"Nuits sans lumière" :

Des cartes pour visualiser les lieux d'échouage des pétrels


Publié / Actualisé
Cette année, du jeudi 5 au dimanche 29 avril 2018 aura lieu la 10ème édition des "Nuits sans lumière". Cette opération de sensibilisation sur l'impact négatif de la pollution lumineuse intervient durant la période d'envol des pétrels où le risque d'échouage est très élevé. La société d'études ornithologiques de La Réunion (SEOR) a effectuée une étude sur les zones d'échouage massif des pétrels. Elle publie des cartes corrélant la pollution lumineuse des villes de La Réunion et les lieux d'échouage des pétrels de Barau. Ces données ont pour but d'aider davantage les communes en précisant les zones où la pollution lumineuse est la plus impactante pour les pétrels au sein même de leur territoire.
Cette année, du jeudi 5 au dimanche 29 avril 2018 aura lieu la 10ème édition des "Nuits sans lumière". Cette opération de sensibilisation sur l'impact négatif de la pollution lumineuse intervient durant la période d'envol des pétrels où le risque d'échouage est très élevé. La société d'études ornithologiques de La Réunion (SEOR) a effectuée une étude sur les zones d'échouage massif des pétrels. Elle publie des cartes corrélant la pollution lumineuse des villes de La Réunion et les lieux d'échouage des pétrels de Barau. Ces données ont pour but d'aider davantage les communes en précisant les zones où la pollution lumineuse est la plus impactante pour les pétrels au sein même de leur territoire.

Comme chaque année, la Société d’études ornithologiques de La Réunion renouvelle l’opération "Nuits sans Lumière ". Durant ces nuits, l’éclairage public est éteint dès 18 heures.Les dates arrêtées pour ces nuits correspondent au calendrier prévisionnel d’envol des jeunes pétrels de Barau qui quittent leur nid pour gagner la mer.

Ce calendrier montre que la période sensible s’étend de début avril à fin mai.  Une période durant laquelle la pollution lumineuse est un fléau pour les pétrels. La SEOR recommande une extinction totale des lumières artificielles durant la période allant du 7 avril au 1er mai.

- Une base d’informations géographiques pour mieux cibler les communes sensibles -

Depuis 2012, les échouages de ces oiseaux sont pointés précisément (à la rue près) par le personnel du Centre dans le logiciel Google Earth à partir des éléments d'adresse communiqués par les découvreurs de l'oiseau. Grâce à ce système, en 2017, 80% des oiseaux pris en charge ont été localisés avec une grande précision, soit 2183 individus.  Une meilleure localisation permet une prise en charge rapide pour sauver l’animal mais aussi l’identification des zones à risque.
Toutes ces données  sur les lieux d’échouage des pétrels ont permis à la SEOR de renseigner un système d’informations géographiques précis qui a pris la forme d’une carte.

Localiser les lieux d'échouage des pétrels

Les études du SEOR sur les trajectoires des pétrels ont mis en avant une corrélation entre les sites de pollution lumineuse et les lieux d’échouage massif des oiseaux.
Cette étude révèle que la carte des zones d’échouage massif des pétrels et la carte des zones de pollution lumineuse se superposent.

Répartition géographique de la pollution lumineuse

Grâce à ces données, le SEOR peut faire un bilan des échouages et classer les communes de l’île en fonction d’un niveau d’enjeu écologique. Les communes les plus touchées par la pollution lumineuse font l’objet d’une campagne de sensibilisation plus poussée.

À l'occasion des "nuits sans lumières" plusieurs évènements de sensibilisation sont programmés sur toute l'île. Le programme est à retrouver sur le site de nuits sans lumière.


Pour rappel, c’est durant le mois d’avril que les jeunes pétrels et puffins – petits oiseaux de mer (et de temps en temps quelques adultes) se retrouvent, en grand nombre, désorientées par la pollution lumineuse qui s’étend de plus en plus sur le territoire réunionnais. Une fois tombés au sol, avec leurs grandes ailes, ils sont incapables de redécoller seuls.  Ils risquent alors de mourir de faim, de soif ou d’être mangés par des animaux errants (chiens ou chats) ou de se faire écraser sur les axes routiers.  Chaque année, la SEOR prend en charge et soigne entre 2300 et 2800 pétrels et puffins. Ces campagnes d’extinctions des lumières artificielles sur les communes de l’île permettent de préserver les jeunes individus d’une espèce en danger d’extinction.

sjb/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !