Saint-Paul :

Piétonnisation à l'Hermitage : polémique et confusion


Publié / Actualisé
Jusqu'ici, tout roulait, le projet d'aménagement de la zone boisée de l'Hermitage suivait son cours sans faire de vague. Puis coup de théâtre, ce lundi 3 septembre 2018, Karl Bellon, le porte-parole du Collectif de défense du Domaine Public Maritime (DPM) rend public un courrier envoyé par la mairie de Saint-Paul. Une phrase fait grand bruit, l'édile écrit " je confirme mon engagement (...) de ne pas rendre piétonnes les voies d'accès à cette zone et renforcer la création de parkings ". Alors là, emballement médiatique, chacun y va de son analyse, il y a les pour, les contre, la polémique et la confusion s'installent... Etat des lieux
Jusqu'ici, tout roulait, le projet d'aménagement de la zone boisée de l'Hermitage suivait son cours sans faire de vague. Puis coup de théâtre, ce lundi 3 septembre 2018, Karl Bellon, le porte-parole du Collectif de défense du Domaine Public Maritime (DPM) rend public un courrier envoyé par la mairie de Saint-Paul. Une phrase fait grand bruit, l'édile écrit " je confirme mon engagement (...) de ne pas rendre piétonnes les voies d'accès à cette zone et renforcer la création de parkings ". Alors là, emballement médiatique, chacun y va de son analyse, il y a les pour, les contre, la polémique et la confusion s'installent... Etat des lieux

Finalement, piétonnisation du site ou pas? Difficile d’avoir une réponse claire.  Certaines voix s’élèvent et remettent en cause la crédibilité de la source de l’information : le Collectif de défense du DPM. " Comment ce Collectif qui prône la protection du Domaine Public Maritime peut-il se réjouir qu’à la place, on y mette un parking ? "

Puis une voix a fini par couvrir les autres, celle de Virginie Péron, déléguée à la politique environnementale à la mairie de Saint-Paul. Jusqu’ici, l’élue faisait partie de la majorité. Aujourd’hui rien n’est moins sûr. Dans les colonnes du Quotidien, Virginie Péron s’épanche "je songe à démissionner et de toute façon, je ne vais plus au Conseil municipal".

Contactée par Imaz Press, l’élue qui gère le dossier depuis trois ans se fait pourtant catégorique. "Il est hors de question que je laisse tomber ce projet en l’état, c’est à dire avec la piétonnisation". "Elle ajoute menaçante : "si le Maire va à l’encontre du projet validé à deux reprises par le Conseil municipal, c’est sa responsabilité et il va falloir qu’il s’en explique".

Une source proche de la majorité muncipale indique pour sa part : "en l’état, le projet de piétonnisation a été arrêté car il ne rencontrait pas l’adhésion de toute la population, le Maire a donc décidé d’échanger avec ses administrés avant de prendre une quelconque décision".

Cette même source explique que de nombreuses personnes se seraient plaintes de la difficulté à transporter marmailles, marmites, personnes âgées et/ou porteuses de handicaps depuis le Jardin d’Eden (ndlr lieu d’arrêt des voitures dans le projet de piétonnisation) jusqu’à la plage de l’Hermitage.

Un projet devait pallier cela. Des navettes gratuites du TCO. "Un projet prévu mais pas encore débattu, ni même budgétisé pour le moment " commente-t-on de même source.

Quant à la prise de position de Virginie Péron, un élu de la majorité muncipale tranche : "que l’élue à la politique environnementale se soit sentie exclue de la prise de décision, c’est une chose mais cela reste la décision du maire".

Lire aussiSaint-Paul : la végétalisation de l'arrière plage expliquée aux saint-paulois

Dans la polémique soulevée par la suspension du projet de végétalisation, deux autres engagements pris par le mairie de Saint-Paul dans son courrier du lundi 3 septembre sont passés plus ou moins inaperçus.

D'une part le projet de revégétalisation de l’espace de l’Hermitage est maintenu et 4000 arbres seront replantés sur le DPM une fois que les paillotes auront quitter les lieux.

D'autre part, Joseph Sinimale a annoncé que l’idée d’implanter des rondavelles est totalement abandonnée. "C’est là un signal fort en direction de la population. Des rumeurs courraient, certains s’inquiétaient de voir les paillottes délogées (ndlr à cause de la fin de l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public et maritime ) venir occuper les rondavelles. Aujourd’hui, il n’en est plus question et ce n'est pas rien" souligne une élue de la majorité municipale.

Lire aussiHermitage - La préfecture va verbaliser la Bobine pour des travaux non autorisés

Le projet de piétonnisation est donc suspendu. Reste à savoir que qu'il adviendra de l’enveloppe de 3,7 millions d’euros alloués initialement par l'Europe pour financer la revégétalisation et la piétonnisation. Ne pas réaliser une partie du projet pourrait remettre en cause ce financement, sauf nouvelle évolution du dossier...

fh/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Babeuf, Posté
Oui à la zone piétonnière mais pas uniquement!
Une solution :un petit parking dépose minute comme sur certains aéroports pour le matériel et les handicapés.
Autorisation pour 10 minutes gratuites et plusieurs dizaines d'euros de pénalisation pour ceux qui dépassent les 10 minutes..
le véhicule quitte le parking et va se garer sur les emplacements autorisés.
Kalmazot, Posté
À Saint Paul il n’y a plus d’adjoint à l’amenagement du territoire, dans votre article on comprend que l’adjointe chargée de l’environnement est presque démissionnaire. L’adjoint de Saint Gilles qui devait régler le problème requin en 6 mois est devenu invisible... Saint Paul ville Sini-strée. Sûr que SERAPHIN va soulever tous ces problèmes au conseil municipal aujourd’hui.