Cour d'appel de Paris :

Thierry Robert condamné pour harcèlement sexuel et moral


Publié / Actualisé
Selon une information publiée par lepoint.fr ce vendredi soir 23 février 2018, Thierry Robert, député LPA de Saint-Leu, a été condamné par la cour d'appel de Paris à verser 40 0000 euros de dommages et intérêts à son ex assistante parlementaire pour harcèlement sexuel et moral et rupture abusive de contrat
Selon une information publiée par lepoint.fr ce vendredi soir 23 février 2018, Thierry Robert, député LPA de Saint-Leu, a été condamné par la cour d'appel de Paris à verser 40 0000 euros de dommages et intérêts à son ex assistante parlementaire pour harcèlement sexuel et moral et rupture abusive de contrat

"Les hommes réunionnais sont " très chauds ", " je t'emmènerai sur ma moto à La Réunion, tout le monde croira que tu es ma maîtresse ", " tu es sexy "… En 2013, assistante parlementaire de Thierry Robert (...) en a eu marre du harcèlement de son employeur et a décidé de l'assigner en justice. Le 15 février dernier, la cour d'appel de Paris a condamné l'élu à lui verser d'importants dommages et intérêts : 10 000 euros pour harcèlement sexuel, 10 000 euros pour harcèlement moral, et 20 000 euros pour rupture abusive du contrat" écrit lepoint.fr.

Selon le site d'informations, les faits se passent entre le 1er septembre 2012 et le 30 octobre 2013. Ce jour-là, Thierry Robert demande "brutalement" son assistante parlementair'e de quitter son bureau à l'Assemblée nationale et lui signifie sa mise à pied. "Très affectée, tombe en arrêt maladie avant de saisir les prud'hommes quelques mois plus tard. La collaboratrice réclame le paiement de ses heures supplémentaires et se plaint de l'attitude déplacée du député à son égard" écrit le journal. "L'assistante lui reproche également cette remarque humiliante lâchée publiquement lors d'une réunion au ministère du Tourisme en septembre 2013 : Mais à quoi vous servez ? Vous faites de la présence, c'est ça ?" dit encore lepoint.fr.

Toujours selon le site d'informations "plusieurs personnes ont également écrit, dans une attestation donnée à la justice, que Thierry Robert demandait régulièrement à son assistante de porter des jupes".Condamné par la cour d'appel de Paris à verser de lourdes indemnités à Marie (plus de 46 000 euros), Thierry Robert a également été condamné à verser son autre assistant parisien, plus de 34 000 euros.

"Contacté, l'avocat de Thierry Robert ne souhaite pas faire de commentaire. Quant au député, il n'avait pas répondu à nos sollicitations à l'heure de publication de cet article" souligne lepoint.fr.

A noter par ailleurs que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a annoncé ce lundi  12 février 2018 avoir saisi la justice de la déclaration de patrimoine de fin de mandat du député saint-leusien Thierry Robert (LPA), en raison d'un "doute sérieux" lié à "l'omission d'une partie substantielle du patrimoine". Dans un communiqué publié en fin de soirée Thierry Robert s'étonne de ce que "malgré tout, la HATVP a décidé de saisir à nouveau le procureur" alors qu'il "vient de classer sans suite ce dossier" sur le patrimoine

Lire aussi : La Haute autorité pour la transparence saisit la justice sur le patrimoine de Thierry Robert
 

Thierry Robert a aussi été rappelé à l'ordre en novembre 2017 par le président de l'Assemblée nationale François de Rugy (LREM) pour l'utilisation de son statut de député dans le cadre d'activités privées. Il s'était conformé aux recommandations de la déontologue, en retirant la publicité d'une de ses sociétés immobilières sur son compte Facebook où il s'affiche député.

Lors de la précédente législature, la HATVP avait aussi alerté l'Assemblée nationale et la Chancellerie sur la situation de Thierry Robert, dont les fonctions dans plusieurs sociétés immobilières auraient pu être incompatibles avec son mandat. Le Conseil constitutionnel, saisi, avait décidé fin janvier 2016 que ce député pouvait continuer d'exercer en parallèle ses fonctions dans ces sociétés.

En mai 2017 en exécution d'une décision de justice, les indemnités parlementaires deThierry Robert ont été saisies et versées aux clients qui s'estiment floués dans l'achat d'une résidence des Avirons que le député-maire de  Saint-Leu leur a vendu.

Lire aussi l'Assemblée nationale prend acte de la demande de saisie des indemnités de Thierry Robert

Thierry Robert, 40 ans, a annoncé le vendredi 26 janvier 2018 qu'il serait candidat à la présidence de la Région en 2021.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Kosmos, Posté
héhé c est à la mode. . le harcèlement sexuel. . et ci c est vrai. . ben foute en prison ..
CHABAN, Posté
Et bien et bien !