La mairie de Saint-Paul a pris un arrêté d'interdiction :

Hermitage - Les soirées musicales de la Bobine sont interdites


Publié / Actualisé
"Les rassemblements de personnes aux abords immédiats (moins de 100 mètres) du restaurant La Bobine (plage de l'Hermitage - ndlr) sont interdits. L'organisation de tout événement festif (soirées musicales) par cet établissement est également interdite au-delà de 22h00" annonce la mairie de Saint-Paul ce mercredi 8 août 2018. Cet arrêté d'interdiction a été pris alors que plusieurs associations anti-paillotes réclament à l'Etat et à la mairie de Saint-Paul la fermeture immédiate des restaurants de plage.
"Les rassemblements de personnes aux abords immédiats (moins de 100 mètres) du restaurant La Bobine (plage de l'Hermitage - ndlr) sont interdits. L'organisation de tout événement festif (soirées musicales) par cet établissement est également interdite au-delà de 22h00" annonce la mairie de Saint-Paul ce mercredi 8 août 2018. Cet arrêté d'interdiction a été pris alors que plusieurs associations anti-paillotes réclament à l'Etat et à la mairie de Saint-Paul la fermeture immédiate des restaurants de plage.

C'est à la suite des tensions qui ont lieu ce jeudi soir 9 août 2018 aux abords de la Bobine que la mairie a pris la décision d'interdire les soirées musicales de ce restaurant. Ce soir là les Papangues Réunionnais en colère soutenus par le collectif de défense du domaine public maritime (DPM) étaient allés protester contre le bruit provenant d'une soirée organisée par ce restaurant. Injures et noms d'oiseaux avaient volé bas et les choses avaient failli dégénérer.

Lire aussi : "Téléphoner et écrivez massivement à l'Etat" pour réclamer la fermeture des paillotes

La gendarmerie était intervenue et avait dressé un procès verbal suite aux faits. La mairie de Saint-Paul s'est appuyée sur ce document et sur le courrier du collectif de défense du DPM se plaignant des nuisances sonores pour prendre son arrêté d'interdiction.

La commune considère en effet que "les faits (dommage aux biens et menaces aux personnes) et surtout les jets de projectiles constatés le jeudi 2 août dernier à l’occasion de la soirée musicale organisée de manière hebdomadaire par le restaurant la Bobine (...)" et que "dans le contexte actuel, les rassemblements de personnes aux abords immédiats de ce restaurant comme les évènements festifs organisés en son sein sont de nature à causer des troubles graves à l’ordre public". 

La mairie estime que ces faits sont susceptibles de compromettre la sécurité des personnes et, notamment, de ses salariés et de sa clientèle" et "qu’aucune mesure autre que l’interdiction des rassemblements de personnes a abords immédiats du restaurant et des manifestations festives s’y prolongeant au-delà de 22 heures, n’est de nature à faire obstacle aux dangers" pour "la sécurité des personnes et des biens".

D'où l'interdiction de tout "rassemblement de personnes aux abords immédiats (moins de 100 mètres) du restaurant la Bobine" et de "tout évènement festif (soirées musicales)" organisé par ce restaurant au-delà de 22 heures.

Cette décision satisfara sans doute les associations anti-paillotes. En effet, dans un courrier adressée ce mardi au préfet et au maire de Saint-Paul, le collectif de défense du domaine public maritime (DPM), es Réunionnais en Colère et les 100 Papangues, notamment, réclamaient une fois de plus la fermeture rapide des paillotes installées sur la plage de l'Hermltage. "Nous estimons avoir été suffisamment patient dans la recherche de solution pour libérer le DPM et respecter les lois" " écrit le collectif. "Nous disons stop, les vacances sont terminés, la cloche a sonné nous ne pouvons accepter que la situation perdure plus longtemps" s'exclamaientt-ils ensuite.

Lire aussi : Hermitage - Les anti paillotes mettent en garde : "les vacances sont finies"

Les anti paillotes avaient qualifié leur courrier de "relance sympathique" mais avaient ajouté "vous comprendrez bien que depuis le 1er juillet 2018, l’incompréhension s’est installée et que l’inaction laisse place à la colère". Ils avaient terminé en disant attendre des "signes forts".

Ce que semhle avoir donné la mairie de Saint-Paul.

Pour rappel, plusieurs procédures judiciaires et administratives sont en cours pour obtenir une décision sur la fermeture ou non des paillotes

www.ipreunion.com


 

   

1 Commentaire(s)

Alain, Posté
ENFIN
La lenteur de réflexion à la mairie de St Paul et effarent, tout à l'image de son premier magistrat