Didier Robert, Samuel Mouen, Jean Bernard Caroupaye et Jean-Luc Poudroux :

Kapés ou kapons ?


Publié / Actualisé
Depuis le début du mouvement le 17 novembre dernier, une crise sociale sans précédent secoue La Réunion. De nombreux citoyens s'alarment des inégalités, des taxes, de la vie chère et du chômage. Après treize jours de blocage et de manifestations, de nombreuses personnalités se sont, de par leurs comportements ou leurs prises de positions, retrouvées discréditées ou disparues.
Depuis le début du mouvement le 17 novembre dernier, une crise sociale sans précédent secoue La Réunion. De nombreux citoyens s'alarment des inégalités, des taxes, de la vie chère et du chômage. Après treize jours de blocage et de manifestations, de nombreuses personnalités se sont, de par leurs comportements ou leurs prises de positions, retrouvées discréditées ou disparues.

Didier Robert douze jours de dur labeur ... invisibles

C'est avec une grosse angoisse que nous posons cette question : mais où est passé Didier Robert notre bien aimé président de Région ? Douze jours que nous nous posons cette très stressante question. Notre panique est d'autant plus grande que nous avons appris par notre Président de la République lui-même, que le président de Région et sa famille ont été menacés de mort, il a été impossible de recouper l'information, personne ici à la Réunion n'en ayant été informé. Nous avons commencé à être un tantinet rassuré mardi par a parution d'un communiqué qu'émotion aidant il a oublié de nous transmettre, il disait avoir abattu onze jours de dur labeur au cours desquelles il a obtenu le gel de la taxe carburant votée par lui et sa majorité en décembre dernier. Mais ce mercredi, de Didier Robert il n'y point eu et notre angoisse est subitement remonté. Réunionnais, Réunionnaise mobilisons-nous afin de retrouver notre "chère" président.

Jean Bernard Caroupaye : le bloqueur bloqué

Au début du mouvement, les gilets jaunes ont appelé les transporteurs à rejoindre le mouvement afin de soutenir les revendications et ajouter du poids (lourds) à la médiatisation des actions. C'est par un communiqué laconique envoyé par mail qu'on trouve une réponse bien surprenante pour celui qui est prompt à bloquer les routes à la moindre occasion pour obtenir satisfaction de ses revendications. Nous citons : "Les professionnels de la route sont satisfaits que dans ce soutien, la collectivité régionale permet d’atténuer les tensions sur les prix et qu’elle n’oublie pas les familles réunionnaises avec le dispositif de chèque carburant prévue en janvier 2019"

Pourtant, coup de théâtre vendredi 23 novembre, le président de la Fédération Nationale des Transports Routiers de la Réunion (FNTR) intervenait chez nos confrères de Réunion 1ère dans l'édition de 12h30. Il déclare : "Aujourd'hui c'est pas Jean Bernard Caroupaye en tant que président du FNTR ni élu de la CCI qui vous parle, c'est moi en tant que citoyen du peuple je me sens concerné". Pourtant Pascal Souprayen, le présentateur du journal lui fait remarquer "... est-ce que M. Caroupaye est en train de retourner sa veste ?" voici sa réponse :

Les gilets jaunes n'ont semble-t-il pas digéré cet épisode. Lundi dernier, ils ont stoppé le véhicule du président de la FNTR au barrage de Gillot.

Nous attendons avec impatience les déclarations de M. Caroupaye implorant le soutien du peuple réunionnais lors d'un "probable" prochain blocage organisé par les transporteurs.

Samuel Mouen et la tomate

L'inénarable et improbable Samuel Mouen du collectif 974 a dès le début du mouvement rassemblé ses troupes (2 ou 4 individus) afin de soutenir le mouvement des gilets jaunes. Nous l'avons croisé le vendredi 16 novembre à la sortie de la route du littoral afin de donner des tracts pour donner rendez-vous aux citoyens le samedi 17 novembre 2018 à 10h devant la préfecture. Un appel contre la hausse des taxes sur les prix des carburants, le matraquage fiscal, la vie chère et les monopoles. Pourtant les avis divergent quant à son implication sur ce mouvement citoyen. Nous avons remarqué des commentaires pas très positifs à son égard lors de notre live hier lors des échanges avec la ministre Annick Girardin à la préfecture, voici quelques-uns de ces commentaires (nous censurons volontairement les propos bien plus virulents à son encontre et non le gouvernement comme le laisse entendre certains internautes) :

Mais c'est à sa sortie de cette réunion que le désaveu a été le plus fort. Hué par les gilets jaunes lorsqu'il s'est approché de la barrière, une tomate a surgit de la foule pour s'écraser sur sa chemise blanche. Et voilà Samuel Mouen fortement en colère. Après avoir ramassé la tomate et l'avoir mise dans sa poche (véridique, tomates i cout'cher marmay), il a visiblement mal supporté la tentative d'interview d'un confrère. Il lui a donc arraché le micro et l'a jeté au sol à deux reprises ... colérique le M. Mouen.

 

Jean-Luc Poudroux

Et pendant ce temps-là, Jean-Luc Poudroux le député de la septième circonscription a bien publié deux communiqués le 19 novembre et le 21 novembre, mais depuis silence radio (pour notre rédaction en tout cas). Les "méchantes langues" diront qu'il est mieux caché que son compte en Suisse.

jb/www.ipreunion.com

   

8 Commentaire(s)

Soleil, Posté
Je pense que dans plusieur secteur d'activité les français ont mare, mare de n'avoir pas assez ètait ècouter, nous voulons juste être respecter et nous voulons avoir notre place dans notre pays.
Ciceron, Posté
Et les Sinimalé, Marouvin, veleyen, ...les amis de pharaon OU SONT ILS ? AUX SEYCHELLES ?!
Lambda , Posté
Pour savoir où est Didier Robert, je vous conseille d'appeler M. Tellier : c'est "son ami " ...
Olivier, Posté
Josumé : enfoncé l'autre pour mieux régner !!!!
Josumé, Posté
@Eric : vous êtes amoureux de Bareigts et Bello ? Vous parlez d'elles alors qu'il n'y a pas de lien avec l'article.
Eric , Posté
Il est évident que Mme Bareigts et Bello sont guère présentes. Mme Bello député depuis 30 ans et mme Bareigts ministre de l égalité réelle ( lol) sont co responsables de ce mouvement de grogne !'
Shiven, Posté
Désaveux total de la classe politique, syndicale et institutionnelle de la part des citoyens réyoné. Quand la voix du peuple y reprend le pouvoir, sat nout bann nout bann dirigeants y tremble.
Josée Marie Joseph, Posté
Le désaveu total de la population vis à vis de Didier Robert et des « infiltrés » est totalement palpable ! La population réunionnaise n’est plus dupe et a décidé de boycotter ceux qui ne font rien pour la reunion et se remplissent les poches! IMAZ PRESS continuez à informer vos lecteurs passionnés....