut plus d’elle au conseil régional. Ça même lu énervé car il faut place à elle mais elle y gagne pas faire La pluies et le beau temps au conseil départemental